Prussiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne un peuple. Pour les biscuits du même nom, voir Prussien (pâtisserie).
Les peuples Baltes au XIIe siècle.

Les Borusses ou Prussiens (ce dernier terme étant dérivé du premier) étaient un peuple balte habitant le pourtour sud-est de la mer Baltique, entre la Vistule et le Niémen.

Après la conquête des Prussiens par les chevaliers-moines de l'Ordre Teutonique (XIIIe siècle) et la fondation du Duché de Prusse (1525), le terme Prussiens a finalement servi à désigner l'ensemble des habitants du duché (puis du royaume), qui étaient majoritairement d'origine allemande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Les clans prussiens au XIIIe. siècle. NB : Les Galindiens étaient des Baltes mais pas des Prussiens ; la Lubavie et la Sasnie avaient une population prusso-polonaise.

Les Borusses (« les presque Russes ») se seraient individualisés, au sein du sous-groupe des Baltes occidentaux, à compter du Ve siècle. Par la suite, ils se sont divisés en plusieurs tribus. Les Aesti dont Tacite faisait mention dans Germania pourraient bien avoir été des Prussiens. Tacite les compare d'ailleurs aux Suèves, un groupe de peuples germaniques, mais ayant un langage ressemblant aux langues celtiques.

Les Borusses étaient divisés, à l'origine, en neuf clans auxquels s'associaient les Galindiens, les Sudoviens et les Skalviens de façon plus au moins permanente. Ainsi, les chroniques parlent parfois des douze provinces de la Prusse pré-teutonique. Les Nadruviens étaient le clan le plus puissant et celui qui résista, par la suite, le plus longuement à l'invasion et l'assimilation germanique.

Disparition des Prussiens baltes au profit des Prussiens germaniques[modifier | modifier le code]

Expansion de l'État monastique des chevaliers teutoniques aux dépens des Prussiens.

Après des tentatives en 997 et 1114 pour soumettre les Baltes occidentaux, le Duché de Mazovie intensifia ses attaques, à partir de 1209, pour soumettre ces peuples païens. En représailles, ceux-ci firent des incursions en Mazovie. Ne parvenant pas à les vaincre, le duc Conrad Ier de Mazovie invita d'abord les chevaliers de l’Ordre Teutonique à s’installer en Pologne, à la frontière avec les Borusses, puis les encouragea en 1231 à pénétrer sur les territoires de ces derniers. Par la Bulle d'or de Rimini, l’empereur Frédéric II puis le pape proclamèrent la Prusse marche de l'Empire, comme telle confiée à la garde des chevaliers teutoniques. Au milieu du XIIIe siècle, les Borusses tentèrent une ultime révolte qui ne fit que précipiter leur déclin. Les Prussiens du sud-ouest furent vaincus et conquis en une dizaine d'années ; ceux du sud-est et du nord-est furent conquis dans la seconde moitié du XIIIe siècle. En l'an 1300, tous les peuples baltes occidentaux étaient sous l'autorité de l'État monastique des chevaliers teutoniques. De 170 000 vers l'an 1200, les Borusses ne furent plus que 90 000 vers 1300. La Prusse devint alors une terre de colonisation allemande : des terres agricoles furent données généreusement aux colons venus des régions de langue allemande, originaires d'Allemagne septentrionale, de Frise et de Hollande.

Par la suite, il y eut deux grandes vagues de nouveaux arrivants en Prusse :

  • au XVe siècle, par suite de l'adoption du luthéranisme en Prusse et aux guerres de religion en Allemagne ;
  • à la fin du XVIe siècle, la répression des protestants en France encouragea leur départ vers la Prusse. En 1709-1710 la région fut ravagée par la peste et, pour repeupler certaines contrées désertées, on fit appel à de nombreuses populations germaniques protestantes de la région de Salzbourg et de Suisse alémanique.

L'arrivée des migrants amorça un net déclin dans l'utilisation du vieux prussien et les populations autochtones adoptèrent progressivement la langue des nouveaux venus, qui était aussi celle de l'administration. Les Prussiens se fondirent ainsi parmi la population d'origine allemande.

Civilisation[modifier | modifier le code]

Langage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vieux prussien.

Culture[modifier | modifier le code]