Propithecus tattersalli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Propithèque de Tattersall, Propithèque à couronne dorée

Propithecus tattersalli

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Propithèque de Tattersall

Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Strepsirrhini
Infra-ordre Lemuriformes
Super-famille Lemuroidea
Famille Indridae
Genre Propithecus

Nom binominal

Propithecus tattersalli
Simons, 1988

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A3cd :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

Le Propithèque de Tattersall, ou Sifaka de Tattersall ou encore Propithèque à couronne dorée (Propithecus tattersalli) est un lémurien de la famille des indridés.

Comportement[modifier | modifier le code]

Comme toutes les espèces du genre Propithecus, le Propithèque à couronne dorée vit en groupe social de 2 à 9 individus avec une femelle et un mâle dominants qui sont théoriquement les seuls à se reproduire. Les jeunes mâles quittent leur groupe natal pour rejoindre d'autres groupes à la période de reproduction (février-mars). Chaque année, la femelle dominante donne naissance fin juillet - début août à un petit qui restera cramponné à sa mère jusqu'en janvier de l'année suivante.

Répartition[modifier | modifier le code]

Répartition de l'espèce à Madagascar.

Son aire de distribution est limitée à la région Loky-Manambato (ou région de Daraina) au nord-est de Madagascar (dans l'arrière-pays de Vohémar).

Étymologie et appellations[modifier | modifier le code]

Le nom scientifique du Propithèque à couronne dorée, Propithecus tattersalli, est dédié à Ian Tattersall qui fut le premier à apercevoir l'espèce en 1974. Son nom malgache est « Akomba Malandy ».

Population et conservation[modifier | modifier le code]

L'orpaillage, les feux de forêts, la coupe sélective de bois pour l'usage quotidien des communautés, l'élevage extensif de zébus sont autant de pressions anthropiques à l'origine de la diminution des effectifs de cette espèce dont l'habitat est fortement fragmenté.

Ce Sifaka était inclus dans l'édition 2000 de la liste des 25 espèces de primates les plus menacées de la planète.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]