Prononciation de l'allemand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

L'article résume les propriétés phonétiques de l'allemand standard (Hochdeutsch), qui y sont exprimées à l'aide de l'alphabet phonétique international.

Phonétique[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le système vocalique allemand est riche de 16 à 17 voyelles et 3 diphtongues, auxquelles s'ajoutent une dizaine de phonèmes d'origine étrangère.

Système vocalique de base[modifier | modifier le code]

Système vocalique allemand, représenté dans le diagramme aperture-point d’articulation. En bleu et soulignées figurent les voyelles arrondies.

Les voyelles vont par paires constituées d’une voyelle tendue et d’une relâchée. On peut, par exemple, considérer les paires de la /iː/ tendue dans stil /ʃtiːl/ 'style' et de la /ɪ/ relâchée dans still /ʃtɪl/ 'calme', ou bien de la /oː/ tendue dans Polen /ˈpoːlən/ 'Pologne' et de la /ɔ/ relâchée dans Pollen /ˈpɔlən/ 'pollen', ou encore de la /øː/ tendue dans Höhle /ˈhøːlə/ 'grotte' et de la /œ/ relâchée dans Hölle /ˈhœlə/ 'enfer'. La forme tendue se retrouve en général dans les voyelles longues et dans certaines voyelles courtes de mots étrangers. La voyelle /ɛː/ ne fait pas partie d’une telle paire étant la seule voyelle longue qui est relâchée. L'existence réelle de l'opposition de tension dans la paire /ɑː/ dans Kahn 'barque' et /a/ dans kann 'peut' est réfutée par de nombreux linguistes pour qui ce n'est quˈune opposition de quantité /aː/ vs. /a/.

Le schwa [ə] est considéré comme faisant partie du système des voyelles allemandes par quelques linguistes, mais comme un allophone de /ɛ/ dans les syllabes non accentuées par d'autres. Certaines variétés de l'allemand n'ont pas de [ə], mais seulement [ɛ], souvent dans l'allemand standard en Suisse ou dans le chant classique.

Le /r/ postvocalique est souvent vocalisé, surtout après les voyelles longues et dans la terminaison /ər/, moins souvent après les voyelles courtes, par exemple wir [ˈviːɐ̯] 'nous', Messer [ˈmɛsɐ] 'couteau', Wirt [ˈvɪɐ̯t] 'tavernier'. Comme certaines variétés ne possèdent pas cette vocalisation, par exemple le standard prescriptiviste d'après Theodor Siebs, ou l'allemand standard en Suisse, [ɐ] est normalement considéré comme un allophone de /r/.

Une caractéristique morpho-phonétique du système allemand est l'alternance des paires de voyelles a /aː - a/ en ä /ɛː - ɛ/, o /oː - ɔ/ en ö /øː - œ/, et u /uː - ʊ/ en ü /yː - ʏ/. Cette alternance résulte essentiellement de la morphologie, par exemple prétérite ich war 'je fus' vs. subjonctif passé ich wäre 'je fusse' ou singulier Mutter 'mère' vs. pluriel Mütter 'mères').

Les nasales [ɛ̃] (in), [ɑ̃] (an), [œ̃] (un) et [ɔ̃] (on) sont importées du français. Elles ont tendance à se dénasaliser dans la prononciation relâchée, par exemple /ˈtɛŋ/ au lieu de /ˈtɛ̃/ pour Teint.

Diphtongues[modifier | modifier le code]

Diphtongues fermantes allemandes dans le diagramme aperture-point d’articulation. Sont indiquées en violet et traits pointillés celles ne faisant pas partie du registre phonétique de base de l’allemand mais intervenant dans les Fremdwörter.
Diphtongues ouvrantes allemandes dans le diagramme aperture-point d’articulation. Elles ne font pas partie du registre phonétique de base de l’allemand mais interviennent dans les Fremdwörter.

Les diphtongues faisant partie du système vocalique allemand sont fermantes et au nombre de trois : /aɪ/ (ei et ai), /aʊ/ (au) et /ɔʏ/ (eu et äu).

Un certain nombre de diphtongues, ouvrantes ou fermantes, sont importées de l'anglais (ex. Know-how, Aids).

Si /r/ est vocalisé, le nombre des diphtongues se multiplie.


Consonnes[modifier | modifier le code]

Table 1. Consonnes de la langue allemande[1]. Sont soulignés les sons ne faisant pas partie du système phonétique fondamental de l'allemand mais intervenant dans les Fremdwörter.
mode articulatoire point d'articulation sourdes sonores
occlusif bilabial p plus = plus b Birne = poire
dental t Tat = acte d denken = penser
vélaire k Kohl = chou g Garage = garage
glottal ʔ¹      
nasal bilabial     m Mutter = mère
alvéolaire     n nein = non
vélaire     ŋ Ring = alliance
fricatif labio-dental f Fehler = faute v Wein = vin
dental θ Thriller    
alvéolaire s Straße = rue z Sache = chose
post-alvéolaire ʃ Schule = école ʒ Journal
palatal ç China = Chine ʝ² Jahr = année
vélaire x Rache = vengeance    
uvulaire     ʁ³ Reise = voyage
glottal   h Hochzeit = mariage    
affriqué bilabial p͡f Pfeife = fifre    
alvéolaire t͡s Zoll = Douane    
post-alvéolaire t͡ʃ tschüss = salut (, au revoir) d͡ʒ Gentleman
latérale alvéolaire     l lecken = lécher
vibrante alvéolaire     Ring
uvulaire     ʀ³ Ring

Notes:

  1. [ʔ], le coup de glotte ne correspond à aucun caractère écrit. Par exemple, Anne se prononce [ʔanə]. Il manque dans les prononciations du sud et par conséquent n'est souvent pas considéré comme faisant partie du système des voyelles allemandes.
  2. /j/ est classé, suivant les auteurs, comme une spirante [j] ou une fricative [ʝ].
  3. /r/ a beaucoup de prononciations possibles : [r] (vibrante alvéolaire roulée, par exemple en prononciation suisse), [ʀ] (vibrante uvulaire roulée, par exemple en prononciation autrichienne) et [ʁ] (fricative uvulaire) ; postvocalique, elle est souvent vocalisée produisant [ɐ̯], notamment après les voyelles longues et dans la terminaison /ər/, prononcée [ɐ].

Syllabes[modifier | modifier le code]

Accent tonique[modifier | modifier le code]

L'accent tonique allemand est un accent d'intensité ; il peut être primaire ou secondaire (d'intensité moindre). Sa position obéit aux principales règles suivantes (il existe cependant des irrégularités) :

  • l'accent tonique tombe souvent sur la première syllabe du radical ;
  • tout /e/ « muet » est nécessairement atone ;
  • l'adjonction d'un suffixe ou d'une désinence ne modifie pas, en général, la position de l'accent tonique (par exemple leiden ['laɪdn̩] ~ Leidenschaft ['laɪdn̩ʃaft]). Certains suffixes, souvent d'origine étrangère, portent cependant l'accent tonique : -abel/-ibel, -age, -and/-ant/anz, -är, -at, -ei, -eur/-euse, -ier, -ität, -iv, os, ös, -nell, -ur ;
  • Certains préfixes sont accentués : les particules verbales séparables le sont ainsi que les préfixes nominaux erz-, miß-/miss-, um- et un-. Les particules inséparables verbales sont atones (dont miss-, sauf quand son sens est purement péjoratif) ;
  • dans les mots composés, le radical de l'élément déterminant (1er terme) porte généralement l'accent principal, celui de l'élément ou des éléments déterminés un accent secondaire.

Écriture[modifier | modifier le code]

La prononciation allemande se déduit en bonne approximation de l'écrit, à l'exception notable de celle des Fremdwörter (mots d'origine étrangère).

Consonnes[modifier | modifier le code]

Une série de plusieurs consonnes peut être utilisée pour transcrire un seul son. C'est le cas :

  • des consonnes doubles, qui sont prononcées comme les consonnes simples : tt comme t, tz comme z, ck comme k ;
  • de ch, dt, th, ph, dsch et sch.

Si les lettres en question font partie de deux mots différents d'un Kompositum (mot composé), elles se prononcent séparément:

  • mot simple: Ring [ˈrɪŋ] ;
  • mot composé: ungern [ˈʊnˌgɛrn].


lettre son conditions exemple
b [b] ou []   brutal
[pʰ] fin de syllabe taub)
c [ts] devant ä, e, i, ö, ü, y Cäsar
[k] sinon Camping
ch [x] après a, o, u lachen
[ç] après autres voyelles
dans le suffixe -chen
allemand du nord: initialement (sauf v.i.)
cheln
Mädchen
China
[kʰ] initialement avant a, o, u, r, l
allemand du sud: tout ch initiale
Christ
China
chs [ks]   Lachs
d [d] ou []   Dürre
[tʰ] fin de syllabe Rad
dt [tʰ]   sandte
en [ən] ou [] terminaison essen
em [əm] ou [] terminaison Atem
el [əl] ou [] terminaison Nabel
er [ər], [ɐ] ou [] terminaison Räuber
f [f]   falsch
g [ɡ] ou [ɡ̊]   Gans
[kʰ] fin de syllabe Prag
[ç] allemand du nord: dans le suffixe -ig billig
h [h] devant une voyelle accentuée Haar
(muet) sinon wehe
j [j]   Jahr
k [kʰ]   Kamm
l [l]   Lied
m [m]   Mond
n [n]   Nase
p [pʰ]   Po
ph [f]   Physik
ng [ŋ]   lang
qu [kʰv]   Quelle
r [r], [ʀ] ou [ʁ]   Ring
[ɐ̯] souvent après les voyelles wir
s [s] fin de syllabe Glas
[z] ou [] sinon Hase
[ʃ] initialement devant p et t Strand
sch [ʃ]   Schuss
ss [s]   Kuss
st [ʃt] Souvent en début de mot stehen
ß [s]   Bußen
t [tʰ]   Tau
th [tʰ]   Thron
ti [tsi̯] dans les suffixes latins Aktion
[tʰi] sinon Tisch
tz [ts]   Katze
v [f]   Vater
[v] dans beaucoup de mots étrangers Vase
w [v]   Welt
x [ks]   Nixe
z [ts]   Zahn

Voyelles[modifier | modifier le code]

Les voyelles sont brèves ou longues. Les brèves sont relâchées tandis que les longues sont tendues (cf. tension vocalique).

Les consonnes peuvent être redoublées à l'écrit pour indiquer que la voyelle précédente est courte mais il n'existe pas de consonnes longues. Les voyelles peuvent aussi être suivies d'un h diacritique (Dehnungs-h) pour indiquer qu'elles sont longues. On retiendra que, dans une syllabe, une voyelle est généralement longue lorsqu'elle est

  • dernière lettre,
  • suivie d'une seule consonne,

et toujours longue lorsque

  • redoublée,
  • suivie d'un h diacritique.

Dans les mots d'une seule syllabe, la voyelle est le plus souvent longue. Il existe des exceptions.

La liste ci-dessous donne la prononciation des voyelles et des diphtongues. Lorsqu'une version courte et une version longue coexistent, la courte est listée en premier.

a

[a]
[aː]

ai

[aɪ]

au

[aʊ]

ay

[aɪ]

ä

[ɛ]
[ɛː]

äu

[ɔʏ]

e

[ɛ]
[eː]
[ə] quand il est atone

ei

[aɪ]

eu

[ɔʏ]

ey

[aɪ]

i

[ɪ]
[iː]

ie

[iː]

o

[ɔ]
[oː]

ö

[œ]
[øː]

u

[ʊ]
[uː]

ü

[ʏ]
[yː]

y

[ʏ]
[yː]

Prononciation des Fremdwörter[modifier | modifier le code]

Les mots d'emprunt sont généralement prononcés d'après leur prononciation dans leur langue d'origine. Les particularités phonétiques les plus courantes concernent les lettres ou groupes de lettres suivants :

a

[ɛə] dans des mots anglais (Jobsharing)

ai, ais, ait, ei, et

[ɛ] ou [eː] dans des mots français (Portemonnaie)

an, en

[ã] dans des mots d'origine française (balancieren)
[ãː] dans des mots d'origine française (Balance)

ch

[ʃ] dans des mots d'origine française (Chauvi)
[tʃ] dans des mots d'origine espagnole (macho)

dsch

[dʒ] dans la transcription de mots arabes, russes, etc. (Falludscha)

eu

[øː] ou [œː] dans des mots d'origine française (Friseur)

in, ain, ein

[ɛ̋] dans des mots d'origine française (Interieur)
[ɛ̋ː] dans des mots d'origine française (Satin)

oi

[ɔʏ] dans des mots d'origine anglaise (Joint)
[wa] dans des mots d'origine française (Loire)

on

[õ] dans des mots d'origine française (Fondue)
[õː] dans des mots d'origine française (Fonds)

ou

[au] dans des mots d'origine anglaise (Black-out)
[u] dans des mots d'origine française

ow

[oʊ] dans des mots d'origine anglaise (Show)

th

[θ] dans des mots d'origine anglaise (Thriller)

v

[v] dans des mots d'origine étrangère (Rive)

y

[aɪ] dans des mots d'origine anglaise (Style)

Note : la prononciation populaire tend à supprimer les nasales françaises.

Difficultés orthographiques connexes[modifier | modifier le code]

On notera les ambigüités suivantes :

  • [ɔʏ] peut s'écrire äu ou eu ;
  • [ɛ] peut s'écrire ä ou e ;
  • [f] peut s'écrire f, v ou ph dans les mots d'emprunt ;
  • dans un certain nombre de mots les voyelles courtes sont suivies, contrairement à la règle, par une consonne simple.

L'orthographe traditionnelle recèle ainsi quelques chausse-trapes, y compris parmi les mots de même famille dont le radical connaît plusieurs graphies :

  • verbleuen ~ blau ;
  • aufwendig ~ Aufwand ;
  • Photographie ~ Foto ;
  • plazieren ~ Platz ;
  • Tip ~ tippen.

La réforme de l'orthographe allemande de 1996 a supprimée une bonne partie de ces ambigüités.

Un coup de glotte débute les mots allemands commençant par une voyelle y compris à l'intérieur d'un mot composé. Le coup de glotte n'existe pas en allemand du sud.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour une discussion détaillée des consonnes allemandes du point de vue synchronique et diachronique voir Fausto Cercignani, The Consonants of German: Synchrony and Diachrony. Milano, Cisalpino, 1979.

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :