Prohairesis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La prohairesis (grec ancien προαίρεσις : le choix) est un concept introduit par Aristote dans l'Éthique à Nicomaque pour désigner la phase finale de toute action. Ce concept relatif à la philosophie morale et à la philosophie de l'action est inséparable du concept de délibération et de celui de désir rationnel (à ne pas confondre avec la simple impulsion).

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Pour Epictète, la prohairesis est la faculté qui distingue l’être humain de tous les autres êtres vivants.

Il définit la prohairesis comme une faculté :

  • auto-théorétique (par exemple, Discours I,1,4 ; I,17,1-3 ; I,20,1-6)
  • inaliénable (par exemple, Discours II,10,1 ; I,17,21)
  • insubordonnable (par exemple, Discours II,10,1 ; I,17,21 ; IV,1,161)
  • capable d’utiliser les représentations et, en même temps, de comprendre cet usage (par exemple, Discours II,8,4-8)
  • faculté rationnelle à laquelle toutes les autres facultés humaines sont subordonnées (par exemple, Discours II,23,6-15 ; II,23,20-29)

La prohairesis humaine est en pleine fonction :

  • lorsque nous ressentons du désir ou de l’aversion
  • lorsque nous ressentons un besoin impulsif ou de la répulsion
  • lorsqu’il y a assentiment ou dissentiment.

La prohairesis peut prendre :

Lien externe[modifier | modifier le code]