Pseudococcus viburni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pseudococcus affinis)
Aller à : navigation, rechercher

La Cochenille farineuse, actuellement Pseudococcus viburni (Signoret, 1875) (ancien nom : Pseudococcus affinis) est un insecte hémiptère de la superfamille des Coccoidea, parasite des plantes.

Son corps est recouvert d'une sécrétion de filaments blancs et cireux, ce qui entraîne une lutte chimique ayant peu de succès. C'est un des ennemis des plantes cultivées les plus difficiles à combattre.

Chaque femelle pond de 300 à 500 œufs dans un sac. Après avoir pondu les œufs, ce qui peut prendre de 5 à 10 jours, la femelle meurt. Les jeunes cochenilles, qui sont très mobiles, se dispersent et cherchent l'endroit idéal afin de sucer la sève de la plante. Avant d'atteindre le stade adulte, la cochenille farineuse subit trois nymphoses (la nymphe représente le stade du développement intermédiaire entre la larve et l'imago lors des mues de métamorphose des insectes holométaboles).

Le cycle de vie dépend fortement de la température. Il dure 90 jours quand la température est de 18 °C et 30 jours quand il fait 30 °C.

Stades larvaires[modifier | modifier le code]

Premier stade[modifier | modifier le code]

À ce stade, les larves ressemblent à des pucerons très mobiles en juillet et se déplacent sur la face inférieure des feuilles le long des nervures.

Deuxième stade[modifier | modifier le code]

Les larves sont de coloration brune et hibernent sur le tronc et les bras de la souche.

Les adultes sont présents dès le début du printemps (fin avril dans l'hémisphère nord).

Plantes-hôtes[modifier | modifier le code]

Cette cochenille a une très vaste gamme de plantes-hôtes qui comprend notamment des plantes cultivées de grande importance économique telles que le noyer, le grenadier, le pommier, les agrumes, le pêcher, la vigne, le fraisier, ainsi que la tomate et la pomme de terre[1].

Dégâts[modifier | modifier le code]

La cochenille farineuse, comme le puceron, peut causer des dégâts importants : la croissance de la plante peut être considérablement ralentie ou arrêtée. La plante est plus sensible aux infections cryptogamiques.

Outre l'inhibition de la croissance, le jaunissement des feuilles et leur chute, on constate aussi des dégâts esthétiques dus à la masse laineuse blanche et duveteuse.

Cette cochenille est en outre le vecteur de virus de la vigne, en particulier le virus de l'enroulement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Abbasipour, H. et A. Taghavi, « Description and seasonal abundance of the tea mealybug, Pseudococcus viburni (Affinis) (Signoret) (Homoptera: Pseudococcidae) found on tea in Iran », sur Science Alert, J. Entomol., 4: 474-478.,‎ 2007 (consulté le 2 novembre 2010).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]