Projet Valuable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En 1949, les Britanniques (MI6) et les Américains (CIA) se mettent d’accord pour mener une opération conjointe, le Projet Valuable (en anglais Valuable Project) visant à déstabiliser le régime communiste albanais de Enver Hoxha.

Les deux gouvernements sont en effet inquiets d’une expansion communiste vers l’ouest. Pour la contenir, ils choisissent la République populaire d'Albanie comme cible.

L'année 1949 est marquée par une forte tension entre les deux frères ennemis en communisme que sont l'Albanie et la Yougoslavie. Tito est partisan d’un socialisme autogestionnaire tandis que Hoxha est favorable à un socialisme autoritaire et centralisé de type stalinien. Les incidents de frontière sont fréquents et Tito craint que Staline n'en profite pour aider Hoxha à éliminer son voisin par une intervention armée. Il faut rappeler ici que les relations entre la Yougoslavie et la Grande-Bretagne sont alors excellentes, la Mission militaire (SOE) du général Fitzroy Maclean ayant contribué pour beaucoup à la victoire des résistants communistes de Tito. Ce dernier allant même jusqu’à offrir des facilités sur son pays pour les équipes d’infiltration de résistants albanais, dans le cadre des opérations commanditées par le MI6 et la CIA.

Coincée entre la Yougoslavie anti-stalinienne et la Grèce plongée dans une guerre civile entre communistes et monarchistes, l'Albanie semble donc pour la Grande-Bretagne la cible idéale pour tenter une première expérience de refoulement de l'impérialisme soviétique. Pour les États-Unis, l'Albanie pourrait menacer la navigation en Méditerranée sur un axe de communication vital aux Occidentaux, d'autant que les services secrets occidentaux ont eu connaissance d'un projet de construction d'une base navale pour les sous-marins soviétiques dans le port de Valona.

Par ailleurs au printemps 1949 se tient à La Haye le procès opposant l’Albanie à la Grande-Bretagne sur l'incident naval survenu le dans les eaux internationales du détroit de Corfou. Deux bâtiments de la Royal Navy, HMS Saumarez et HMS Volage, sautent sur des mines albanaises, causant la mort de 44 marins[1]. L'Albanie, reconnue coupable, rejette le verdict lui enjoignant de verser des compensations financières. En réaction, la Grande-Bretagne et les États-Unis rompent les relations diplomatiques.

La Grande-Bretagne organise l'union politique des opposants albanais en exil, principalement les Ballistes (du Balli Kombëtar) de Midhat Frashëri et les Zoguistes (partisans du roi Zog Ier) d’Abaz Kupi. En , Kupi est désigné président de la Junte militaire, organisme chargé de contrôler les opérations militaires, avec Abas Ermenji et Said Kryeziu pour adjoints. La présidence du Comité pour une Albanie Libre (Committee for Free Albania), officiellement créé le , chargé de la propagande dans les pays occidentaux, revient à Midhat Frashëri.

Les opérations de déstabilisation sont organisées au départ par les seuls Britanniques, puis conjointement avec les Américains, et enfin par ces derniers seuls.

Ernest Bevin, secrétaire britannique aux Affaires étrangères, est un fervent partisan du projet et très vite ses amis Julian Amery, Neil McLean et Peter Kemp sont engagés ; ils coopèrent principalement avec le Comité pour une Albanie Libre[2]. À l'été 1949, le colonel David Smiley s'installe sur l'île de Malte pour diriger le camp d’entraînement où seront formés les Albanais (les Pixies ou Lutins) qui seront infiltrés dans leur pays. En 1949, le colonel Brian Franks dirige une école spéciale dans la zone britannique de Berlin, où il assure la formation militaire de réfugiés albanais recrutés dans les camps en Italie[3].

Les premières équipes d'Albanais entraînés par les Britanniques débarquent sur la côte albanaise en . Les suivantes sont soit infiltrées depuis la Grèce, soit déposées sur le rivage albanais, seuls les Américains parachutant les leurs.

Parallèlement aux Britanniques, au printemps 1950, les Américains commencent à entraîner, dans leur zone d'occupation en Allemagne, 250 réfugiés albanais d'une unité appelée "Compagnie des 400". Les neuf premiers hommes sont parachutés en Albanie le . L'opération est un échec total, l'équipe étant attendue au sol. Les équipes suivantes connaissent le même sort. En s'ouvre à Tirana le procès de réfugiés albanais infiltrés et capturés.

Il apparaît qu'un opérateur radio "retourné" travaillait depuis dix-huit mois pour la Sigurimi. Les Américains en tirent les conséquences et la "Compagnie des 400" est dissoute à l'été 1954[3].

Le projet Valuable se termine en par un procès à Tirana, suivi par une campagne de terreur sur tout le territoire albanais (plusieurs milliers d'exécution pour une population de moins de deux millions de personnes).

En tant qu'officier de liaison entre le MI6 et la CIA de 1949 à 1951, Kim Philby contribue largement au sabotage des missions en Albanie. Il prévient les "conseillers" soviétiques des premiers débarquements (octobre 1949), des passages de frontières (été 1950) et des premiers parachutages de la CIA (novembre 1950). L'insuffisance des précautions prises par les clandestins albanais et les rivalités entre les groupes d'immigrés sont dûment exploitées par la Sigurimi (les services secrets albanais de l'époque).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la Royal Navy
  2. Au cœur de l'action clandestine. Des Commandos au MI6 de D. Smiley
  3. a et b MI6 de S. Dorril

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • John Prados Guerres secrètes de la CIA, Éditions du Toucan, 2008. Le chapitre 4 est consacré au projet Valuable (Albanie, 1949).
  • Kim Philby, Ma guerre silencieuse, Robert Laffont, 1968
  • Roger Faligot, Les services spéciaux de sa Majesté, Messidor/ Temps Actuels, 1982. Dans le chapitre 5, l’auteur traite de la politique britannique dans la zone des Balkans (Grèce, Albanie, Yougoslavie) pendant la Deuxième guerre mondiale et des tentatives de déstabilisation de l’Albanie en 1949.
  • Gabriel Jandot, L'Albanie d'Enver Hoxha, 1944-1985, L'Harmattan, 1994.
  • Nicholas Bethell, La grande trahison, Flammarion, 1985. Les manœuvres de déstabilisations du domino albanais par la CIA et le MI6, et le rôle de Kim Philby.
  • Colonel David Smiley, Au cœur de l'action clandestine. Des Commandos au MI6, L'Esprit du Livre Éditions, 2008. Traduction de (en) Irregular Regular, Michael Russell, Norwich, 1994. L'auteur, ancien agent du SOE en Albanie en 1943-44, est instructeur militaire à Malte en 1949. Il détaille les opérations de déstabilisation de l'Albanie (projet Valuable).
  • (en)Stephen Dorril MI6 : Inside the Covert World of Her Majesty's Secret Intelligence Service, The Free Press, New York, 2000 (ISBN 0-7432-0379-8). Écrit par un journaliste britannique spécialiste du renseignement. Toutes les opérations du MI6 sont détaillées. Le chapitre 19 est consacré à l'Albanie (projet Valuable). Index en ligne
  • (en) Compilation d'interviews d’agents du MI6 réalisée fin 2009 par la BBC. David Smiley parle des opérations d’infiltration CIA/ MI6 en Albanie à la fin des années quarante et du rôle de Kim Philby.