Province de Syracuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Syracuse
Provincia di Siracusa
Carte de la province de Syracuse
Carte de la province de Syracuse
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Sicily.svg Sicile
Capitale Syracuse
Communes 21
Code postal 96100, 96010-96019
Plaque d'immatriculation SR
Préfixe téléphonique 0931, 095
Code ISTAT 089
Démographie
Population 404,271 hab. (30-11-2011)
Densité 0,19 hab./km2
Géographie
Superficie 210 900 ha = 2 109 km2
Localisation
Localisation de Province de Syracuse
Liens
Site web Site officiel
L'ex-église Sainte-Marie de la Concession

La province de Syracuse (Pruvincia di Sarausa en sicilien) est une province italienne de Sicile dont la capitale est Syracuse. La province compte 404 271 habitants et a une superficie de 2 109 km2. Elle a une densité de 189 hab/km2. Elle a des frontières avec la province de Catane au nord-ouest et avec la province de Raguse à l'ouest. Elle est bordée par les mers Ionienne et Méditerranée.

La province est un point de commerce important à travers le port d'Augusta et la ville de Syracuse. La province est très touristique, elle possède un intérêt historique, artistique et archéologique. Sur son territoire se trouve le lac de Lentini. La capitale Syracuse est également un carrefour ferroviaire et routier important pour la Sicile.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

Carte physique de la province de Syracuse
Réserve naturelle Cavagrande del Cassibile

La province de Syracuse est située au Sud-est de la Sicile. À l'est elle est bordée par la mer Ionienne. Au nord elle a une frontière avec la province de Catane, ainsi que des terres situées dans la plaine de Catane. Et à l'ouest, elle possède une frontière avec la province de Raguse ainsi qu'un ensemble de territoires au sol calcaire. La province possède un grand nombre de paysages qui peuvent être très différents :

  • La zone nord : (Lentini, Carlentini et Francofonte) appartient à la vallée du Simeto, et aussi à la plaine de Catane, cette zone caractérisée par la présence de culture d'agrumes[P 1].
  • Le plateau Hybléen est caractérisé par la présence de terres agricoles, marquées par les traces de carrières et par la présence de vastes champs.
  • La sous-province d'Anapo comprend la partie centrale du territoire de la province, où la présence humaine est la plus intense. Elle dispose d'un littoral parsemé par de nombreuses criques comme le golfe d'Augusta. Elle comprend aussi des plaines et des zones montagneuses[P 2].
  • La pointe au sud de la province est fortement influencée par l'action de l'eau, d'une part par la présence de la mer avec sa pénétration dans les terres, provoquant la création de marais. Et d'autre part, par les cours d'eau qui forment le plateau karstique sur lequel ils circulent.

Du point de vue géologique, la province de Syracuse est liée à la formation des monts Hybléens qui forme un massif montagneux en calcaire dans lequel on retrouve plusieurs plateaux comme le plateau Hybléen.

Des études géologiques ont démontré que l'aire hybléenne, comme les Pouilles ou Malte, faisait partie des contreforts du nord de la plaque africaine. En effet, la zone de rencontre entre la plaque africaine et la plaque eurasiatique se trouve en Sicile. Des géophysiciens ont établi la présence de micro-plaques, ce sont elles qui sont à l'origine des nombreux tremblements de terre ressentis dans la partie orientale de la Sicile. Des grabens se sont formés comme le Graben de Floridia, maintenant traversé par une rivière, il est situé dans une zone montagneuse, comprenant le mont Climiti (dans la chaîne des monts Hybléens). Ce graben est très important pour la géographie de la province, car il a influencé la paléontologie ainsi que l'évolution de l'homme autour de cette zone.

Montagnes[modifier | modifier le code]

Un plateau typique des monts Hybléens, ici dans la Vallée de l'Anapo
L'Etna vue du côté de Syracuse, à proximité de Catane, prés de la plage d'Agonie (it), entre Augusta, Carlentini et Lentini

L'orographie de la province montre des signes d'une ancienne activité volcanique qui a donné lieu à des élévations de terrains. Maintenant, dans la province les collines sont prédominantes, elles constituent la moitié du territoire interne de la province, tandis que le long de la côte, ce sont les plaines qui dominent. Les sommets les plus hauts font partie de la chaîne des monts Hybléens (à l'extrémité avec la province de Raguse), mais les sommets ne dépassent pas 1 000 mètres. Le plus haut sommet, le mont Lauro ne culmine qu'à 986 mètres d'altitude, il est suivi par le mont Contessa (914 m), le mont Casale (910 m), le mont Santa Venera (869 m) et le mont Erbresso (821 m)[P 3].

Il convient aussi de noter la présence de l'Etna, qui n'est pourtant pas sur le territoire de la province de Syracuse. Mais il en est proche, et il est visible depuis la plupart des endroits de la province de Syracuse. Sa proximité a une certaine influence sur l'aire hybléenne, quand une éruption volcanique se produit, des cendres peuvent aller se déposer dans la ville de Syracuse, où on peut retrouver sur les balcons, les rues et les toits, de fines couches de cendres.

Une autre géomorphologie caractéristique de la région est la présence de fissures profondes causées par des surfaces d'érosion de tous les cours d'eau qui traversent les nombreux plateaux sur lesquels se trouve la province. C'est ce phénomène qui est la base des carrières et des gorges. Parmi les fissures les plus importantes on retrouve celle de Pantalica et celle de la réserve naturelle de Cavagrande del Cassibile, située près de la ville d'Avola[P 4]. L'importance des carrières dans la province n'est pas seulement d'un intérêt naturel ou géologique, mais aussi historique est anthropologique[P 5]. Elles servent à l'étude de l'érosion et des gorges naturelles qui pouvaient être à l'époque préhistorique des cachettes pour les hommes, même si en bonne partie les grottes présentes dans la province sont creusées dans le calcaire.

Bassins hydrographiques[modifier | modifier le code]

Au nord de la province, à côté de Lentini se trouve le lac de Lentini. Avant 1930, c'était un grand lac marécageux, mais après son aménagement, il a été transformé en bassin artificiel pour irriguer les cultures agricoles voisines[P 6]. Deux autres barrages ont été créés dans la province, le long de la rivière d'Anapo entre Solarino et Sortino et entre Priolo Gargallo et Floridia pour pouvoir alimenter la centrale électrique du même nom [P 7]. D'autres petits lacs ce sont formés aux alentours du canyon de Cava Grande del Cassibie.

Marais salins et tourbières de sel[modifier | modifier le code]

Les marais salins naturels de l'Oasis de Vendicari

Surtout dans le passé, la province de Syracuse possédait énormément de marais salins. Sur la côte nord-est, il y avait le marais d'Augusta (maintenant abandonné) et ceux de Priolo Gargallo qui étaient autrefois les plus vastes de la Sicile orientale. Il y a aussi l'ancienne saline de Syracuse qui a été classée comme un lieu naturel protégé afin de préserver son environnement fragile[P 8].

Dans le sud de la province, il y a un grand nombre de marais qui sont essentiels pour la faune locale, le plus célèbre d'entre eux est celui de la réserve naturelle de Vendicari[P 9].

Fleuves et îles[modifier | modifier le code]

La province est très riche en eau. C'est à partir du mont Lauro que descend le principal cours d'eau qui forme ensuite les cours torrentiels de la province de Syracuse[P 10]. L'exception est le fleuve Gornalunga qui prend sa source dans les monts Héréens (dans la province d'Enna).

Prés de la côte, il y a aussi un grand nombre de petites îles rattachées au territoire de la province. La plus grande d'entre elle est l'île de Palme (c'est le centre historique de la ville d'Augusta), elle représente à elle seule 30 000 habitants, c'est la deuxième la plus peuplée de Sicile (après la Sicile elle-même)[R 1],[R 2].

 
Fleuve Longueur Provinces
Gornalunga 81 km EN - CT - SR
Anapo 52 km SR
Cassibile 50 km SR
Tellaro 45 km RG -SR
Ciane 37 km SR
Asinaro 22 km SR
San Leonardo 19 km SR
Tellesimo 14 km RG - SR
 
Île Commune
Île de Palme Augusta
Île d'Ortygie Syracuse
Île de Capo Passero Portopalo di Capo Passero
Île des Courants Portopalo di Capo Passero
Île de Torre Avalos Augusta
Île de Vittoria Garcia Augusta
Grande île Marzamemi (it)
Petite île Marzamemi
 
Île Commune
Île Vendicari Noto
Roc des Deux Frères Siracusa
Roc Castelluccio Syracuse
Roc de Milocca Syracuse
Roc Castelluccio Syracuse
Roc a Pizzo Syracuse
Roc des Chiens Syracuse
Roc Maltais Portopalo

Côtes[modifier | modifier le code]

Différentes côtes de la province

La province est entourée par la mer Ionienne à l'est. Par la mer Méditerranée au sud. La côte a une apparence très dentelée, avec tout au sud, la pointe de Syracuse et le détroit de Sicile. La côte a également différentes morphologies, alternant plages et falaises[P 11].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Voir aussi les articles : Cyperus Papyrus, Orchidaceae et Figuier de Barbarie.
Une Ophrys

Comme toute la Sicile, la province de Syracuse a une faune et une flore importante, notamment une flore typique du climat méditerranéen. Avec la grande présence de cyperus papyrus, orchidaceae et de figuier de Barbarie.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la province est très semblable au climat des autres provinces de la région avec des hivers doux (environ 10 °C) et des étés chauds (35 °C de moyenne). Cependant la température peut varier en fonction de l'altitude[R 3].

Espaces naturels[modifier | modifier le code]

Voici les différentes zones et espaces naturels protégés de la province [R 4],[R 5]:

Nom Zone géographique Commune Site officiel (it)
Réserve naturelle de Pantani de la Sicile du Sud-Ouest Sicile du Sud Noto, Pachino, Ispica www.agraria.org
Aire marine protégée de Plemmirio Sur la côte de Syracuse Syracuse www.plemmirio.it
Réserve naturelle de Saline de Priolo peninsule Magnisi Priolo Gargallo www.salinepriolo.it
Réserve naturelle spéléologique de Villasmundo-Sant'Alfio Villasmundo Melilli
Réserve naturelle de Grotta Monello Grotte Perciata Syracuse
Réserve naturelle de la Grotte Palombara Mont Climiti (it) Melilli
Réserve naturelle de Pantalica, Valle dell'Anapo et de Torrente Cava Grande De la vallée d'Anapo à Pantalica Buscemi, Cassaro, Ferla, Palazzolo Acreide, Sortino www.regione.sicilia.it
Réserve naturelle Cavagrande de Cassibile Zone du fleuve Cassibile. Avola, Noto, Syracuse www.regione.sicilia.it
Réserve naturelle du fleuve de Ciane Zone du fleuve Ciane Syracuse www.agraria.org
Réserve naturelle d'Oasi Faunistica di Vendicari Zone de Vendicari Noto www.regione.sicilia.it

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Site archéologique de Megara Hyblaea

Bien que la fondation de la ville de Syracuse remonte au XVIIIe siècle siècle par un groupe de Corinthiens dirigé par Archia (it), la présence humaine dans la province remonte au IVe millénaire av. J.-C, la province était alors habitée par un peuple d'indigènes, probablement ancêtres des Sicules dont la présence a été retrouvée sur des sites archéologiques de la ville de Syracuse et de l'île d'Ortygie ainsi que dans les villages préhistoriques de Stentinello (it), d'Ognina et de Plemmirio (it). La nécropole de Pantalica qui compte plus de 5 000 tombes est un lieu très important pour la culture et dans l'histoire de la Sicile. En raison de sa taille, elle était appelée Capitale des Siciliens.

Représentation de Doukétios, roi des Sicules

La plupart des anciennes habitations étaient situées sur des plaines alluviales et dans les monts Hybléens, cette situation a favorisé les échanges commerciaux et militaires entre Corinthe et la province intérieur de Syracuse (Raguse, Palazzolo Acréide, Lentini).

À la période grecque, il y avait des luttes internes entre les populations autochtones, comme la lutte des sicules contre des envahisseurs grecs. Parmi ces combattants, Doukétios le roi des sicules se distingue.

Doukétios est une figure très importante pour les Siciliens car il est considéré comme le premier personnage de l'histoire à avoir fondé une ligue fédérale, appelé La Lega Sicula ou Syntèlia (it). Cette ligue a réuni dans un même camp trois peuples différents dans le but de combattre les grecs. Son rôle de combattant a été si important qu'il est devenu populaire et en 460 av. J.-C., il est proclamé roi des sicules.

Syracuse qui était le principal lieu de la puissance grecque en Sicile a été la cible d'une attaque militaire de la part de Doukétios qui voulait reconquérir les villes de Syracuse (Syrakos) et d'Agrigente (Akragos) avant de reprendre la ville de Catane (Katana) [R 6],[R 7].

À cette époque, la ville antique de Megara Hyblaea (actuellement Augusta), était très influente et possédait de nombreux temples, la cité a été détruite à l'époque hellénistique. La ville est cependant restée un important site archéologique[R 8].

Lors de l'expédition d'Athènes contre Syracuse (un événement de la guerre du Péloponnèse), un rôle important est joué la colonie grecque Leontinoi (aujourd'hui Lentini), la colonie qui est alliée à Athènes soutient l'arrivé des troupes grecques en Sicile.

À l'époque romaine, la province est caractérisée par une organisation territoriale fondée sur un réseau de villes (rete di città)[P 12].

Durant l'Empire romain, Syracuse devient capitale de la province romaine de Sicile qui comprenait toute la Sicile et Malte.

Du Moyen Âge à la création de la province[modifier | modifier le code]

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

L'entrée du Château Maniace

Au Moyen Âge la situation commence à changer en raison de deux facteurs :

  • D'une part, la destruction répétée de Syracuse qui après le siège de Marcello a connu de nombreuses attaques et invasions dont celle très importants des Normands[P 13].
  • D'autre part, la nécessité apparente de devoir rationaliser l'utilisation des terres de la province, en raison des phénomènes ci-dessus qui ont conduit à une régression des échanges commerciales de la province avec l'extérieur et à une augmentation du commerce à l'intérieur de celle-ci. Des unités administratives comparables au niveau de leur forme à la province vont être instituées, comme les administrations de vallées (4 vallées dont 3 vont durer jusqu'en 1810).

À l'époque normande, l'empereur Frédéric II de Sicile fait construire dans la commune d'Augusta le château Svevo (it). Il fait aussi construire un château important sur l'île d'Ortygie près de Syracuse : le château Maniace édifié en la mémoire du général byzantin Georges Maniakès qui avait tenté de conquérir la ville pour l'empire byzantin.

Reconstruction de 1693[modifier | modifier le code]

La cité baroque de Noto

Le tremblement de terre du 11 janvier 1693 a été d'une grande importance géo-politique pour la province, l'épicentre du tremblement de terre aurait été soit la ville de Carlentini pour certains[P 14] ou le Golfe d'Augusta pour d'autres[P 15].

Après le tremblement de terre des opérations de reconstruction ont donc été engagées, c'est Giuseppe Lanza qui en fût le principal acteur, commandé par le roi de l'époque, il va organiser les opérations de reconstruction. L'évêque de Syracuse qui était chargé de faire respecter l'application des règles du concile de Trente sur le culte divin[pas clair]. De ce fait, la reconstruction a modifié le paysage architectural de la province, d'une part par la construction d'un grand nombre de monument baroque, ce qui va contribuer à l'accomplissement de la variante régionale du baroque sicilien et d'autre part par la construction d'un grand nombre d'édifices religieux dont la plupart sont toujours présents aujourd'hui dans la province. La commune de Noto témoin de cette reconstruction possède un quartier entièrement façonné par des monuments baroque.

Malgré ce changement urbain et ces reconstructions, il n'y a pas de changement administrative au sein du territoire. Il a fallu attendre 1810 et la tentative des Bourbons de moderniser la Sicile pour que les trois vallées (anciennement quatre), qui étaient divisées en 23 districts soient redivisées en sept vallées mineures par un décret datant du 11 octobre 1817.

Instauration de la province[modifier | modifier le code]

Le 9 décembre 1820 avec la promulgation de la Constitution par Ferdinand Ier des Deux-Siciles, les sept vallées ont été renommés provinces, ainsi est née la province de Syracuse[R 9]. Cependant, en 1837, en raison des émeutes qui ont lieu dans la ville de Syracuse contre les Bourbons[P 16], le gouvernement bourbon décide de changer la capitale et de déplacer l'administration de la province, un décret du 18 juillet 1837 rétrograde Syracuse comme simple ville de la province, la capitale devient alors Noto[R 10] et cette mesure punitive va durer jusqu'à l'unification de l'Italie.

Ce changement de capitale a créé durant le royaume des Deux-Siciles la province de Noto, qui a remplacé la province de Syracuse entre 1837 et 1865. Ce fait, fut d'une importance forte pour l'administration locale, en 1844 la pape Grégoire XVI décida de créer la diocèse de Noto (it).

De l'unification de l'Italie à nos jours[modifier | modifier le code]

Des soldats anglais qui arrivent dans la province de Syracue (à Cassibile)


En 1865 à la suite de l'unification de l'Italie, Syracuse redevient la capitale de la province[R 11]. Cependant, à cause des inquiétudes liées à la modification de la capitale politique et administrative de la province, la configuration de la province est restée la même jusqu'au début du XXe siècle où l'administration de la province a définitivement été déplacée à Syracuse.

Durant la première Guerre mondiale, la province subit le même sort que l'Italie et de nombreux Syracusains doivent quitter la province pour aller combattre. Beaucoup d'entres eux sont morts au combat, cela a entraîné de graves répercussions sur la société et l'économie locale. Car la province s'est trouvée en manque de population active pour permettre son développement économique.

Après le conflit s'instaure le fascisme, mais celui-ci ne va pas réussir à relancer le développement de la province. Il va donc y avoir de grandes vagues d'émigrations des populations, vers l'Europe du Nord, les États-Unis et l'Australie.

Le 2 janvier 1927, à la suite du travail du sénateur Filippo Pennavaria (it) ; douze communes sont détachées de la province et la province de Raguse est formée.

Au cours de la seconde Guerre mondiale, la province a été le théâtre d'affrontements entre les alliés et les troupes fascistes. Dans le cadre de l'Opération Husky, la nuit entre le 9 et le 10 juillet 1943, les Alliés dirigés par le général Bernard Law Montgomery débarquent sur la côte. Puis l'Opération Ladbroke a pour but de reconquérir la ville de Syracuse et d'arriver, à terme, à la libération totale de la Sicile. Le 3 septembre 1943, un armistice est secrètement signé, il est annoncé le 8 septembre, c'est la fin des combats en Sicile[P 17].

Après la guerre, la province commence la reconstruction des bâtiments détruits par les bombardements et elle envisage un investissement dans la construction d'un futur pôle pétrochimique. Le pôle devait avoir un grand impact sur l'économie locale, mais il a en fait eu des effets négatifs sur la nature et l'environnement[P 18].

Le 13 décembre 2013, la province est touchée par un violent séisme : le tremblement de terre de Santa Lucia (it).

Dans les années 2000, la province obtient deux reconnaissances importantes par l'UNESCO :

Héraldique de la province[modifier | modifier le code]

Description des armoiries de la province :

  • En français : « De vert coupé transversal par un filet d'argent accosté à droite de la monnaie d'argent Demarateion représentant la légende Συρακοσιον; à gauche, le verso de la même monnaie, au dessus la victoire volant couronnant les chevaux, sous un lion courant »
  • En italien : « Di verde tagliato in trasversale da un filetto d'argento, accostato a destra dal diritto della moneta d'argento Demarateion raffigurante la leggenda Συρακοσιον; a sinistra il verso della stessa moneta, sopra la vittoria volante nell'atto di incoronare i cavalli, sotto un leone corrente »

Ce blason est choisi comme blason de la province par une charte royale du 11 avril 1938, le 21 septembre 1938 il est approuvé comme le blason officielle de la province par un décret.

Monuments et lieux d'intérêts[modifier | modifier le code]

Dans toutes les villes de la province ont compte de nombreux monuments :

Les églises[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'égaies de Solarino
Extérieur de l'église de Sortino

Parmi les plus grandes églises de la province peuvent être comptées :

Palais et villas[modifier | modifier le code]

Mosaïque de l'époque Romaine (Villa del Tellaro)
Palais Ducezio à Noto
Palais Vemexio à Syracuse
Palais baroque d'Impellizzeri

La province est connue pour son grand nombre de palais, la plupart dans le style de baroque sicilien, mais aussi rococo et néoclassique. Les villes de Syracuse, Noto et Palazzolo Acréide sont classées au patrimoine de l'UNESCO en raison de leurs particularités architecturales et de la quantité de monuments historique qu'elles possèdent. Ceux-ci comprennent :

  • Le palais Doukétios (Palazzo Ducezio) de Noto : La bâtiment accueille aujourd'hui l'administration de la ville de Noto, il a été nommé ainsi en honneur à Doukétios, un ancien roi de Sicile. Il a été construit par Vincenzo Sinatra, sa construction a commencé en 1746 et s'est achevé en 1830.
  • Le palais Astuto (Palazzo Astuto) de Noto : Un bâtiment baroque, sa façade se caractérise par un grand portail en forme d'arc sur lequel on trouve des petites sculptures.
  • Le palais Nicolaci de Villadorata (Palazzo Nicolaci di Villadorata) de Noto : une résidence qui appartenait à la famille noble Nicolaci. Le bâtiment est d'un style baroque, il comporte 90 chambres. La construction du bâtiment a débuté vers 1720 est s'est achevée en 1765. La construction du bâtiment est attribuée à Rosario Gagliardi en collaboration avec Vincenzo Sinatra (son élève de l'époque). Le bâtiment se caractérise par son grand nombre de balcons.
  • Le palais Vescovile (Palazzo Vescovile) de Noto : situé à droite de la cathédrale, le palais a été construit au XVIIIe siècle, il est d'un style architectural néoclassique.
  • Le palais Ferla-Pricone (Palazzo Ferla-Pricone) de Palazzolo Acréide : il est considéré comme le plus vieux palais de la ville de Palazzolo Acréide. La façade est d'un aspect simple et possède un portail en arc immense. Le bâtiment porte les armoiries de la Famille Ferla.
  • Le palais Calendoli (Palazzo Calendoli) de Palazzolo Acréide : du XVIIIe siècle, du style baroque.
  • Le palais Iudica (Palazzo Iudica) de Palazzolo Acréide : de la fin du XVIIIe siècle d'un style rococo (baroque tardif).
  • Le palais Pricone (Palazzo Pricone) de Palazzolo Acréide : du style baroque, on y trouve sur la façade les armories d'une famille aristocratique de l'époque.
  • Le palais de Vermexio (Palazzo del Vermexio) de Syracuse : le bâtiment abrite aujourd'hui la mairie de la ville, il se trouve sur la place de la cathédrale. Il a été construit au XVIIe siècle par un architecte syracusain d'origine espagnole Giovanni Vermexio.
  • Le palais d'Espagne (Palazzo Spagna) de Syracuse : il a été construit en 1760, il est du style baroque.
  • Le palais Bénévent du Bosco (Palazzo Beneventano del Bosco) de Syracuse : il est situé en face de la cathédrale, le bâtiment date du XVe siècle. Il a été restauré dans un style rococo à la fin du XVIIIe siècle.
  • Le palais Borgia de Casale (Palazzo Borgia del Casale) de Syracuse : Construit en 1760, c'est l'un des plus beaux édifices rococo de la ville.
  • La palais Montalto (Palazzo Montalto) de Syracuse : la bâtiment est d'un style gothique et date de la fin du XIVe siècle.

Les villas remarquables classées monuments historiques sont :

  • La Villa de Tellaro (Villa del Tellaro) à proximité de Noto : datant de la fin de l'Empire romain. On y trouve un grand nombre de mosaïques de la période classique.
  • La Villa Landolina (Villa Landolina) à Syracuse.
  • La Villa Politi (Villa Politi) à Syracuse.

Théâtres[modifier | modifier le code]

Decorations du théâtre de Noto Vittorio Emanuele
Intérieur du théâtre Giuseppe Garibaldi
Plafond du théâtre Giuseppe Garibaldi

Les principaux théâtres de la province de Syracuse :

  • Le théâtre grec de Syracuse : datant de l'époque grecque, c'est l'un des plus grands théâtres classiques en pierre de l'antiquité.
  • L'amphithéâtre romain de Syracuse : datant de l'époque romaine, il compte parmi les plus grands amphithéâtres romains d'Italie. Sa structure est en partie détruite, à cause des guerres qui ont ravagées la région tout au long de son histoire et à cause des tremblements de terres récurrents dans la province. L'amphithéâtre reste un des monuments les plus précieux de la ville de Syracuse.
  • Le théâtre grec des Akrai : il se trouve dans le site archéologique de Palazzolo Acréide, le théâtre qui date de l'époque grecque accueille encore aujourd'hui des représentations.
  • Le théâtre communale de Syracuse [R 12] : inauguré en 1897, le théâtre pouvait contenir jusqu'à 700 personnes, il est resté actif jusqu'en 1956 quand il a été fermé pour des conflits internes. Après 50 ans d'inactivité, il est actuellement en restauration.
  • Le théâtre Vasquez[R 13] : le théâtre qui est aussi un cinéma a toujours eu du succès auprès des habitants de la province. En 1986, une étude la classé 58e au classement des meilleurs théâtres d'Italie[R 14].Aujourd'hui le théâtre a une capacité de 600 places et est devenu un complexe avec cinq salles.
  • Le théâtre Vittorio Emanuele [R 15]: situé à Noto, le théâtre a été inauguré en 1870 en l'honneur du roi Vittorio Emanuele II. Le théâtre possède une façade néoclassique et une capacité de 400 places.
  • Le théâtre Giuseppe Garibaldi [R 16]: situé à Avola, le théâtre a été terminé à la fin du XIXe siècle, son nom rend hommage à Giuseppe Garibaldi, il a une capacité de 348 places.
  • Le cinéma-théâtre Olden : il est situé à Lentini, il a la double fonction de théâtre et de cinéma.
  • Le cinéma-théâtre Italie : il est situé à Sortino, il a la double fonction de théâtre et de cinéma.
  • Le théâtre Stabile d'Augusta : c'est le théâtre communale de la ville d'Augusta.
  • Le théâtre di Verdura : il est formé dans une structure de calcaire.
  • Le piccolo Teatro dei Pupi di Siracusa : un petit théâtre de marionnettes situé à Syracuse.

Temples[modifier | modifier le code]

Article connexe : Temples grecs de Syracuse.

Les temples présents dans la province sont :

  • Le temple d'Apollon : situé sur l'île d'Ortygie, c'est le plus ancien de tous les temples doriques périptères de Sicile.
  • Le temple de Zeus : situé à l'ouest de l'île d'Ortygie, ce sont des vestiges, il n'en reste aujourd'hui que deux colonnes.
  • Le temple d'Athéna : situé sur l'île d'Ortygie, c'est un temple récent, il est daté du Ve siècle av. J.-C..
  • Le temple d'Aphrodite[R 17]: construit par le peuple akréens, il est dédicacé à la la déesse de l'amour.

Châteaux[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux châteaux et forteresses dans la province de Syracuse[R 18], mais seul quelques-uns sont bien conservés comme le château Maniace de Syracuse ou encore le château Svevo d'Italie[P 19]. Cependant, dans beaucoup de cas il ne reste que des ruines du château comme à Buccheri et à Buscemi, les châteaux auraient pu être détruits par des batailles, ou plus certainement des tremblements de terres.

Castello de Brucoli (it), Augusta
Château Tafuri (Portopalo di Capo Passero)
Liste des châteaux 

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

De nombreux vestiges archéologiques datant de toutes les époques ont été trouvés dans la province de Syracuse[P 20]. À Syracuse, la plupart des vestiges se trouvent dans le parc archéologique de Néapolis comme le théâtre grec et l'amphithéâtre romain de Syracuse.

Théâtre grec de Syracuse
Communes Capitello modanatura mo 01.svg Aree archeologiche
Augusta Megara Hyblaea
Avola Avola Antica
Buscemi Serra Casale
Casmene
Lentini Leontinoi
Noto Eloro
Villa del Tellaro (it)
Noto Antica
Noto Castelluccio di Noto (it)
Palazzolo Acreide Akrai
Priolo Gargallo Thapsos
Syracuse Parc archéologique de Néapolis
Île d'Ortygie
Stentinello (it)
Nécropole de Cassibile
Solarino Cozzo Collura
Cava del Rivettazzo
Sortino e Cassaro e Ferla Pantalica

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Avec plus de 400.000 habitants, la province de Syracuse et la 6e des provinces siciliennes la plus peuplées. La province a une densité de 188,8 habitants au km2, elle occupe la 5e place des provinces siciliennes en termes de densité de population.

Cassaro est la ville la moins peuplée de la province[R 19].

Syracuse[modifier | modifier le code]

Avec plus de 120 000 habitants, la ville de Syracuse est la plus peuplée de la province[R 20].

Évolution de la population à Syracuse depuis 1861

Culture[modifier | modifier le code]

Universités[modifier | modifier le code]

La province de Syracuse ne possède pas d'université, mais elle possède trois consortiums universitaires avec les universités de Messine et de Catane :

Musées[modifier | modifier le code]

La province possède de nombreux musées de différents types : ethnographiques, archéologiques, scientifiques, naturels... Parmi les musées les plus importants figurent :

  • Le musée archéologique régional Paolo Orso un des plus grands d'Europe.
  • Le musée du palais Bellomo contenant des reliques précieuses et des peintures rares, et qui a accueilli de nombreuses expositions[R 24].
  • Le musée de la civilisation et de la vie rurale situé à Floridia.
Les musées de la province
Musée civique de Noto
0633 - Siracusa - Antiquarium del tempio ionico - Foto Giovanni Dall'Orto - 22-May-2008.jpg
Commune Musée (it) Musée (fr)
Augusta Antiquarium di Megara Hyblaea Musée antique de Megara Hyblaea
Avola Museo Civico Musée civique
Buscemi et Palazzolo Acreide Musei dell'agricoltura Musées de l'agriculture
Canicattini Bagni Museo del tessuto Musée du textile
Carlentini Museo Paleontologico Musée paléontologique
Floridia Museo della Civiltà Contadina Musée de la Vie rurale
Museo Francesco Lombardo Musée Francesco Lambardo
Lentini Museo Archeologico Musée archéologique
Melilli Museo di Storia Naturale Musée d'histoire naturelle
Noto Museo Civico Musée civique
Museo Etnografico Musée ethnographique
Palazzolo Acreide Museo "Antonino Uccello" Musée Antonino Uccello
Museo dei Viaggiatori in Sicilia Musée du Voyage en Sicile
Siracusa Museo archeologico regionale Paolo Orsi Musée archéologique régionale de Paolo Orsi
Museo di Palazzo Bellomo Musée du Palais Bellomo
Museo del Cinema Musée du Cinéma
Museo del Papiro Musée du Papyrus
Archimedeion Musée Archimède
Museo del mare Musée de la mer
Solarino Ecomuseo Hyblon Écomusée Hybléen
La Casa del Novecento La maison du XXe siècle
Sortino Museo dell'Opera dei Pupi Musée de l'Opera dei Pupi
Casa Museo dell'Apicoltura " 'A casa do fascitraru" Musée de l'apiculture

Fêtes et événements folkloriques[modifier | modifier le code]

Dans la province de Syracuse, il y a beaucoup de fêtes folkloriques, religieuses et populaires. De plus, chaque année des événements historiques et culturels y sont organisés[P 21].

Parmi ces événements, la fête la plus célèbre est probablement la fête Santa Lucia (it) qui a lieu principalement le 13 décembre dans la ville de Syracuse et dans plusieurs autres communes de la province. En mai, toujours en l'honneur de Sainte Lucie il y a la fête de ''Santa Lucia delle Quaglie, cette fête se déroule en costume du XVIIe siècle. L'autre fête marquante est la Festa di Sant'Alfio a Lentini (it) qui se déroule au début du mois de mai et en septembre.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Festival du Cinéma des frontières de Marzamemi (it)
Article connexe : Cinéma en Sicile.

Parmi les événements culturels de la province le cinéma a une grande importance. Sur l'île d'Ortygie, il y a le Musée du Cinéma d'une taille de 2 000 m2 (le 3e plus grand musée du Cinéma en Italie). Sa bibliothèque a recueilli plus de 20 000 films et reportages de toutes les époques[R 25].

Le Festival del Cinema di Frontiera (Festival du Cinéma des Frontières) est un concours de films qui se tient chaque année en juillet à Marzamemi (it). Pendant une semaine, il y a des projections sur le thème des « Frontières » (géographiques, culturelles et artistiques)[R 26]. Grâce à la forte présence de sites archéologiques, la province a été choisie pour qu'on y tourne de nombreux films (it) et fictions[P 22].

Musique[modifier | modifier le code]

La province de Syracuse est célèbre pour la présence de plusieurs groupes et chanteurs connus à un niveau national et international, et de tous les genres musicaux. Dans la musique pop avec Rosario Fiorello, Silvia Salemi (it) et Mario Venuti (it), dans le métal avec le groupe No Fear (it). La musique folk est aussi beaucoup diffusée dans la province le phénomène du melting pot a amené des musiques latines, funk et du jazz dans la province.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cuisine sicilienne.

La gastronomie de Syracuse est composée d'aliments de très bonnes qualités. Les saveurs qui sont utilisés sont celles typiques de la cuisine méditerranéenne.

La province produit également de nombreux vins.

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

« A che serve vivere, se non c'è il coraggio di lottare ? »
« À quoi sert de vivre, si on n'a pas le courage de se battre ? »
Giuseppe Fava, né à Palazzolo Acréide

Il y a beaucoup de personnalités liées à la province de Syracuse qui se sont chacune distingués dans des domaines très différents :

Augusta
Avola
Buccheri
Carlentini
Canicattini Bagni
Floridia
Francofonte
Lentini
Melilli
Noto
Pachino
Palazzolo Acréide'
Priolo Gargallo
Rosolini
Syracuse
Solarino
Sortino

Économie[modifier | modifier le code]

Une récolte de citron à Syracuse

Bien que la province de Syracuse soit riche en ressources, elle est peu développée au niveau économique. Pourtant l'économie contribue au développement nationale, mais la population locale ne profite pas de ce développement, principalement à cause d'une politique qui accorde peu d'attention aux besoins locaux.

Avec de forts pics de productions puis brusquement des chûtes de son économie, la province n'est pas bien placée dans les classements qu'établissent les journaux italiens qui déterminent chaque année le niveau de qualité de vie sociale et économique.

Ces classements, ont généralement tendance à sur-classer les provinces du Nord de l'Italie en tenant compte dans leur classement de l'économie d'une seule ville. Ce qui contribue au fait que l'Italie soit politiquement divisé en deux. Et malgré quelques plans nationaux qui avaient pour but d'égaliser les richesses Nord-Sud, les données du journal économique italien Il Sole 24 Ore montrent que le chômage est en augmentation dans toute l'Italie du Sud. Certains partis politiques comme la Ligue du Nord veulent que l'Italie du Sud soit séparée de l'Italie du Nord, il avait lancé une négociation de vote au parlement qui a aujourd'hui été abandonné. Tout ceci à conduit la province et la population de Syracuse dans un gouffre économique[R 27],[R 28].

La population ne peut plus créér d'entreprises facilement, ils doivent payer des charges excessifs : lourds impôts pour l'État et les mafias leur imposant un pizzo. De plus, la bureaucratie et l'environnement du Sud de l'Italie n'encourage pas la création d'entreprises.

La province de Syracuse est connu en Italie pour posséder le plus grand complexe pétrochimique d'Europe, mais comme la politique environnementale et locale de la province n'est appropriée, depuis les années 1970 le territoire connecté a cette industrie a été endommagé et connait une grande pollution ambiante, si importante qu'elle est classée parmi les plus fortes de l'Italie.

Cette industrie est toujours active aujourd'hui a été créée avec un système flou douteux, puisque que l'usine est située dans une zone désormais protégée pour ses sites archéologiques et son environnement fragile[P 23].

Malgré cet échec de l'industrie, la province a des facteurs économiques développés dans d'autres domaines. La province a un fort potentiel dans le secteur primaire et le secteur tertiaire.

Le journal italien Il Sole 24 Ore a souligné dans son classement sur la qualité de la vie en Italie, que si la province de Syracuse adoptait une politique plus locale, elle serait en mesure d'obtenir la première place du classement en raison de ses exportations et de son PIB. Mais la province est actuellement une où le chômage est le plus fort en Italie[R 29].

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Des champs de la province
Exemples de produits agricole déjà emballés et prêts pour la commercialisation

L'agriculture a toujours été d'une grande importance pour la province. Elle est bien située pour qu'on y cultive les fruits de la terre, avec son climat doux, les populations ont toujours privilégiés les productions naturelles[P 24].

Même si dans les temps actuels il est difficile de former une base économique solide juste avec le secteur primaire, la province a des qualités de productions qui lui permettent d'exporter au niveau national et international. Les produits les plus développés de la province sont :

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le pôle pétrochimique

Dans le passé, de nombreuses industries ont été créées sur le territoire de la zone côtière (Priolo Gargallo-Melilli-Augusta), ces industries sont aujourd'hui responsable de la forte pollution de la zone. Certaines entreprises ont été fermées et désaffectées comme Eternit qui utilisait des matériaux dangereux maintenant interdit, l'usine est fermée en 1992. Il y a eu 130 victimes parmi les travailleurs de cette usine, en 2013, le procureur de Turin a ouvert ouvert une enquête pour rendre une justice aux familles des victimes[R 36]. Reste le pôle pétrochimique de Syracuse, qui a un impact très important et pollue énormément la zone qui l'entoure. Entre 2008 et 2012, l'entreprise pétrochimique russe Lukoil a racheté 80 % des parts du pôle pétrochimique. Beaucoup de recherches de santé ont établi la forte dangerosité du pôle sur les populations vivant dans la zone qui l'entoure[R 37],[R 38].

À Priolo Gargallo, il y a la présence de la Centrale solaire thermique d'Archimède et sur le fleuve d'Anapo se trouve un centrale électrique appartenant au groupe d'Enel[R 39].

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Un coucher de soleil à Syracuse
La ville baroque de Noto

Le tourisme a toujours été présent dans la province de Syracuse, déjà au XIXe siècle Stendhal a écrit sur le voyage en Italie et sur l'obligation de visiter la Sicile pour ressentir toute l'essence du Bel Paese.

La Sicile est très importante pour le tourisme, certaines villes de la province de Syracuse sont inscrites dans le Grand Tour (le voyage des jeunes Européen aristocrates), depuis 2000 le centre historique de Syracuse et la cité baroque de Noto sont classés au patrimoine de l'UNESCO. La population locale est consciente de son potentiel touristique et de son patrimoine culturel, artistique et naturel. Les habitants voudront profiter du Tourisme de masse et fermé le pôle pétrochimique qu'ils ne tolèrent plus.

Grâce à son grand nombre d'églises, de cathédrales et de son héritage du temps où elle était sous l'influence des États pontificaux, la province a une capacité de tourisme religieux.

Depuis une dizaine d'années, des centres et des zones commerciales sont apparus dans la province multipliant le nombre de biens et services proposés aux habitants et aux touristes.

Transports[modifier | modifier le code]

Liaison routières[modifier | modifier le code]

Autoroutes[modifier | modifier le code]

Les différentes villes de la province sont desservies par la NSA 399 (it) et par l'A18. La NSA 399 continue le tracé de la route SS 114 d'Augusta à Villasmundo (it).

Routes[modifier | modifier le code]

Le début de la SS 114

La province est traversée par 9 routes nationales, au total 246 km. Parmi ces 9 routes les plus importantes sont la SS 114 et la SS 115, car elles permettent une connexion avec les ville de Catane et de Raguse.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Gare de Syracuse.

Le réseau de chemin de fer principale de la province était constitué de deux lignes (de la RFI) :

Le réseau locale de transport ferroviaire dans la province été beaucoup plus élevé, il a été réduit à cause de la mauvaise gestion de la province. Par exemple la ligne ligne Syracuse-Canicattì (it) passant par Noto fermée en 1986[P 26],[P 27].

Le réseau ferroviaire actuel de la province est exclusivement à voix unique (à l'exception du tronçon Syracuse - Targia). Et seulement la ligne en direction de la ville de Catane est électrifiée. Une possibilité de réouverture de la ligne Raguse-Syracuse est étudiée.

Ports[modifier | modifier le code]

Le port d'Augusta

Bien que la province ait une longue côte, elle n'est pas spécialement renommée pour ses ports [R 40],[R 41], la province n'a pas de grandes installations portuaires et seul le port de Syracuse fait des échanges commerciales à un niveau national. Le port de Syracuse a également pour projet de moderniser son transport de voyageurs et d'y développer la pêche.

Port RWB Fähre(L).svg Typologie Places
  • plaisance
  • commerciale, plaisance, militaire
  • commerciale
  • plaisance, pêche, plaisance
  • plaisance, pêche
  • plaisance
  • plaisance, pêche
  • plaisance
  • plaisance, pêche
  • -
  • -
  • -
  • 40
  • 640
  • -
  • -
  • 150
  • 20

Aéroports[modifier | modifier le code]

Dans la province, il n'y pas la présence d'aéroport public, mais seulement l'aéroport militaire de Sigonella, qui est situé sur le territoire de Lentini. À Syracuse est situé un aérodrome privé avec une seule piste de 500 mètres. L'aéroport civil le plus proche est l'Aéroport de Catane-Fontanarossa, dans la province de Catane.

Il est probable qu'à l'avenir, l'aéroport de Comiso (province de Raguse) sert de plus en plus aux habitants de la province de Syracuse.

Sport[modifier | modifier le code]

L'arrivée finale du 24e Trophée Pantalica à Solarino

Événements[modifier | modifier le code]

La province de Syracuse a accueilli et organisé dans le passé de nombreux événements sportifs dont certains de portée internationale tels que :

Dans la province se tient encore les manifestations sportives suivantes :

  • La course automobile : Coppa Val d'Anapo, organisé par les villes de Syracuse et de Sortino, une course en 2 étapes.
  • Le marathon de la ville de Syracuse (Siracusa City Marathon) : il existe depuis 1999, un semi-marathon dans la nature est aussi organisé.

En même temps d'accueillir ces événements sportifs, la province organise des fêtes folklorique, pour attirer plus de personnes aux événements.

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

La province de Syracuse est depuis longtemps considérée comme très sportive, les premiers clubs de la province étaient les clubs de handball de Syracuse et de Rosolini, l'équipe de water-polo et de basket féminin de Priolo Gargallo, ces équipes avaient participées au championnats nationaux les plus élevés.

Les clubs de cyclisme sont également beaucoup répandues dans la province notamment les clubs d'Avola, de Canicattini Bagni, de Floridia et de Solarino, les clubs d'athlétisme sont également répandues mais au niveau amateur[R 42].

Le football est également beaucoup pratiqué dans la province avec quelques clubs qui jouent ou ont joué à un niveau semi-profressionel :

Athlètes[modifier | modifier le code]

Le sportifs de la ville de Syracuse sont probablement les plus connus de la province. Parmi l'arbitre international Concetto Lo Bello et l'apnéiste Enzo Maiorca a plusieurs reprises détenteur du record du monde de plongée. En athlétisme Giuseppe Gibilisco, en automobile, le pilote Giovanni Lavaggi, en football le joueur Giovanni Pisano et l'entraîneur Gaetano Auteri (it), les cyclistes Carmelo Barone, Giampaolo Caruso et Paolo Tiralongo.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Voici les équipements sportifs les plus importants de la province :

Administration[modifier | modifier le code]

Du 17 juin 2008 au 17 juin 2013 c'est Nicola Bono (it) (PPL) qui est le président de la province.

Depuis le 17 juin 2013 c'est Alessandro Giacchetti (it) qui est le président de la province.

En janvier 2014, des réformes étaient prévues en Italie sur l'administration des provinces. En effet, l'administration de la province devait être supprimé en janvier 2014, réforme abandonnée par le gouvernement[R 44].

Jumelage[modifier | modifier le code]

La province est jumelée avec la Province de Vérone (Drapeau de l'Italie Italie) depuis 2011.

Communes[modifier | modifier le code]

La province comprend 21 communes :

Commune Population
(ab)
Superficie
(km²)
Augusta 34.062 109,33 km2
Avola 31.679 27 km2
Buccheri 2.182 57,43 km2
Buscemi 1.153 51 km2
Canicattini Bagni 7.354 15 km2
Carlentini 17.586 157 km2
Cassaro 839 19,38 km2
Ferla 2.636 24,77 km2
Floridia 22.600 26,22 km2
Monteriggione Terme 12.523 73,95 km2
Lentini 24.036 215,75 km2
Melilli 12.897 163,03 km2
Noto 24.004 550,86 km2
Pachino 21.731 50,47 km2
Palazzolo Acreide 9.061 86,34 km2
Portopalo di Capo Passero 3.684 14,87 km2
Priolo Gargallo 12.189 57,58 km2
Rosolini 21.581 76,15 km2
Siracusa 124.016 204 km2
Solarino 7.503 13,01 km2
Sortino 8.986 93,19 km2

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références sur papiers[modifier | modifier le code]

  1. (it) Antonella Battaglia, 2004
  2. (it) Santi Rametta, La valle dell'Anapo dans Siracusani (volume 31- p. 47), mai-Juin 2001
  3. (it) Giuseppe Silluzio, Il monte Climiti — I Siracusani, vol. 34,‎ novembre - décembre 2001, page 59
  4. (it) Giovanni Di Maria, Corrado Nastasi, Cava Grande del Cassibile — I Siracusani, vol. 27,‎ septembre - octobre 2000, page 44
  5. Giuseppe Silluzio, I boschi degli Iblei — I Siracusani, vol. 33,‎ septembre - octobre 2001, page 35
  6. (it) Melinda Miceli, 2004
  7. (it) Costantino De Martino, Fra natura e archeologia nella valle dell'Anapo — I Siracusani, vol. 52,‎ novembre - décembre 2005, page 59
  8. (it) Giuseppe Piccione, Salvatore Baglieri, Saline di Priolo - Riserva Naturale Orientata — I Siracusani, vol. 52,‎ juillet - août 2004, page 20
  9. (it) Angelo Magnano, L'oasi di Vendicari — I Siracusani, vol. 36,‎ mars - avril 2002, page 17
  10. (it) Melinda Miceli, 2006
  11. (it) Giuseppe Piccione, Salvatore Baglieri, Le coste syracusaine — I Siracusani, vol. 50,‎ juillet - août 2004, page 19
  12. (it) Carlo Morrone, Un impero chiamato Siracusa — I Siracusani, vol. 14,‎ juillet - août 1998, page 57
  13. (it) Alessandro Italia, La Sicilia feudale — I Siracusani, vol. 14,‎ juillet - août 1998, page 28
  14. (it) Henry Raymond, Liliane Dufour, Siracusa e la sua Provincia, L.C.T. Edizioni,‎ 1993, page 30 IT\ICCU\RER\0014449
  15. D'après Mario Cosentino professeur de géologie et de géophysique à l'université de Catane, l'épicentre du tremblement de terre serait le golfe d'Augusta.
  16. (it) Annalena Lippi Guidi, Siracusa al tempo di Ferdinando II di Borbone — I Siracusani, vol. 14,‎ juillet - août 1998, page 46
  17. (it) Orazio Sudano, Province de Syracuse,‎ 2003
  18. (it) Salvatore Maiorca, Siracusa anni '50, il boom! — I Siracusani, vol. 10,‎ novembre - décembre 1997, page 13
  19. (it) Giovanni Di Raimondo, I forti di Augusta — I Siracusani, vol. 29,‎ janvier - février 2001, page 26
  20. Italo Russo, Uno sguardo sul territorio archeologico provinciale — I Siracusani, vol. 53,‎ janvier - février 2005, page 51-54
  21. (it) Giuseppe Pitrè, Feste patronali nella Sicilia orientale,‎ 2000 (ISBN 88-8031-504-8), San Giovanni La Punta
  22. (it) Carlo Motta, Cent'anni di cinema a Siracusa — I Siracusani, vol. 23,‎ janvier - février 2000, page 39
  23. (it) Peggio Eugenio, Mario Mazzarino, Valentino Parlato, Industrializzazione e sottosviluppo: progresso tecnologico in una provincia del Mezzogiorno (Industrialisation et développement, progrès économique dans les provinces), Einaudi,‎ 1960, page 48 IT\ICCU\MIL\0053556
  24. (it) Saltini Antonio, Sicilia fra feudi e giardini, Edagricole,‎ 1982 (ISBN 88-206-2172-X)
  25. (it) Piero Muscolino, Le ferrovie della Sicilia sud-orientale, EdiArgo,‎ 2006 (ISBN 88-88659-50-1)
  26. (it) Lino Covato, Siracusa-Ragusa-Vizzini, la ferrovia secondaria attraverso le immagini — I Siracusani, vol. 45,‎ septembre - octobre 2003, page 51
  27. (it) Domenico Molino, La rete FS a scartamento ridotto della Sicilia, Edizioni Elledi,‎ 1985 (ISBN 88-7649-037-X)
  28. (it) Vincenzo Fazzino, Così nacque la Cittadella dello Sport — I Siracusani, vol. 39,‎ septembre - octobre 2002, page 13
  29. (it) Vincenzo Fazzino, Campo scuola "Pippo Di Natale" — I Siracusani, vol. 38,‎ juillet - août 2002, page 8

Références en ligne[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Article sur les îles par population (sur Wp:it) »,‎ consulté le 1er mars 2014.
  2. (it) « Article sur les îles de Sicile (sur Wp:it) »,‎ consulté le 1er mars 2014.
  3. (it) Relevé des températures à Syracusa
  4. (it) Réserve naturelle de Syracuse
  5. L 222/2007 (it), site du parlement italien (L222/2007)
  6. (it) Ducezio : Roi des sicules Consulté le 5 mars 2014
  7. (it) Doukétios : 1 symbole Consulté le 5 mars 2014
  8. (it) le site archéologique de Megare Iblea Consulté le 5 mars 2014
  9. Fara Misuraca, « La Constitution de 1820 »,‎ Consulté le 5 mars 2014
  10. Carmelo Gemma, « Extrait des archives de Syracuse »,‎ Consulté le 5 mars 2014
  11. (it)Legge 20 marzo 1865, n. 2248, art. 4 Consulté le 6 mars 2014
  12. (it) « Site officiel du théâtre » (consulté le 5 mars 2014)
  13. (it) Le ballet de Moscou au théâtre Vasquez — Consulté le 5 mars 2014
  14. (it) Histoire du cinéma à Syracuse Consulté le 5 mars 2014
  15. (it) « théâtre de Noto »,‎ Consulté le 5 mars 2014
  16. (it) « Théâtre Giuseppe Garibaldi »,‎ Consulté le 5 mars 2014
  17. (it) « AKRAI: TEMPIO DI AFRODITE »,‎ Consulté le 2 mars 2014
  18. (it) Pina La Villa, « Castrum, mocta, fortilicium: castelli nella provincia di Siracusa »,‎ 16 juillet 2005 (consulté le 5 mars 2014)
  19. (it) « Statistiques de la Province de Siracusa »,‎ Consulté le 2 mars 2014
  20. (it) ISTAT (30 juin 2008)
  21. (it) « S.D.S. di Architettura di Siracusa - Facoltà di Architettura »,‎ Consulté le 4 mars 2014
  22. (it) « C.U.M.I. (Consorzio universitario Megara Ibleo) »,‎ Consulté le 4 mars 2014
  23. « C.U.M.O. Consorzio universitario Mediterraneo Orientale »,‎ Consulté le 4 mars 2014
  24. (it) « Mosca: capolavori siciliani in mostra alla Galleria Statale Tret jakov »,‎ Consulté le 4 mars 2014
  25. (it) « Site du musée du cinéma de Syracuse (Museo del Cinema di Siracusa) »,‎ Consulté le 2 mars 2014
  26. (it) « Site officiel du Festival »,‎ consulté le 2 mars 2014
  27. (it) « Déséquilibre de croissance en Italie, Nord contre Sud »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  28. (it) « L'économie italienne entre le Nord et le Sud »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  29. (it) « Qualità della vita Provincia di Siracusa - Sole 24 Ore (Qualité de vie dans la province de Syracue — Il Sole 24 Ore) »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  30. (it) « Consorzio di Tutela del Limone di Siracusa IGP »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  31. (it) « Arancia Rossa di Sicilia IGP »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  32. (it) « IGP Pomodoro di Pachino »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  33. (it) « Consorzio Mandorla di Avola »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  34. (it) « La pomme de terre nouvelle de Syracuse »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  35. (it) « Site internet »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  36. (it) « Eternit : justice pour les victimes de Syracuse », sur solmat.it,‎ juin 2013 (consulté le 3 mars 2014).
  37. (it) « Inquinamento e malformazioni. Ricerca scientifica nel Triangolo »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  38. (it) « Incidence écologique sur la zone de Syracuse »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  39. Enel SpA - Anapo (SR)
  40. (it) « Carte dei mari italiani. Elenco porti e marina - da Marina di Ragusa a Lido di Noto con Capo Passero (Carte des ports de Sicile n°65) »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  41. (it) « Carte dei mari italiani. Elenco porti e marina - da Lido di Noto a Capo Campolato con Siracusa e Augusta (Carte des ports de Sicile n°66) »,‎ consulté le 3 mars 2014
  42. (it) « Elenco delle società sportive presenti in Provincia di Siracusa e affiliate al CONI — Sire du comité olympique en Italie »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  43. (it) « Informations sur le Pala Acer »,‎ Consulté le 3 mars 2014
  44. (it) « Siracusa, Passaggio di consegne alla Provincia: Il commissario Giacchetti succede a Bono »,‎ consulté le 2 mars 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  1. (it) Monuments de Augusta
  2. (it) Monuments de Avola
  3. (it) Monuments de Buccheri
  4. (it) Monuments de Buscemi
  5. (it) Monuments de Canicattini Bagni
  6. (it) Monuments de Carlentini
  7. (it) Monuments de Cassaro
  8. (it) Monuments de Ferla
  9. (it) Monuments de Floridia
  10. (it) Monuments de Francofonte
  11. (it) Monuments de Lentini
  12. (it) Monuments de Melilli
  13. (it) Monuments de Noto
  14. (it) Monuments de Pachino
  15. (it) Monuments de Palazzolo
  16. (it) Monuments de Portopalo di Capo Passero
  17. (it) Monuments de Priolo Gargallo
  18. (it) Monuments de Rosolini
  19. (it) Monuments de Syracuse
  20. (it) Monuments de Solarino
  21. (it) Monuments de Sortino

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages en italien[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :