Projet de centrale nucléaire de Béléné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béléné.
Centrale nucléaire de Béléné
Administration
Pays Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Coordonnées 43° 37′ 46″ N 25° 11′ 12″ E / 43.62953, 25.1867543° 37′ 46″ Nord 25° 11′ 12″ Est / 43.62953, 25.18675  
Réacteurs
Puissance nominale 2 x 1000 MW
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

(Voir situation sur carte : Bulgarie)
Centrale nucléaire de Béléné

Le projet de Centrale nucléaire de Béléné visait la construction d'un réacteur sur un site situé à 3 km à l'est de la ville de Béléné, en Bulgarie. En mars 2012, le Premier ministre Boïko Borissov a annoncé que la Bulgarie renonçait au projet de centrale nucléaire à Béléné[1].

Données techniques[modifier | modifier le code]

Le projet de réacteur retenu WWER-1000/466 était un réacteur à eau pressurisée russe, de troisième génération, semblable à l'EPR d'Areva. Par ailleurs, Areva s'est joint également au projet de construction de la centrale.

Pour Luc Oursel, Président d’AREVA NP, « nous apportons la technologie la plus moderne et la plus sûre qui soit, et une expérience notable dans les réacteurs de type VVER, pour faire de cette centrale nucléaire l’un des piliers du futur approvisionnement énergétique de la Bulgarie ».

Puissances prévues concernant les tranches 1 et 2 qui sont les seules dont la construction ait repris : puissance brute de 1000 MW, puissance nette de 953 MW.

Historique[modifier | modifier le code]

1980 : premier projet[modifier | modifier le code]

Le projet de construction d'une deuxième centrale nucléaire en Bulgarie - en complément de celle de Kozlodouï - a été élaboré fin 1980, début 1981, par l'organisme d'État "Energoproekt". La décision de construire cette centrale a été prise par instruction n°9, du 20 mars 1981, du Conseil des ministres. Par décision n°197, du 31 décembre 1981, du bureau du Conseil des ministres, les terrains ont été transférés au ministère de l'énergie afin que y soit construite la centrale électrique nucléaire de Béléné (AEC Béléné).

1987 : début des travaux[modifier | modifier le code]

Les travaux de terrassement et de coulage des fondations commencent en 1987, d'après le projet d'"Atomenergoproekt" (Kiev) et d'"Energoproekt" (Sofia) qui prévoit la construction de 4 tranches WWER-1000/V 320. En 1990, environ 40 % de la construction de la 1re tranche a été réalisée et 80 % de l'équipement de base a été livré. Mais le projet est gelé du fait des changements politiques survenant en Bulgarie et en URSS et seuls des travaux de mise en conservation sont effectués.

L'arrêt des réacteurs 3 et 4 de la Centrale nucléaire de Kozlodouï est par ailleurs l'une des conditions posées par la Communauté européenne pour l'entrée de la Bulgarie dans celle-ci. Dans la période 1990-2000 les réacteurs 3 et 4, initialement prévus pour être exploités jusqu'en 2011 et 2013, respectivement, ont subi des améliorations notables de sécurité. Les rapports de l'AIEA et de la WANO (World Association of Nuclear Operators) ont affirmé qu'il n'existe pas de raisons techniques pour leurs fermetures[réf. nécessaire]. Le gouvernement, fort de ce soutien, a demandé à la Commission Européenne un report sur la fermeture[réf. nécessaire] ; cela c'est avéré impossible, pour des raisons à la fois légales et politiques. Les réacteurs 3 et 4 ont été fermés dans les dernières heures de 2006, juste avant l'adhésion à l'Union Européenne.

2002 : second projet[modifier | modifier le code]

Le projet de construction de la centrale de Béléné est relancé par décision du Conseil des ministres du 22 décembre 2002. Après de nombreuses péripéties, un appel d'offre a abouti, en septembre 2008, à la sélection de l'entreprise allemande RWE pour réaliser la centrale conjointement avec la Compagnie nationale d'électricité bulgare.

Un tremblement de terre a frappé la région à seulement 12 kilomètres de là en 1977, faisant plus de 120 morts. Plusieurs séismes d’intensité supérieure à 4 sur l’échelle de Richter ont à nouveau eu lieu début 2008, dont un a été ressenti dans la ville même de Béléné. Le coût du projet est estimé à 7-10 milliards d'euros (uniquement 4 milliards pour la construction des réacteurs). L’étude d’impact environnemental du projet est actuellement devant les tribunaux, suite à une plainte portant notamment sur le fait qu'elle n'a pas pris en compte les accidents lourds, les attentats terroristes et le traitement des déchets nucléaires. Son financement a été coordonné par la société française BNP Paribas qui, malgré tous ces risques, a octroyé un prêt de 250 millions d’euros à la compagnie nationale d’électricité bulgare NEK, qui s’apprête à en utiliser la majeure partie pour démarrer les travaux de construction de la centrale. Lors d'une rencontre avec des ONG en 2007, le Directeur général du groupe, Baudouin Prot, s'était pourtant engagé à ne plus s'impliquer dans le projet[2].

2012 : remise en cause du projet[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 2012, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a exprimé de fortes réserves concernant le projet, laissant entendre qu'il n'avait pas d'avenir[3].

Le référendum du 27 janvier 2013 mobilise très peu d'électeurs, avec un taux de participation d'un peu plus de 20 %. Mais le résultat du vote, majoritairement pour la construction d'un nouveau réacteur, conduit à un réexamen du projet par le parlement[4].

Le mercredi 27 février 2013, lors du vote découlant du référendum de janvier, le parlement bulgare a de nouveau "enterré" le projet de centrale nucléaire à Belene en votant largement contre (114 voix à 40)[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]