Puissance active

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La puissance active (ou puissance moyenne) est la moyenne temporelle de la puissance instantanée[1],[2]. On a donc pour un système en évolution périodique de période temporelle T la puissance active :

\mathrm{P_a} = \frac{1}{\mathrm{T}} \int_0^\mathrm{T} p(t)\,\mathrm dt

p(t) est la puissance instantanée.

C'est donc la définition de la puissance moyenne pour un régime périodique de courant et de tension. À noter que le terme de « puissance active » ne prend son sens que dans le cadre de la méthode de Boucherot qui permet de calculer la puissance consommée par un ensemble de récepteurs linéaires alimenté en tension sinusoïdale.

Électrocinétique[modifier | modifier le code]

En électrocinétique, pour un dipôle en régime périodique de période T parcouru par un courant i(t) et ayant à ses bornes la tension u(t), la puissance active est :

\mathrm{P_a} = \frac{1}{\mathrm{T}} \int_0^\mathrm{T} {u(t)i(t)\mathrm dt}

Si

u(t) = \mathrm{U}\sqrt{2}\cos(\omega t)

et

i(t) = \mathrm{I}\sqrt{2}\cos(\omega t - \varphi)

alors on montre en intégrant que

\mathrm{P_a} = \mathrm{U}\mathrm{I}\cos (\varphi),

où φ est le déphasage entre la tension et le courant et cos(φ) est appelé facteur de puissance. Lorsque le facteur de puissance vaut 1, la puissance active est maximale et correspond alors à la puissance apparente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élie Lévy, Dictionnaire de physique, Presses universitaires de France, Paris, 1988, page 648.
  2. J.P. Pérez et al., Électronique. Fondements et applications, Dunod, Paris, 2006 page 55.

Voir aussi[modifier | modifier le code]