Pseudaelurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pseudaelurus est un genre de félins préhistorique qui vivait en Europe, en Asie et en Amérique du Nord au miocène, il y a environ 20 à 8 millions d’années. On le considère comme l’un des ancêtres de Felinae et Pantherinae actuels et des Machairodontinae à présent éteints. Il ressemblait à un viverridae et devait être habile à l'escalade des arbres.

Espèces du genre Pseudaelurus[modifier | modifier le code]

On répertorie douze espèces du genre Pseudaelurus[1].

L'espèce la plus primitive est Pseudaelurus turnauensis, du miocène inférieur ; de la taille d'un chat domestique, elle avait des caractéristiques proches de Proailurus et vivait en Europe. Des fossiles de Pseudaelurus turnauensis ont été également découverts en Arabie saoudite. Il est le plus proche ancêtre commun de Pseudaelurus lorteti, de la taille d’un lynx, et de Pseudaelurus quadridentatus, de la taille d'un puma. Leurs canines plutôt longues indiquent qu'ils sont les ascendants des tigres à dent de sabre. Curieusement, c'est l'espèce la plus ancienne, Pseudaelurus turnauensis qui a survécu le plus longtemps, jusqu'à il y a huit millions d'années comme l'attestent des fossiles allemands, tandis que les formes plus récentes P. lorteti et P. quadridentus ont disparu il y a dix millions d'années[2]. Une forme intermédiaire en taille entre lorteti et quadridentus a été décrite : Pseudaelurus romieviensis[3].

P. lorteti, du milieu du miocène, était également présent en Asie, comme l'attestent des fossiles chinois. Pseudaelurus guangheensis et Pseudaelurus cuspidatus, tous deux du milieu du miocène, étaient également présents en Chine (des fossiles ont été respectivement trouvés dans les provinces de Gansu et du Xinjiang[3].

Pseudaelurus intrepidus, qui vivait en Amérique du Nord, était plus gros que P. quadridentatus. Pseudaelurus marshi était également de grande taille tandis que Pseudaelurus stouti était une espèce très petite originellement décrite comme Lynx stouti. Pseudaelurus aeluroides était peut-être conspécifique avec Pseudaelurus marshi, mais il reste mal connu : seul un spécimen du Nebraska datant du miocène inférieur existe. Pseudaelurus validus, décrit en 2001, vivait au Nouveau-Mexique au miocène tardif et est le plus gros Pseudaelurus découvert[4]. La dernière espèce décrite est Pseudaelurus skinneri : des fossiles découverts au Nebraska montrent qu'il était plus petit que validus, mais surpassait en taille lorteti, cuspidatus et guangheensis[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Jordi Augusti, Mammoths, Sabertooths and Hominids: 65 Million Years of Mammalian Evolution in Europe, New York, Columbia University Press,‎ 2002 (ISBN 978-0-231-11640-4)
  • (en) Per Christiansen, « Phylogeny of the great cats (Felidae: Pantherinae), and the influence of fossil taxa and missing characters », Cladistics, vol. 24,‎ 2008, p. 977 (DOI 10.1111/j.1096-0031.2008.00226.x)
  • (en) Paul Gervais, « Zoologie et paléontologie françaises. Nouvelles recherches sur les animaux vertébrés dont on trouve les ossements enfouis dans les sol de le France et sur leur comparaison avec les espèces propres aux autres regions du globe », Zoologie et Paléontologie Françaises, vol. 8,‎ 1850, p. 1–271
  • (en) Tom Rothwell, « A partial skeleton of Pseudaelurus (Carnivora, Felidae) from the Nambé Member of the Tesuque Formation, Española Basin, New Mexico », American Museum Novitates, vol. 3342,‎ 2001, p. 1–31 (DOI <0001:APSOPC>2.0.CO;2 10.1206/0003-0082(2001)342<0001:APSOPC>2.0.CO;2) uri:http://hdl.handle.net/2246/2895.
  • (en) Tom Rothwell, « Phylogenetic Systematics of North American Pseudaelurus (Carnivora: Felidae) », American Museum Novitates, vol. 2403,‎ 2003, p. 1–64 (DOI <0001:PSONAP>2.0.CO;2 10.1206/0003-0082(2003)403<0001:PSONAP>2.0.CO;2)
  • Tedford, R. H.; Galusha, T.; Skinner, M. F.; Taylor, B. E.; Fields, R. W.; Macdonald, J. R.; Rensberger, J. M.; Webb, S. D.; and Whistler, D.P. (1987). "Faunal succession and biochronology of the Arikareean through Hemphillian interval (late Oligocene through earliest Pliocene epochs) in North America". in Woodburne, M. O. Cenozoic mammals of North America: Geochronology and biostratigraphy. Berkeley: University of California Press. p. 153–210. ISBN 0-520-05392-3.
  • [Turn97] (en) Alan Turner, The Big Cats and their fossil relatives, New York, Columbia University Press,‎ 1997 (ISBN 978-0-231-10228-5, LCCN 96003969)

Sources[modifier | modifier le code]