Province d'Almería

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province d'Almería
Blason de Province d'Almería
Héraldique
Drapeau de Province d'Almería
Drapeau
Image illustrative de l'article Province d'Almería
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Capitale Almería
Comarques Almería • Alpujarra almeriense • Los Filabres - Tabernas • Levante almeriense • Poniente almeriense • Valle del Almanzora • Los Vélez
ISO 3166-2:ES AL
Indicatif téléphonique 850, 950
Démographie
Population 704 219 hab. (2012)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 10′ N 2° 20′ O / 37.166666666667, -2.3333333333333 ()37° 10′ Nord 2° 20′ Ouest / 37.166666666667, -2.3333333333333 ()  
Superficie 877 400 ha = 8 774 km2

La province d'Almería est la plus orientale des huit provinces de la communauté autonome d'Andalousie, en Espagne. Sa capitale est la ville d'Almería.

Le code ISO 3166-2 de la province d'Almería est ES-AL.

Elle est connue pour son extrême aridité, cette région étant parmi les rares contrées désertiques d'Europe, ce qui fit d'elle un lieu privilégié pour les tournage de westerns spaghetti durant les années 1960 et 1970. Almería attire un grand nombre d'immigrés qui veulent travailler dans l'agriculture « sous serre » qui s'est développée surtout autour d'El Ejido.

Malgré la proximité de la mer Méditerranée, le cabo de Gata, à 30 km d'Almeria, subit les conséquences d'un microclimat qui en fait le point le plus chaud et le plus aride d'Europe. Dunes miniatures, falaises de basalte, marais salants et plages s'y déploient sur des dizaines de kilomètres autour d'un domaine aménagé depuis 1987 en parc naturel (3 700 ha). La Sierra de Gata, quasiment désertique, connait 3 000 heures d'ensoleillement par an et reçoit moins de 200 mm de pluie par an. Accablés de chaleur, ces paysages grandioses sont érodés par le vent.

En 2000, de violentes ratonnades contre les immigrés avaient fait une centaine de blessés[1]. Almería attire aussi beaucoup des touristes européens qui profitent du climat doux et des belles plages de la région.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. J. López, « Les Marocains d'Espagne ont enfin leur discothèque », El País cité dans Courrier international du 15-10-2007, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]