Pseudozizeeria maha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pseudozizeeria maha

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pseudozizeeria maha
ou zizeeria maha
(Pale Grass Blue
pour les anglophones)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Lepidoptera
Famille Lycaenidae
Genre Pseudozizeeria

Nom binominal

Pseudozizeeria maha
(Kollar 1848)

Laying eggs on Oxalis sp., south India
Pseudozizeeria maha photographiée au Kolkata, Bengale-Occidental, Inde.
Pseudozizeeria maha
Accouplement observé à Osaka, Japon
Vue de dessus à gauche et de dessous à droite (d'après Seitz)
Femelle, vue de dessus Seitz's work

Pseudozizeeria maha est un petit insecte papillon (lépidoptère), de la famille des Lycaenidae vivant en Asie du niveau de la mer (Chine, Japon...) aux contreforts de l'Himalaya.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Ce papillon a aussi pu porter les noms suivants dits "synonymes"

  • Lycaena maha Kollar, [1844]: 422.
  • Polyommatus chandala Moore, 1865: 504, pl. 31, fig. 5
  • Lycaena opalina Poujade, 1885: cxliii
  • Lycaena marginata Poujade, 1885: cli
  • Plebeius albocoeruleus Röber, 1886: 59, pl. 4, fig. 7
  • Lycaena argia Ménétriés, 1857: 125, pl. 10, fig. 7
  • Lycaena alope Fenton, [1882]: 851

Description[modifier | modifier le code]

Voir Glossaire entomologique pour le vocabulaire spécialisé

Dimorphisme sexuel : Mâle et femelle ont des antennes, têtes, yeux, thorax et abdomen de forme similaire[1]mais leurs couleurs diffèrent.
De plus, dans les régions où une saison des pluies marquée existe, sa couleur change selon que la chenille ait grandit durant la saison sèche ou la saison des pluies. D'autres variations de couleur existent, selon les pays et régions.

Comportement[modifier | modifier le code]

On a montré que les mâles (à courte distance) sont attirés par les odeurs (phéromones) des femelles et plutôt repoussés par celle d'autres mâles, et qu'ils repèrent la taille, la couleur et les motifs de la face inférieure des femelles et des autres mâles[2]. Lors de simulation, la taille du modèle s'est montrée « d'une importance primordiale »[2] et un examen spectroscopique des ailes a montré que le modèle de réflectivité de la surface inférieure des aile était à peu près similaire chez les deux sexes[2].
Les mâles émettent des hormones qui leur sont propres (par des glandes situées sur la zone de chevauchement des ailes antérieures et postérieures). Ces hormones semblent inhibitrices du comportement sexuel des autres mâles qui les approcheraient en période d'accouplement[3].


Plantes hôtes, alimentation[modifier | modifier le code]

Les œufs sont déposés par la femelle sur les plantes hôtes et après l'éclosion les larves s'en nourrissent directement.
Parmi ces plantes, figurent


Espèces modèle et bioindicatrice[modifier | modifier le code]

Ce petit pollinisateur (dont la plasticité phénotypique est connue[5]) est pour les biologistes une espèce-modèle considérée (comme la plupart des papillons sauvages comme bioindicatrice de la qualité de l'environnement[6]


Bioindicateur pour la biodiversité[modifier | modifier le code]

Les papillons sont généralement considérés comme intéressants pour le suivi de la biodiversité[7], dont cette espèces qui dispose depuis 2012 d'un protocole ad hoc[8]. C'est une espèce qui semble sensible à la radioactivité (voir plus bas), qui nécessite la présence de certaines plantes hôtes et dont les mâles ne détectent les femelles qu'à courte distance[9]


Bioindicateur pour l'agrobiodiversité[modifier | modifier le code]

Cette espèce est tuée par certains insecticides. Cette espèce ne consomme pas de maïs, et n'est pas attirée par l'odeur du maïs, mais une étude japonaise a cherché à vérifier que cette espèce n'est pas victime d'éventuels effets secondaires de la présence de maïs transgénique Bt dans son environnement, en particulier par le biais de grains de pollen Bt qui pourraient s'être déposés sur les feuilles des Oxalis hôtes et susceptibles d'être mangées par les chenilles au sortir de l'œuf. Aucun effet significatif n'a été constaté dans cette étude[10]


Susceptibilité à la radioactivité artificielle[modifier | modifier le code]

Selon une étude parue dans Scientific Reports[11] édité par le magazine Nature, des papillons Zizeeria maha ou Pseudozizeeria maha de la famille des lycénidés nés aux environs de la centrale de Fukushima Daiichi dans les mois ayant suivi la catastrophe, ainsi que leurs descendants élevés en laboratoire présentent des anomalies génétiques et de conformation (taille des ailes réduites et malformation des yeux chez 12 % des individus exposés à la radioactivité à l'état de chenille deux mois après l'explosion. La mutation n'est pas récessive, puisque touchant 18 % de la génération suivante selon Joji Otaki[12], et 34 % de la troisième génération alors même que les chercheurs avait accouplé les papillons mutants avec des partenaires a priori sains et non-exposés venant d'autres régions.
De plus, la durée d'exposition semble aggraver le phénomène puisque 52 % des descendants papillons provenant d'un lot capturé sur le même site 6 mois après le désastre présentaient cette anomalie dont la radioactivité semble bien être la cause (car une exposition en laboratoire à de faibles doses de radioactivité chez des papillons sains a provoqué la même proportion d'anomalies que celle constatée dans la 1re génération de papillons nés et dont les chenilles se sont alimentées près de cette centrale[13].

Wikinews propose un article concernant la mutation des papillons de Fukushima.

La bioindication concernant les faibles doses n'en est cependant qu'à ses débuts[14] et reste d'interprétation complexe[15], et mi-2012, le Japon n'a pas fait état d'autres phénomènes de ce type précisent les auteurs de l'étude[11].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) H Wago, Studies on the mating behavior of the pale grass blue, Zizeeria maha argia (Lepidoptera: Lycaenidae) III. Olfactory cues in sexual discrimination by males ; Applied entomology and zoology, 1978 - ci.nii.ac.jp (résumé)
  • H Wago & al., Studies on the mating behavior of the Pale Grass Blue, Zizeeria maha argia (Lepidoptera: Lycaenidae): I. Recognition of conspecific individuals by flying males ; Applied entomology and zoology, 1976 - ci.nii.ac.jp
  • (en) Asahi Correctly determined photos of Zizina maha (synonym) specimens from the Philippines.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Evans, W.H. (1932) The Identification of Indian Butterflies. (2nd Ed), Bombay Natural History Society, Mumbai, India
  • (en) Gaonkar, Harish (1996) Butterflies of the Western Ghats, India (including Sri Lanka) - A Biodiversity Assessment of a threatened mountain system. Journal of the Bombay Natural History Society.
  • (en) Gay, Thomas; Kehimkar, Isaac & Punetha, J.C.(1992) Common Butterflies of India. WWF-India and Oxford University Press, Mumbai, India.
  • (en) Haribal, Meena (1994) Butterflies of Sikkim Himalaya and their Natural History.
  • (en) Kunte, Krushnamegh (2005) Butterflies of Peninsular India. Universities Press.
  • Wynter-Blyth, M.A. (1957) Butterflies of the Indian Region, Bombay Natural History Society, Mumbai, India.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

  • Fenton, M., [1882]. In Butler & Fenton Descriptions of Japanese butterflies. Proc. zool. Soc. Lond. 1881(4): 851-855.
  • Kollar, V., 1844. Aufzählung und Beschreibung der von Freihern Carl v. Hügel aur seiner Reise durch Kaschmir... In Hügel, Kaschmir und das Reich der Siek Stuttgart, Halbergerische verlagshandlung 4(2): 393-564, 582-585, pls. 1-28.
  • Ménétriés, E., 1857. Enumerato corporum musei imperialis Academiae Scientiarum Petropolitanae. Part 1 & 2. Lepidoptera Diurna. Cat. lep. Petersb. (1) 101pp; (2) 96pp.
  • Moore, F., 1865. List of diurnal Lepidoptera collected by Capt. A. M. Lang in the NW Himalayas. Proc. zool. Soc. Lond. 1865(2):486-509, 2 pls.
  • Murray, R. F., 1874. Notes on Japanese butterflies with descriptions of new genera and species. Entomologists Monthly Magazine 11:166-172.
  • Poujade, M. G-A., 1885. Annales de la Societé entomologique de France 1885:cxliii-cli.
  • Röber, J., 1886. Neue Tagschmetterlinge der Indo-Austalischen Fauna. Dt. Ent. Z. Iris. 1(1):45-72, 4 pls.

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

  1. Bingham, C. T. 1907 Fauna of British India. Butterflies. Volume 2
  2. a, b et c H Wago & al., Studies on the mating behavior of the Pale Grass Blue, Zizeeria maha argia (Lepidoptera: Lycaenidae): I. Recognition of conspecific individuals by flying males ; Applied entomology and zoology, 1976 - ci.nii.ac.jp ([1])
  3. Wago Haruhisa, Studies on the Mating Behavior of the Pale Grass Blue, Zizeeria maha argia (Lepidoptera : Lycaenidae)IV : Experimental Analyses of the Role of the Male Odor in Male-Male Interactions [in Japanese, mais résumé en anglais ici
  4. a, b et c Robinson, G. S. Phillip R. Ackery, Ian J. Kitching, George W. Beccaloni AND Luis M. Hernández. HOSTS - a Database of the World's Lepidopteran Hostplants [2] Accessed January 2007
  5. Otaki, J. M., Hiyama, A., Iwata, M. & Kudo, T. Phenotypic plasticity in the range-margin population of the lycaenid butterfly Zizeeria maha. BMC Evol. Biol. 10, 252 (2010).
  6. Brown, K. S. & Freitas, A. V. L. Atlantic forest butterflies: indicators for landscape conservation 1. Biotropica 32, 934–956 (2000)
  7. Ehrlich, P. R. Butterflies, test systems, and biodiversity. pp 1–6. In: Boggs C.L., Watt W.B., & Ehrlich, P.R. eds. Butterflies—Ecology and Evolution Taking Flight. The University of Chicago Press, Chicago, 2003.
  8. Hiyama, A., Iwata, M. & Otaki, J. M. Rearing the pale grass blue Zizeeria maha (Lepidoptera, Lycaenidae): Toward the establishment of a lycaenid model system for butterfly physiology and genetics. Entomol. Sci. 13, 293–302 (2010). [3]
  9. H Wago, Studies on the mating behavior of the pale grass blue, Zizeeria maha argia (Lepidoptera: Lycaenidae) III. Olfactory cues in sexual discrimination by males ; Applied entomology and zoology, 1978 - ci.nii.ac.jp (résumé)
  10. Yoichi Shirai; Mami Takahashi (2005) Effects of transgenic Bt corn pollen on a non-target lycaenid butterfly, Pseudozizeeria maha (Effets de pollens transgéniques du maïs Bt sur le papillon non-cible lycaenidé, maha Pseudozizeeria) ; Applied Entomology and Zoology 40(1):151-159 Full text
  11. a et b Hiyama, A.; Nohara, C.; Kinjo, S.; Taira, W.; Gima, S.; Tanahara, A.; Otaki, J. M. (2012). "The biological impacts of the Fukushima nuclear accident on the pale grass blue butterfly". Scientific Reports 2. doi:10.1038/srep00570
  12. professeur à l'Université Ryukyu d'Okinawa (sud)
  13. Science et Avenir, [Des papillons mutants découverts après Fukushima], en ligne 14-08-2012 ; d'après OL avec AFP
  14. Møller, A. P. & Mousseau, T. A. Efficiency of bio-indicators for low-level radiation under field conditions. Ecol. Indicat. 11, 424–430 (2011).
  15. Sazykina, T. G., Kryshev, A. I. & Sanina, K. D. Non-parametric estimation of thresholds for radiation effects in vertebrate species under chronic low-LET exposures. Radiat. Environ. Biophys. 48, 391–404 (2009).