Provinces du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le désert avec la ville de Tarfaya, chef-lieu d'une des provinces du Sud (province de Tarfaya), dans la région Laayoune-Boujdour-Sakia El Hamra.

Les provinces du Sud, dites aussi localement « provinces sahariennes », « régions du Sud » ou « Sud marocain, correspondent aux subdivisions territoriales les plus méridionales du Maroc. Elles englobent ce que beaucoup appelle le Sahara occidental, l'expression de « Sahara marocain » lui étant préférée dans le Royaume et pouvant également être employée pour leur ensemble. Par opposition géographique, il est question des provinces du Nord du pays.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les provinces du Sud, d'une superficie de 416,474 km²[1], se situent principalement dans le Sahara occidental (266 000 km2).

En 2004, selon les données régionales du dernier recensement marocain cumulées, elles abritaient 817 929 habitants[2].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Les régions administratives des provinces du Sud.

Le territoire du Sahara occidental, compris dans les provinces du Sud et déclaré comme territoire non autonome par l'Organisation des Nations unies, est disputé depuis le milieu des années 1970 et pour ainsi dire concomitamment avec la fin du « Sahara espagnol », entre le Maroc — qui en contrôle environ 80 % — et le Front polisario.

Passées de neuf à dix depuis 2009 et la (re)création de la province de Tarfaya, les provinces du Sud (collectivités territoriales et circonscriptions déconcentrées) forment trois des seize régions administratives marocaines (collectivités territoriales associées à des circonscription déconcentrées dites « wilayas ») et sont ainsi réparties par région, du nord au sud :

En 2002, a été créé un établissement public en charge de leur promotion et de leur développement économique et social[3], couramment appelé « Agence du Sud » ; en 2014, son siège a été transféré de Rabat, la capitale du pays, à Laâyoune[4].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Vue du parc national de Khenifiss.

Deux parcs nationaux s'y étendent[5] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation générale des provinces du Sud (consulté le 29 octobre 2012)
  2. [PDF] Haut-commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 : Population légale du Maroc (lire en ligne), p. 12
  3. [PDF] « Décret loi no 2-02-645 du 2 rejeb 1423 (10 septembre 2002) portant création de l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, Rabat, Secrétariat général du gouvernement, no 5040,‎ 19 septembre 2002, p. 1003-1005 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  4. A. E. K., « L'Agence du Sud aura bientôt pignon sur rue à Laâyoune », Libération, Casablanca,‎ 5 août 2014 (lire en ligne)
  5. « Carte des parcs nationaux et des sites d'intérêt biologique et écologique du Maroc », sur Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Rabat (consulté le 23 mai 2011)
  6. L'autre partie du parc national d'Iriki fait partie de la province de Zagora (qui n'est pas une province du Sud). « Parc national d'Iriki », sur Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Rabat (consulté le 23 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.