Pseudonaja textilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pseudonaja textilis

Description de cette image, également commentée ci-après

Pseudonaja textilis

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Elapidae
Genre Pseudonaja

Nom binominal

Pseudonaja textilis
(Duméril, Bibron & Duméril, 1854)

Synonymes

  • Furina textilis Duméril, Bibron & Duméril, 1854
  • Pseudoelaps superciliosus Fischer, 1856
  • Demansia annulata Günther, 1858
  • Pseudoelaps kubingii Jan, 1859
  • Pseudoelaps sordellii Jan, 1859
  • Pseudoelaps supercilliosus var. beckeri
    Jan, 1863
  • Furina bicucullata McCoy, 1879
  • Cacophis guntheri Steindachner, 1867
  • Pseudonaja ohnoi Wells & Wellington, 1985
  • Pseudonaja elliotti Hoser, 2003

Pseudonaja textilis est une espèce de serpents de la famille des Elapidae[1].

Description[modifier | modifier le code]

Pseudonaja textilis

Les adultes sont d'un brun uni et peuvent atteindre 2 m de long. Les jeunes ont la tête noire avec une bande plus claire puis une nuque noire. Le ventre a de nombreuses bandes d'un brun rougeâtre. À l'occasion ils peuvent avoir des raies transversales foncées. Ils ont 17 rangées d'écailles au milieu du corps, une écaille anale découpée et 45 à 47 écailles caudales découpées.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Pseudonaja textilis en train de manger un scinque à langue bleue.

Il se nourrit d'œufs et de petits mammifères, principalement de rongeurs comme des rats et des souris mais il peut aussi consommer d'autres reptiles ou des grenouilles.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il s'accouple au printemps où les mâles s'affrontent pour la possession d'un territoire. Le mâle dominant s'accouplera avec les femelles du territoire et la femelle pondra 10 à 40 œufs à la fin du printemps ou au début de l'été.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Australie et en Nouvelle-Guinée[2].

En Australie, on le trouve sur toutes les côtes depuis le centre de l'Australie-Occidentale, au Territoire du Nord, au Queensland, en Nouvelle-Galles du Sud, au Victoria et dans l'est de l'Australie-Méridionale. On peut en trouver quelques spécimens dans les zones désertiques du centre de l'île.

En Nouvelle-Guinée, elle se rencontre dans le sud de la province de Papouasie et en région Papouasie.

Il a un habitat très varié : forêts et landes sèches des chaînes côtières ; les savanes, les prairies. On ne le trouve pas dans les forêts tropicales humides et dans les zones de marécages. Il a tendance à s'approcher des maisons et des fermes.

Dangerosité[modifier | modifier le code]

C'est le serpent terrestre le plus venimeux au monde après le Taipan (Oxyuranus scutellatus). C'est un serpent qui évite le contact humain mais qui a un venin qui peut être mortel pour l'homme à cause de sa toxicité neurologique (neurotoxine) et hématologique (facteurs de coagulation).

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (19 février 2014)[3] :

Pseudonaja textilis

Étymologie[modifier | modifier le code]

La sous-espèce Pseudonaja textilis pughi est nommée en l'honneur de Mick Pugh[4].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Duméril, Bibron & Duméril, 1854 : Erpétologie générale ou histoire naturelle complète des reptiles. Tome septième. Deuxième partie, p. 781-1536 (texte intégral).
  • Hoser, 2003 : A new subspecies of elapid (Serpentes: Elapidae), from western New Guinea. Crocodilian, vol. 4, no 2, p. 19-22 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Williams, O'Shea, Daguerre, Pook, Wüster, Hayden, Mcvay, Paiva, Matainaho, Winkel & Austin, 2008 : Origin of the eastern brownsnake, Pseudonaja textilis (Dumeril, Bibron and Dumeril) (Serpentes: Elapidae: Hydrophiinae) in New Guinea: evidence of multiple dispersals from Australia, and comments on the status of Pseudonaja textilis pughi Hoser 2003. Zootaxa, no 1703, p. 47-61 (texte intégral).
  3. Reptarium Reptile Database, consulté le 19 février 2014
  4. Hoser, 2003 : A new subspecies of elapid (Serpentes: Elapidae), from western New Guinea. Crocodilian, vol. 4, no 2, p. 19-22 (texte intégral).