Protoporphyrine zinc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Protoporphyrine zinc
Protoporphyrine zinc
Identification
No CAS 15442-64-5
PubChem 6063
Propriétés chimiques
Formule brute C34H32N4O4Zn  [Isomères]
Masse molaire[1] 626,02 ± 0,05 g/mol
C 65,23 %, H 5,15 %, N 8,95 %, O 10,22 %, Zn 10,45 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La Protoporphyrine zinc (ZPP) est un composé trouvé dans le sang, et plus précisément dans les globules rouges quand la production de l'hème est inhibée par une intoxication par le plomb (saturnisme) et/ou une carence en fer (anémie)[2]

Utilité clinique[modifier | modifier le code]

La mesure du taux de protoporphyrine zinc dans les globules rouges est une des méthode de dépistage du saturnisme[2],[3],[4] et/ou d'une carence en fer[5].

Les situations cliniques spécifiques dans lesquelles cette mesure a été jugée utile (car indiquées par un taux de protoporphyrine zinc anormalement élevé) sont[3] :

Les ZPP dans les globules rouges intacts ont des propriétés de fluorescence qui permettent de mesurer rapidement et de manière peu coûteuse le taux de ZPP, même dans un très petit volume d'échantillon sanguin[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des composés de porphyrine contenant du zinc sont connus depuis les années 1930[2], mais c'est vers 1974 que les données scientifiques sont devenues plus précises et médicalement utiles[7]. On a ensuite montré que la ZPP était la porphyrine non hémique majeure formée dans les globules rouges en cas d'intoxication saturnine ou de carence en fer.

On savait déjà à cette époque que le taux de protoporphyrine IX non hémique étaient élevés dans ces conditions, mais les chercheurs utilisaient des méthodes d'extraction qui ne permettaient pas de dosage précis, car convertissant la ZPP en protoporphyrine IX non liée[8].

Les premiers articles écrits sur ce sujet sont parfois déroutant ou contradictoires, avec des résultats difficiles à comparer, car présentés sans examen détaillé des méthodes de mesure et sans les facteurs de conversion utilisés (les unités de mesures de la PPZ (alors souvent abrégé en ZP ou ZnPP dans la littérature anglophone) variaient selon les études).

Les pratiques actuelles, plus standardisées tendent à présenter cette mesure en rapport molaire de ZPP sur hème (μmole/mole)[2],[5].

PPZ et plomb[modifier | modifier le code]

Les PPZ sont des composé qui peuvent se former anormalement dans les globules rouges et qui sont considérés comme de bons biomarqueurs[9].
Un dosage anormalement élevé du taux sanguin de protoporphyrine zinc est associé à une inhibition de la production d'hème, ce qui indique une intoxication de type saturnine[10] (intoxication par du plomb ou un sel de plomb tel que chromate de plomb, monoxyde de plomb, sulfate de plomb, tétroxyde de plomb, acétate de plomb, tétraméthyle de plomb, tétraéthyle de plomb,... )[11] ou par le vanadium et/ou une déficience en fer (anémie)[2] Dans ce cas, au lieu d'incorporer un ion ferreux, pour former l'hème, la protoporphyrine IX, le précurseur immédiat de l'hème, intègre un ion zinc, formant la protéine ZPP.
La valeur moyenne de protoporphyrine zinc (« Valeur de référence dans la population générale ») est en France inférieure à 3 µg/gramme de sang (Hb ; 45 µg/100 ml) qui sont les valeurs retenues dans le tableau des maladies professionnelles n° 1 du RG (Journal Officiel du 11 octobre 2008). Ces valeurs peuvent évoluer avec les connaissances scientifiques[12].
On considère en France qu'il y a saturnisme quand ce taux atteint ou dépasse 20 µg/g. Hb et que le taux sanguin de plomb (plombémie) atteint ou dépassent 500 μg·l-1. Ce dosage est effectué par détecteur de fluorescence (de 6 € à 19 € , prix moyen en 2009, 15 €) ou par chromatographie liquide à haute performance avec détection par fluorescence (16 € en 2009)[13]. Les valeurs de références diffèrent selon les pays (exemple, en Suisse[14] ou au Canada[15], et dans certains pays, elles n'ont pas été établies. Les taux moyens varient selon l'exposition moyenne de la population au plomb et à d'autres toxiques et peut-être selon des facteurs génétiques).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b, c, d et e (en) Labbé RF, Vreman HJ, Stevenson DK, « Zinc protoporphyrin: A metabolite with a mission », Clinical Chemistry, vol. 45, no 12,‎ décembre 1999, p. 2060–72 (PMID 10585337, lire en ligne)
  3. a et b (en) Martin CJ, Werntz CL, Ducatman AM, « The interpretation of zinc protoporphyrin changes in lead intoxication: a case report and review of the literature », Occupational Medicine, vol. 54, no 8,‎ décembre 2004, p. 587–91 (PMID 15576877, DOI 10.1093/occmed/kqh123)
  4. (en) Verschoor M, Herber R, Zielhuis R, Wibowo A, « Zinc protoporphyrin as an indicator of lead exposure: precision of zinc protoporphyrin measurements », International Archives of Occupational and Environmental Health, vol. 59, no 6,‎ 1987, p. 613–21 (PMID 3679557, DOI 10.1007/BF00377923)
  5. a et b (en) Crowell R, Ferris AM, Wood RJ, Joyce P, Slivka H, « Comparative effectiveness of zinc protoporphyrin and hemoglobin concentrations in identifying iron deficiency in a group of low-income, preschool-aged children: practical implications of recent illness », Pediatrics, vol. 118, no 1,‎ juillet 2006, p. 224–32 (PMID 16818569, DOI 10.1542/peds.2006-0156)
  6. Blumberg WE, Eisinger J, Lamola AA, Zuckerman DM , The hematofluorometer ; journal : Clinical Chemistry ; vol. 23 ; issue 2 PT. 1 ; pages=270–4 ; Février 1977 ; pmid:832391
  7. (en) Lamola AA, Yamane T, « Zinc protoporphyrin in the erythrocytes of patients with lead intoxication and iron deficiency anemia », Science, vol. 186, no 4167,‎ décembre 1974, p. 936–8 (PMID 4469690, DOI 10.1126/science.186.4167.936)
  8. (en) Piomelli S, « A micromethod for free erythrocyte porphyrins: the FEP test », The Journal of Laboratory and Clinical Medicine, vol. 81, no 6,‎ juin 1973, p. 932–40 (PMID 4710372)
  9. SAKAI T - Biomarkers of lead exposure. Ind Health. 2000 ; 38 : 127-42
  10. name="pmid15576877"> Martin CJ, Werntz CL, Ducatman AM ; The interpretation of zinc protoporphyrin changes in lead intoxication: a case report and review of the literature : Occupational Medicine, volume=54, issue=8, pages=587–91, Septembre 2004 ; pmid=15576877 ; doi:10.1093/occmed/kqh123
  11. SCHALLER KH, BOLT HM - Lead and its compounds, addendum (except lead arsenate, lead chromate and alkyllead compounds). The MAK-Collection for occupational health and safety, part II : BAT Value Documentations, vol. 4, Deutsche Forschungsgemeinschaft, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co. KgaA ; 2005 : 79-86.
  12. WILHELM M, EWERS U, SCHULZ C - Revised and new reference values for some trace elements in blood and urine for human biomonitoring in environmental medicine. Int J Hyg Environ Health. 2004 ; 207 (1) : 69-73.
  13. Fiche INRS sur les Protoporphyrines zinc sanguines, consultée 2010/12/21.
  14. « Valeur de référence de la Suisse » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09
  15. [www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/T-03.pdf. Valeur de référence du Québec] (IRSST)

Articles connexes[modifier | modifier le code]