Prohibition dans l'Empire russe et en URSS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La prohibition dans l'Empire russe et en URSS dura de 1914 à 1925. Le terme russe pour cette prohibition est сухой закон (soukhoï zakon, ce qui signifie littéralement « loi sèche »).

Russie impériale[modifier | modifier le code]

Cette prohibition fut introduite dans l'Empire russe en 1914, au commencement de la Première Guerre mondiale. Cette mesure ne permettait la vente d'alcools forts que dans les restaurants. D'autres pays en guerre appliquèrent de nouvelles règles contre la consommation d'alcool, tels la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Mais la Russie resta le seul pays à stopper de manière complète la vente au détail de vodka.

La prohibition fut maintenue pendant la tourmente due à la Révolution de 1917 et à la guerre civile, puis en URSS jusqu'en 1925.

Campagne de prohibition de Gorbatchev[modifier | modifier le code]

Entre 1985 et 1987, le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev lança une campagne contre la consommation d'alcool, accompagnée d'une prohibition partielle, familièrement connue sous le nom de « loi sèche ». Les prix de la vodka, du vin et de la bière furent augmentés et leur vente fut limitée en quantité et à certains moments de la journée. Les personnes ivres pendant leur travail ou en public étaient poursuivies. Il fut interdit de consommer de l'alcool dans les trains à longues distances et dans les lieux publics. Les scènes montrant une consommation d'alcool furent bannies des films.

La réforme n'eut aucun effet significatif sur l'alcoolisme dans le pays, mais, économiquement, ce fut un sérieux revers pour le budget de l'État : une perte d'environ 100 milliards de roubles selon Alexander Iakovlev, après que la production d'alcool a basculé dans l'économie souterraine. Couplées à l'inflation du rouble soviétique, ces restrictions eurent un curieux effet économique : une bouteille de vodka était devenue une sorte de « monnaie forte ». Par exemple, un homme à tout faire pouvait remplacer une fenêtre en échange d'un certain nombre fixé de bouteilles de vodka, indépendamment de son prix du moment en roubles.