Psautier de Blanche de Castille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Psautier dit de Blanche de Castille
Image illustrative de l'article Psautier de Blanche de Castille
Crucifixion
Date vers 1220 ou 1230
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 28 cm × 20 cm 192 folios reliés
Localisation Bibliothèque de l'Arsenal, Paris (Drapeau de la France France)
Numéro d'inventaire Ms.1186

Le Psautier de Blanche de Castille est un psautier enluminé à l'usage de la Sainte-Chapelle de Paris. Il contient 27 grandes miniatures. Il est actuellement conservé à la Bibliothèque de l'Arsenal (Ms.1186).

Historique[modifier | modifier le code]

Le folio 122v représente la commanditaire du manuscrit agenouillée en prière devant un autel. Elle a été identifié à Blanche de Castille, alors mère du roi Louis IX. Une mention du XIVe siècle à la fin du volume confirme cette attribution. Le livre est attesté dans le trésor de la Sainte-Chapelle depuis 1335. Il est déposé à la bibliothèque de l'Arsenal à la Révolution. Il est exposé pendant quelques temps au musée du Louvre au cours du Second Empire dans la galerie du musée des Souverains[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le manuscrit est à l'usage de la Sainte-Chapelle, contenant dans le calendrier et dans les litanies tous les saints célébrés dans la chapelle. Il contient six parties[1] :

  • le calendrier (f.2-7)
  • la Tabula Paschalis (f.8-29) : table indiquant la date de Pâque et des principales fêtes ;
  • les psaumes (f.30v-171)
  • les cantiques (f.172-182)
  • quelques prières (f.182v-185) : Gloria, Pater et Symboles
  • Les litanies des saints (f.186-190)

Le livre contient 27 grandes miniatures, dont 21 dans la Tabula Paschalis, 5 dans les psaumes, et une miniature en introduction du livre. Par ailleurs, on compte 9 lettrines historiées dans les psaumes et 24 médaillons dans le calendrier[1].

Le reliure est contemporaine du manuscrit : elle est en bois, recouverte de peau de veau estampé et la tranche est décorée de fleurs de lys. Elle était protégée par une chemise de satin bleu brodée de fleurs de lys d'or, ajoutée en 1377 alors que l'ouvrage appartient à Charles V[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martin, Henry, « Le Psautier de saint Louis et de Blanche de Castille », dans Les Joyaux de l'Arsenal, n° 97, Paris, Berthaud, janvier 1910, p. 19-28
  • (en) Robert Branner, Manuscript painting in Paris during the reign of Saint Louis, University of California press,‎ 1977
  • Ingo Walther et Norbert Wolf, Codice illustres. Les plus beaux manuscrits enluminés du monde (400-1600), Paris, Taschen,‎ 2001, 504 p. (ISBN 382285963X), p. 162-163

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice Gallica
  2. Codices illustres, p.162