Provéditeur (Venise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Provéditeur.

Un provéditeur (provveditoro) est un officier civil (généralement un magistrat) de la République de Venise chargé du contrôle, de l'inspection ou du commandement d'une flotte, d'une province, d'une place forte. Il était également chargé de superviser les actes des Condottieres nommés par la République.

Certains provéditeurs sont des surintendants (sopraprovveditori), chargés de l'intendance de la Ville. Ils sont nommés par le Sénat.

Caractéristiques des provéditeurs[modifier | modifier le code]

Ils étaient nommés pour une période déterminée. Certains d'entre eux détenaient seuls le pouvoir décisionnaire, d'autres prenaient leurs décisions de manière collègiale.

Les provéditeurs du Commun[modifier | modifier le code]

Ces magistrats, trois en nombre et comparables aux édiles romains, ont comme rôle :

  • d'entretenir la propreté de la cité ;
  • de réparer ponts et pavés ;
  • de mettre la police sur les navires, pour éviter des surcharges ;
  • de connaître des privilèges des citadins ;
  • de taxer les nouveaux livres ;
  • d'exercer autorité sur les confréries d'artisans et les gondoliers de traverse.

Ils prestent une charge de 16 mois et disposent d'une voix au Sénat.

Le début de cette magistrature fut contemporain à la navigation et au commerce des Vénitiens dans les ports de Soria. Composée de trois patriciens, elle imposa les règles de négoce relatifs au merendanti, aux marchandises entrantes et sortantes, aux canaux navigables en ordonnant en 1277, que d'elle dépendraient la filature de laine, la soierie, les battilori ainsi que tous les gens attenenti à ces deux métiers, à savoir lainiers, tisseurs, teinturiers, chapeliers, merciers, manufacteurs de bonnets, papetiers et vendeurs de livres. Confié à ce magistrat depuis son institution l'obligation de l'arrangement des voies de la ville et ceci, comme le Capitulaire l'indique, pour le bien du marché. C'est pourquoi il semblerait, que cette institution s'occupa seulement du déchargement et transport des marchandises. S'y ajoute, en 1484, le soin de l'état des ponts, des pavés et des canaux de la ville, avec la faculté de vendre les usines en ruine, ce qui fit ressembler les provéditeurs de Commun aux édiles de la Rome antique. Mais d'autres compétences furent déférées à ces provéditeurs : celle de surintendance des fraglie (compagnies des barcaiuoli des bacs de la ville), du Collège des médecins et chirurgiens, des écoles laïques de dévotion (à l'exclusion des scuole grandi), du courrier public, des jeux de loto et des naufragés et finalement, d'autoriser, par privilège ou par grâce, la population étrangère à exercer le négoce tant à Venise qu'en-dehors.

Les provéditeurs alle Ragioni Vecchie[modifier | modifier le code]

Ces magistrats, en tout trois nobles et comparables aux questeurs romains, ont comme rôles :

  • d'envoyer des présents aux Princes, Ambassadeurs et Seigneurs en visite, au nom du Sénat;
  • juge des dommages faits aux domaines de la Seigneurie hors Venise;
  • réviseur aux comptes des Provéditeurs alle Biave ;

Ils prestent une charge de 16 mois et disposent d'une voix au Sénat.

Les provéditeurs alle Ragioni Nuove[modifier | modifier le code]

Ces magistrats, en tout trois jeunes nobles, complément aux précédents, ont comme rôles :

  • faire payer ceux ayant pris parti dans les fermes de la république;
  • saisir les bien de ceux qui ne s'en acquittent pas;
  • faire battre des piécettes d'argent (oselle(it)), données au nobles entrant au grand Conseil.

Ils restent 16 mois en charge.

Les provéditeurs sopra la Giustizia Vecchia[modifier | modifier le code]

L'inobservance des prescriptions établies concernant les objets déférés à la magistrature de la Justice Vieille fut cause qu'en 1565 furent désignés deux provveditori sopra la Giustizia Vecchia qui leur impose de juger les transgresseurs, de casser des sentences, et si la rigueur de la loi fut insuffisante, de proposer de nouvelles dispositions, ce pourquoi ils devaient comparaître chaque mois devant le Pien Collège pour faire rapport des dénonciations de contrefaçons du mois précédent.

Un troisième provéditeur fut ajouté aux deux existants. Ils restèrent 16 mois en charge.

D'autres tâches incluent :

  • de juger ceux qui vendent à fausse mesure ou faux poids;
  • de fixer les prix des fruits et poissons;
  • de régler les conflits entre bourgeois et gens de métier;
  • de réguler les enseignes des boutiques;
  • de contrôler les conditions auxquelles sont employés les apprentis et d'enregistrer les conventions de travail;

Les provéditeurs alla Giustizia Nova[modifier | modifier le code]

Cette magistrature, complément de la précédente, a juridiction sur les hôtelleries et cabarets, quant au respect ;

  • du vin non frelaté;
  • du paiement des droits à la seigneurie.

Ils restent 16 mois en charge.

Les provéditeurs all'Armar[modifier | modifier le code]

Ils furent responsables de la préparation et l'armement des galères et des navires et attribuaient les rôles des soldats de marine et des chiourmes (galériens).

Patroni all' arsenal[modifier | modifier le code]

Magistrature d'ancien institution, composée de trois patriciens auxquels des lois du Maggior Consiglio de 1280 et 1291 confièrent la garde de l'arsenal. Selon une autre loi de 1442, ils devaient se domicilier dans trois immeubles contigus à l'arsenal, appelés le Paradis, le second le Purgatoire, le troisième l' Enfer. Ils devaient chacun à son tour loger pour quinze nuits dans les pièces intérieures de l'arsenal en gardant près de soi les clés. À cette époque, le Provéditeur assumait le titre de Patron di guardia. Au-delà du devoir de garde, le provéditeur ordonna aussi les travaux et assura la surintendance de leur exécution, de gérer l'économat et de punir les fautes et les manquements. Un provéditeur resta en charge trente-deux mois.

alle artiglerie[modifier | modifier le code]

En 1589 furent institués trois patriciens, désignés par le sénat, chargé de surveiller l'artillerie, l'usine de poudre (à canon), les munitions et leur distribution. Le corps des Bombardieri dépendait directement d'eux.

Les surintendants et provéditeurs alle Biave[modifier | modifier le code]

Au nombre de trois, ces nobles surintendants sont comparables aux édiles de Cérès. Ils sont chargés d'assurer l'approvisionnement de la cité en blés et grains.
Sous eux se trouvent trois autres nobles, provéditeurs alle Biave, qui font de même ainsi que deux signori al Formento, qu igèrent les stocks des magasins publics.

Les surintendants du Sel[modifier | modifier le code]

Au nombre de quatre, ces nobles surintendants appelés jadis Salinieri del Mare sont chargés d'assurer l'approvisionnement de la cité en sel des Salines publiques et d'en organiser la vente. Cette charge, fort rémunératrice, est de dix mois. Le Sénat les fait surveiller de très près par les revisori al sale. Les rentrées de cet Office furent affectées aux dépenses de construction ou de restauration des usines publiques.

Les surintendants de la santé[modifier | modifier le code]

Au nombre de trois et trois suppléants, ces nobles surintendants sont chargés de l'inspection sanitaire de la ville, tant au plan des maladies que des denrées. Ils inspectent tout ce qui débarque. Ces précaution résultent des épidémies de peste que la ville a connu.

Magistrats de l'eau[modifier | modifier le code]

Deux magistratures sont instituées pour le contrôle des eaux :

  • le Savii alle Acque, composé de sénateurs ou procurateurs ;
  • le esecutori alle acque, composé de trois jeunes nobles, chargé de faire appliquer les lois édictées par les précédents.

Une des applications est le curage annuel des canaux.

Le surintendant Réformateur des Pompes[modifier | modifier le code]

Ce magistrat est comparable aux censeurs romains. Il est occupé par un procurateur de Saint-Marc ou un sénateur illustre. Il est chargé de tout ce qui concerne le contrôle des murs, allant des habitudes de table par l'habillage jusqu'à la prostitution.

Les provéditeurs-généraux[modifier | modifier le code]

Les provinces, villes ou places-fortes entre les mains des vénitiens furent gouvernées par un provéditeur-général, ayant les attributions d'un gouverneur. Ainsi en alla-t-il entre autres pour Candie (où il prit le titre de duc), la Dalmatie, Corfou

Provéditeur-général de Mer[modifier | modifier le code]

Il gérait l'argent nécessaire à la flotte, commandait en l'absence du Généralissime, pouvait attribuer les rôles, et punir de mort les soldats qui eussent manqué à leur devoir. Il siègeait à Corlù. Sa charge était de trois ans.