Ptéridine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ptéridine
Ptéridine
Identification
Nom IUPAC ptéridine
No CAS 91-18-9
PubChem 1043
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C6H4N4  [Isomères]
Masse molaire[1] 132,1228 ± 0,0059 g/mol
C 54,54 %, H 3,05 %, N 42,41 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La ptéridine est un composé aromatique bicylclique, composé d'un noyau de pyrazine fusionné avec un cycle de pyrimidine.

Ptéridines[modifier | modifier le code]

On appelle ptéridines les dérivés substitués de la ptéridine.

Les ptéridines sont les pigments rouges-jaunes des yeux composés des arthropodes.

Leur biosynthèse commence avec l molécule de guanosine triphosphate (GTP); l'enzyme qui contrôle la conversion de la GTP en ptérine, la GTP cyclohydrolase, est présente chez les procaryotes et chez les eucaryotes.

Les ptéridines ont été découvertes en premier lieu comme pigments de l'aile des papillons (d'où leur nom, provenant du grec pteron, aile) et jouent de nombreux rôles dans la coloration au sein de leur monde biologique. Les ptéridines sont aussi des cofacteurs dans des réactions enzymatiques. Les folates, “conjuguent” des ptéridines contenant de l'acide para-aminobenzoïque et du glutamate en plus de système de leurs cycles spécifiques. Ce sont des composés clés pour le transfert biochimique de groupement méthyles. La tétrahydrobioptérine, la ptéridine non conjuguée majeure des vertébrés, est impliquée dans l'hydroxylation de composés aromatiques et la synthèse de l'oxyde nitrique. La molybdoptérine, qui contient la ptérine, un troisième cycle hétérocyclique avec un oxygène d'éther et deux substituts thiols, et du molybdène, est impliquée dans des hydroxylations biologiques, la réduction des nitrates, et l'oxydation au cours de la respiration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.