Sarlacc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Puits du Sarlacc)
Aller à : navigation, rechercher

Le puits du sarlacc, aussi nommé Grande Fosse de Carkoon d'après la version originale, est un lieu fictif de Star Wars situé sur la planète Tatooine.

Le sarlacc est une créature vermiforme géante vivant dans les sables de Tatooine. La seule partie visible est une gigantesque bouche en forme de cratère qui avale tout ce qui y tombe. Dans les versions remasterisées du film, les infographistes lui ont ajouté un bec corné et des tentacules. Les créatures qui tombent à l'intérieur sont lentement digérées dans d'atroces souffrances.

Jabba le Hutt qui veut venger la mort de son rancor domestique conduit Luke Skywalker et Han Solo jusqu'au puits de sarlacc afin de les y précipiter.

Description biologique[modifier | modifier le code]

Dans les films on ne sait pas grand-chose de cette espèce dont on trouve un specimen sur Tatooine et sur Felucia. Est-il animal, végétal ou même minéral ? Est-il seulement doué de raison ? La seule chose dont on soit sûr, c'est que son métabolisme lui permet de garder ses proies vivantes et de les digérer pendant plusieurs siècles. Il est considéré comme « tout puissant » par Jabba le Hutt et sa cour. Un seul humain connu a survécu après avoir été avalé par un Sarlacc : le chasseur de primes Boba Fett, quoiqu'il ne semble pas désireux de décrire les détails de son expérience. Il semblerait qu'il ait survécu grâce à l'essence contenue dans son jet-pack

Dans le jeu vidéo Le Pouvoir de la Force (officiellement intégré à l'histoire de la saga), Galen Marek visite l'intérieur de l'estomac d'un sarlacc sur la planète Felucia. On découvre alors comment le sarlacc digère ses proies: un mécanisme ventilatoire les projette de façon répétée contre le fond de son estomac, afin de les briser lentement.

Inspiration[modifier | modifier le code]

L'inspiration principale est le ver des sables nommé Shai-Hulud du cycle de Dune écrit par Frank Herbert mais aussi les araignées de la famille Segestriidae, qui tissent des toiles tubulaires débouchant par une collerette de fils rayonnants.

Le cône gigantesque correspondant à ce puits rappelle par sa forme le cône minuscule creusé par les larves de fourmilions[1] pour piéger leurs proies.

Notes[modifier | modifier le code]