Protomé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapiteau de colonne au Louvre, provenant de la salle d'audience du palais de Darius à Suse avec deux protomés de taureaux (VIe siècle av. J.-C.)

Un protomé (grec: προτομή; de προ, « avant » et τὲμνω, « couper » ) est une représentation en avant-corps d'un animal réel ou fictif. Il est composé de la tête de l'animal et éventuellement de la partie antérieure du corps (buste), et même des membres antérieurs. Il est employé comme motif décoratif ou servant de support, dans des éléments architecturaux (colonnes par exemple) ou décoratifs (objets cultuels ou non, mobilier, céramique, vases, rythons, orfèvrerie, monnaies, etc.), le plus souvent antiques.

En Orient, ce motif apparaît à l'époque achéménide, aussi bien en architecture que sur des objets cultuels ou des objets à évocation symbolique (taureaux, gazelles, griffons, etc.). Dans l'architecture, on les remarque sur les chapiteaux des colonnes. Ils étaient alors recouverts de feuilles d'or.

En Occident, ce motif apparaît en Grèce au VIIe siècle av. J.-C. et se répand à l'époque hellénistique de nouveau à tout l'Orient. Il peut alors se trouver, notamment en numismatique, avec des figures humaines et non pas seulement animale, comportant une partie du poitrail.

C'est au XIXe siècle que ce terme est entré dans le vocabulaire de l'histoire de l'art.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Marcella Barra Bagnasco, Protomi in terracotta da Locri Epizefiri. Contributo allo studio della scultura arcaica in Magna Grecia, Il Quadrante, Turin 1986.
  • (it) Silvio Ferri, « Archeologia della protome », in: Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia Ser. 2, II, 1933, pp. 147–158
  • (de) Klaus Tuchel, Tiergefäße in Kopf- und Protomengestalt. Untersuchungen zur Formengeschichte tierköpfiger Gießgefäße, Gebr. Mann, Berlin, 1962.