Protéine de Bence-Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La protéine de Bence-Jones est une protéine découverte en 1848 par Henry Bence Jones que l'on peut retrouver dans l’urine au cours de certaines hémopathies (maladies du sang)[1].

C'est un petit fragment - une chaine légère - d'immunoglobuline, qui est éliminée dans les urines en cas de gammapathie monoclonale, et notamment dans le myélome et la maladie de Waldenström. Elle peut être aussi retrouvée dans des maladies telles que l'amylose AL.

Sa présence dans les urines contribue au diagnostic et le suivi de son taux permet de contrôler l’efficacité du traitement et l'évolution de la maladie.

La protéine de Bence-Jones est caractérisée par sa thermo-solubilité, c'est-à-dire par le fait qu'elle précipite à 50-60°C, se redissout à 90-100°C et reprécipite en refroidissant[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Henry Bence Jones, « On a new substance occuring in the urine with mollities ossium », Phil Trans R Soc Lond, no 138,‎ 1848, p. 55-62
  2. 250 examens de laboratoire - prescription et interprétation de René Caquet. Publié 2004. Masson. ISBN 2294015215. Page 368 chapitre protéinurie globuliniques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]