La Croisette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Promenade de la Croisette)
Aller à : navigation, rechercher

43° 32′ 57″ N 7° 01′ 36″ E / 43.54917, 7.02667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croisette.
La Croisette et le Carlton.
Oratoire de la Croix inauguré en 2010 sur la Pointe de la Croisette.

La Croisette est un boulevard de Cannes longeant la baie et pourvu d'une large promenade piétonne à l'abri des pins bordant la plage de sable. Aménagée sur l'ancien chemin littoral appelé « chemin de la petite croix », elle est connue dans le monde entier grâce au Festival du film de Cannes et au Palais des festivals dont les célèbres marches rouges descendent jusqu'au départ de la promenade. La plupart des grands hôtels sont situés sur le boulevard de la Croisette, ainsi que les boutiques de luxe et de grandes marques de vêtements.

La Croisette est également le nom de la pointe sur laquelle se termine le boulevard et qui forme un cap séparant la rade de Cannes de celle de Golfe-Juan en faisant face à l'île Sainte-Marguerite. Selon la tradition, ce nom serait dû à la présence d'une petite croix placée à la pointe du cap, que les Cannois vénéraient et auprès de laquelle les confréries de pénitents se rendaient en procession.

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque commémorant l'histoire de la Croisette.
Le Palais des festivals vu de la tour de la Castre.

Au Moyen Âge, une tour circulaire y a été construite permettant de surveiller l'approche de navires suspects et de donner l'alerte.

En 1635, la France de Louis XIII déclara la guerre à l'empereur Ferdinand II et à son allié le roi d'Espagne Philippe IV. Un fort fut construit, le fort Croisette ou fort de la Croix. Le 13 septembre 1635, une flotte espagnole de vingt-deux galères et cinq vaisseaux se présenta en rade de Cannes. Elle attaqua le fort royal de l'île Sainte-Marguerite qui, faiblement défendu, dut capituler. Le lendemain, elle attaqua le fort Croisette qui résista. La reprise du fort Sainte-Marguerite par les troupes françaises ne commença que lorsqu'une flotte française commandée par le comte d'Harcourt se présenta devant le fort le 14 avril 1637. La prise des deux îles de Lérins fut effective le 12 mai[1]. De cette époque datait un chemin reliant Cannes, à partir de la rue Grande, au cap Croisette. Au début du XIXe siècle il n'en restait plus trace. Des dunes de sable l'avaient recouvert[2].

En 1853, Marius Barbe, maire de Cannes, demande à l'État la concession de la bande littorale pour y aménager une promenade. En 1856, les 26 propriétaires riverains, jusqu'alors opposés au projet, décident de construire un chemin de 5 m de largeur, du ruisseau de la Foux à la pointe Croisette, en prenant à leur charge les 5/6 des frais. Un arrêté préfectoral autorise les travaux le 14 janvier 1857. Le conseil municipal vote le projet le 24 janvier 1859. Le chemin est classé chemin vicinal en 1860. La voie carrossable est livrée le 14 mars 1863. Ces aménagements permettent la construction en 1864 de l'Hôtel Gonnet, du Grand Hôtel, du Cercle nautique et d'une quinzaine de villas.

Par délibération municipale du 22 septembre 1866, la Croisette prend le nom de boulevard de l'Impératrice. Après la Seconde Guerre mondiale, la plupart des grands établissements sont reconstruits. Le Cercle nautique est remplacé par le Palais des festivals en 1949.

Entre 1960 et 1963, le maire de Cannes, Bernard Cornut-Gentille, réalise de grands travaux d'élargissement du boulevard avec des encorbellements au-dessus de la plage pour protéger la chaussée, puis l'engraissement en sable de la plage qui ont donné l'aspect actuel de la promenade.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les palaces et les palais[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sites classés[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no IA06000111 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Casino municipal, palais des congrès dit Palais des Festivals
  2. « Notice no IA06000712 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Hôtel Majestic
  3. « Notice no IA06000474 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Hôtel de voyageurs dit Hôtel Gray et d'Albion, actuellement immeuble Le Gray d'Albion
  4. « Notice no IA06000671 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Maison dite villa du Grand Hôtel, actuellement le Centre d'art de La Malmaison
  5. « Notice no IA06000713 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Hôtel Carlton
  6. « Notice no IA06000726 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Hôtel de voyageurs dit Hôtel Miramar, actuellement Résidence Miramar
  7. « Notice no IA06000484 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Hôtel Martinez
  8. « Notice no IA06000727 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Palais des Dunes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Alliez, Les Iles de Lérins, Cannes, et les rivages environnants, Veritas p. 150, Paris, 1860
  2. Pierre Ipert, Cannes et ses rues, p.  117-127, Éditions Giletta, Nice, 2006 (ISBN 2-903574-75-8)

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Ipert, Cannes et ses rues, p.  117-127, Éditions Giletta, Nice, 2006 (ISBN 2-903574-75-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]