Puff, the Magic Dragon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Puff, the Magic Dragon est une chanson écrite par Leonard Lipton et Peter Yarrow et popularisée par le groupe Peter, Paul and Mary dans leur album Moving, sorti en 1963, puis sous forme de single.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles de la chanson racontent l'histoire d'un dragon éternel, Puff, qui est l'ami d'un jeune garçon, Jackie Paper. Celui-ci devient adulte et délaisse son ami dragon qui se retrouve seul et déprimé.

Ce texte se base sur un poème écrit en 1959 par Leonard Lipton, alors étudiant à l'Université Cornell, qui s'était lui-même inspiré d'un poème d'Ogden Nash intitulé « Custard the Dragon ». Lipton, qui était ami avec le colocataire de Yarrow, se servit de la machine à écrire de Yarrow pour écrire le poème. Yarrow trouva le texte, le modifia et le mit en chanson. Il reprit contact avec Lipton plusieurs années plus tard pour lui demander l'autorisation de chanter son texte ; Lipton perçoit encore aujourd'hui des droits d'auteur sur cette chanson.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Claude François, avec Colette Rivat, l'a adapté en 1970 : Puff le dragon magique

La chanson fut également adaptée en film d'animation de 30 minutes pour la télévision en 1978. Cette adaptation connut deux suites : Puff the Magic Dragon in the Land of Living Lies, en 1979, et Puff and the Incredible Mr. Nobody en 1982.

En 2007, la chanson fut adaptée en livre pour enfant par Yarrow, Lipton et l'illustrateur Eric Puybaret.

En 2009, la chanson fut reprise par Cho KyuHyun, l'un des chanteurs du groupe de pop sud coréen Super Junior et elle fut interprétée à l'occasion de leurs tournée « The 2nd Asia Tour – Super Show 2 ».

En 2011, la chanson fut reprise par le groupe Pink Martini dans l'album 1969 avec Saori Yuki.

La chanson a été parodiée par Paul Shanklin sous le titre Barack the Magic Negro.

Références possibles à la drogue[modifier | modifier le code]

Après le succès du morceau, la question de possible références à la marijuana s'est posée dès 1964. Parmi les différents éléments sujets à interprétation, le nom du personnage Jackie Paper peut être vu comme une allusion au papier à rouler, le dragon peut faire penser au draggin, soit le fait d'inhaler de la fumée, quant à Puff, ce mot signifie bouffée en anglais.

Les auteurs de la chanson ont rejeté à plusieurs reprises cette légende urbaine et ont constamment nié avoir voulu faire référence à l'usage de drogue. Peter Yarrow a ainsi assuré que la chanson n'avait pas d'autre sens que la perte de l'innocence.

Ainsi, lors d'une performance live, le chanteur s'est moqué de ces interprétations en en faisant de semblables sur The Star-Spangled Banner, l'hymne des États-Unis.

Quarante ans après la sortie de la chanson, la légende est passée dans la culture populaire.

Article traduit[modifier | modifier le code]