Province de Ferrare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Ferrare
Provincia di Ferrara
Carte de la province de Ferrare
Carte de la province de Ferrare
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne
Capitale Ferrare
Communes 26
Président Marcella Zappaterra
(PD)  (23/06/2009)
Code postal 44121-44124 (Ferrare), 44010-44049
Plaque d'immatriculation FE
Préfixe téléphonique 0532, 0533
Code ISTAT 038
Démographie
Population 359 994 hab. (31-12-2010[1])
Densité 137 hab./km2
Géographie
Superficie 263 112 ha = 2 631,12 km2
Localisation
Localisation de Province de Ferrare
Liens
Site web http://www.provincia.fe.it

La province de Ferrare est une province italienne, dans la région d'Émilie-Romagne. La capitale provinciale est Ferrare.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une aire géographique complètement en plaine avec des altitudes variant entre 0 et quelques dizaines mètres dans la partie occidentale de la province, aux confins avec Modène.

La fertilité du sol permet diverses cultures et la majeure partie du territoire est travaillée dans ce sens. Toutefois, des nombreuses zones protégées sont présentes, marécages et étangs dont les plus connus sont les Valli di Comacchio, marais les plus étendus et complexes d’Italie qui conjuguent étangs d’eau douce et bassins naturels d’eau saumâtre. Les principales zones boisées sont la Grande forêt de la Mesola, les pinèdes côtières et la Forêt de la Panfilia aux confins avec la province de Bologne. Ces dernières années, les zones sont reboisées, principalement à base de peupliers.

La province est parcourue par divers cours d’eau dont le plus important est le , mais aussi le fleuve Reno qui, depuis Cento jusqu’à Argenta, où il reçoit deux affluents l’Idice et le Sillaro, il forme les confins avec la province de Bologne. La partie ouest de la province reçoit le dernier tronçon du fleuve Panaro qui conflue avec le Pô dans la commune de Bondeno. Passant par la ville de Ferrare, le Pô de Volano, puis un deuxième bras allant plus au sud, le Pô de Primaro qui termine sa course à Argenta où son ancien lit est occupé par le Reno.

Géophysique/histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Delta du Pô et Ferrare.

La morphologie du terrain et l’histoire de la province sont étroitement liés au Delta du Pô et à la ville de Ferrare. Terrain formé au fil des millénaires par l’alternance des ères glaciaires et par les alluvions et les caprices du fleuve . L’établissement des grecs et des étrusques qui fondèrent plusieurs cités, puis des romains qui s’établirent dans des zones où ils pouvaient exploiter les limons pour la fabrication des briques, cuite ensuite avec le bois des forêts présentes.

La province fut marquée par les querelles entre la maison d'Este, les États pontificaux à qui appartenait le territoire, les provinces du Nord sous le règne de la République de Venise, domaine de la Lombardie. Affrontement avec la province de Bologne sur la gestion des cours d’eau de Reno et des l’assèchement des marais Padusa.

Nature[modifier | modifier le code]

La forêt de la Mesola

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Abbatiale de Pomposa
Église de San Giorgio
I Trepponti a Comacchio

Communes[modifier | modifier le code]

Les 26 communes de la province avec les habitants[2]:

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L’origine alluvionnaire des sols oriente naturellement l’exploitation de ceux-ci vers des activités agricoles, principalement céréalières et maraichères sur environ 200 000 hectares.

Pêche[modifier | modifier le code]

  • En étang et marais (les valli de Comacchio principalement), la pêche principale est celle de l’anguille (spécialité culinaire régionale) qui se pratique selon le rythme séculaire et naturel de migration des anguilles.
  • En mer, pêche traditionnelle le long des côtes et au large (poissons de l’Adriatique : sole, sardine, maquereau, saumonette, bar, … seiche, encornet, langoustine, crevette, mante de mer, crustacés divers). Ports de Goro, Porto Garibaldi

Industrie[modifier | modifier le code]

On y trouve aussi de l’industrie chimique (ammoniaque, polyesters, matières plastiques).

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Les agritourismes, découverte de la nature, dégustation et vente de produits régionaux[3]. Les zones marécageuses sont d’un grand intérêt au niveau de la faune, de la flore et pour les découvertes ornithologiques.
  • Ferrarre festival de ballon, avec l'organisation partenariat de Montgolfière
  • Tourisme balnéaire dans une dizaine de stations, appelées Lido comme à Spina, Estensi, Scacchi, Pomposa, Nationi, Volano.

Culture[modifier | modifier le code]

La ville devint aux XVe et XVIe siècles, un foyer intellectuel et artistique attirant les plus grands artistes et esprits de la Renaissance italienne

Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1er janvier 2011 la population étrangère résidente était de 27 294 personnes soit 7,6 % de la population totale. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Drapeau du Maroc Maroc 4 377
2 Roumanie Roumanie 3 917
3 Drapeau de l'Ukraine Ukraine 3 102
4 Drapeau du Pakistan Pakistan 2 299
5 Drapeau de l'Albanie Albanie 2 485
6 Drapeau de la Moldavie Moldavie 2 167
7 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 587

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antonio Saltini, Dove l'uomo separò la terra dalle acque. Storia delle bonifiche in Emilia-Romagna, Diabasis, Reggio Emilia 2005 ISBN 88-8103-433-6
  • Julie Chaizemartin, Ferrare, joyau de la Renaissance italienne, éditions Berg International, Paris, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]