Propos sur le bonheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Propos sur le bonheur
Auteur Alain
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Gallimard
Date de parution 1925

Les Propos sur le bonheur est un ouvrage du philosophe Alain sur l'art d'être heureux, publié en 1925 (une édition augmentée a été publiée en 1928).

Structure et contenu[modifier | modifier le code]

Il est divisé en chapitres brefs et constitue un exemple caractéristique du genre littéraire et philosophique des « Propos » que l'auteur a utilisé à plusieurs reprises.

« Penser, c'est vouloir ». Voilà un des traits de la philosophie d'Alain exprimée dans ce texte. Le bonheur n'est pas pour lui un fruit dont on goûterait et jugerait de sa valeur : le bonheur se veut, alors, il peut se faire. Citant Hegel, qui affirme que l'âme immédiate est comme enveloppée de tristesse, Alain nous dit « Il faut que le fouet du maître arrête tous ces hurlements de chiens[1] », et se délivrer du désespoir par l'action. Car c'est l'action qui nous libère de cette complainte. Lorsque le cerveau nous rend tristes, « scier du bois[1] » même est une bonne manière d'oublier cette tristesse.

De même, savoir que la tristesse n'est, comme Alain l'a lu dans le traité Les Passions de l'âme de René Descartes, que le fait d'une physiologie mal disposée, permet selon lui de considérer sa tristesse « comme un cor au pied ». On « casse » alors les ailes de la tristesse pour la renvoyer dans le corps. La tristesse devient alors une stupeur muette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dernier chapitre XCIII