Produit intérieur brut de la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Évolution du PIB de la France en volume (1950-2010)[1]

Le produit intérieur brut (PIB) de la France est calculé et publié tous les trois mois par l'Insee qui le définit comme un l'« agrégat représentant le résultat final de l'activité de production des unités productrices résidentes »[2]. La valeur du PIB initialement calculée fait généralement l'objet de corrections au cours des mois et des années suivantes.

Article principal : Produit intérieur brut.

Produit intérieur brut en euros courants (milliards)[modifier | modifier le code]

Le PIB en euros courants n'est pas corrigé de l'inflation : celle-ci, mesurée en France par l'Indice des prix à la consommation, explique une large part la très rapide augmentation du PIB qui apparaît dans ce tableau, tout particulièrement au cours des années 1970 et au début des années 1980.

Année PIB
1949 13,2
1950 15,5
1951 19,6
1952 22,8
1953 23,7
1954 25,1
1955 27,0
1956 29,8
1957 33,6
1958 38,8
1959 42,4
1960 47,0
1961 50,9
1962 57,1
1963 64,0
1964 71,0
1965 76,6
1966 83,0
1967 89,8
1968 98,0
Année PIB
1969 112,7
1970 126,1
1971 140,7
1972 157,1
1973 180,1
1974 210,1
1975 236,6
1976 273,4
1977 307,7
1978 349,6
1979 399,4
1980 453,2
1981 511,7
1982 588,0
1983 652,8
1984 709,6
1985 760,5
1986 817,9
1987 859,8
1988 929,4
Année PIB
1989 1 001,9
1990 1 058,6
1991 1 097,1
1992 1 136,8
1993 1 148,4
1994 1 186,3
1995 1 225,0
1996 1 259,0
1997 1 299,7
1998 1 358,8
1999 1 408,2
2000 1 485,3
2001 1 544,6
2002 1 594,3
2003 1 637,4
2004 1 710,8
2005 1 772,0
2006 1 853,3
2007 1 945,7
2008 1 995,8
Année PIB
2009 1 939,0
2010 1 998,5
2011 2 059,3
2012 2 091,1
2013 2 113,7

Source : Insee[3].

Taux de croissance annuel du PIB en volume (%)[modifier | modifier le code]

L'évolution en pourcentage du PIB en volume d'une année à l'autre, qui mesure l'évolution de l'activité économique hors inflation, a suivi une tendance générale à la baisse depuis 1950.

Évolution du PIB de la France en volume (1950-2013)[1]
Année PIB
1950 8,6
1951 5,8
1952 3,1
1953 3,5
1954 5,6
1955 5,3
1956 5,0
1957 5,5
1958 2,7
1959 2,7
1960 8,0
1961 5,0
1962 6,8
1963 6,2
1964 6,6
1965 4,8
1966 5,2
1967 4,9
1968 4,5
1969 7,1
Année PIB
1970 6,1
1971 5,3
1972 4,5
1973 6,3
1974 4,3
1975 -1,0
1976 4,3
1977 3,5
1978 4,0
1979 3,6
1980 1,6
1981 1,1
1982 2,5
1983 1,3
1984 1,5
1985 1,6
1986 2,4
1987 2,6
1988 4,7
1989 4,4
Année PIB
1990 2,9
1991 1,0
1992 1,6
1993 -0,6
1994 2,3
1995 2,1
1996 1,4
1997 2,3
1998 3,6
1999 3,4
2000 3,9
2001 2,0
2002 1,1
2003 0,8
2004 2,8
2005 1,6
2006 2,4
2007 2,4
2008 0,2
2009 -2,9
Année PIB
2010 2,2
2011 2,1
2012 0,3
2013 0,3

Source : Insee[1].

Tendance générale depuis 1945[modifier | modifier le code]

Taux de croissance du PIB par moyennes décennales (en volume) (1950-2010)[1]

L'analyse de la croissance du PIB de la France de 1950 à 2010 fait apparaître une nette tendance baissière sur les soixante dernières années. Le taux de croissance moyen passe ainsi de 5,9% au cours des années 1960 à 4,1% dans les années 1970. C'est cependant la décennie 1980 qui voit le véritable décrochage de la croissance française : entre 1980 et 1989, cette dernière n'atteint plus que 2,4% en moyenne. Les décennies 1990 (+2,0%) et 2000 (+1,4%) confirment cette tendance baissière. Toutefois, si le premier choc pétrolier a effectivement marqué un net ralentissement de l'essor économique, l'époque contemporaine reste pourtant l'une des plus prospères de l'histoire de France. Ainsi, bien que nettement inférieur en valeur relative, l'accroissement du niveau de vie durant les trente années suivant 1973 est demeuré comparable, en valeur absolue, à celui des Trente Glorieuses.

Les Trente Glorieuses (1945-1974)[modifier | modifier le code]

Si les années de la Reconstruction correspondent à une période de forte croissance, celle-ci s'avère limitée en volume du fait du niveau élevé de l'inflation : proche de 50% entre 1945 et 1948, elle demeure encore supérieure à 10% entre 1951 et 1953 puis en 1958. La croissance moyenne s'établit toutefois à près de 4,8% entre 1950 et 1959. À partir de 1959, l'inflation est maîtrisée. De 1960 à 1974, la France connaît une période de forte croissance économique (+5,7% par an en moyenne) fondée sur le dynamisme de la consommation des ménages et l’investissement des entreprises. Le dynamisme de son économie lui assure, dès 1973, le statut de 4e puissance économique mondiale.

Les chocs pétroliers (1975-1985)[modifier | modifier le code]

À partir du premier choc pétrolier, l'économie française connait un violent ralentissement qui se traduit, en 1975, par une année de récession : le PIB cède alors 1,0% en volume. La brève embellie qui s'ensuit de 1976 à 1979 (+3,8% en moyenne) constitue déjà un net infléchissement par rapport aux Trente Glorieuses. Elle est toutefois à son tour stoppée par le deuxième choc pétrolier : de 1980 à 1985, la croissance française tombe ainsi à 1,6% par an en moyenne. La France entre alors durablement dans l'ère du chômage de masse.

Le contre-choc pétrolier (1986-1990)[modifier | modifier le code]

Dès 1986, la croissance française bénéficie de l'effet du contre-choc pétrolier. Entre 1986 et 1990, le PIB croît en moyenne de 3,4%.

Convalescence mondiale (1991-1993)[modifier | modifier le code]

De 1991 à 1993, le déclenchement de la Guerre du Golfe et la pénurie des capitaux liée à l'effondrement de l'Union Soviétique affecte l'économie mondiale. En France, l'activité économique connait un fort ralentissement (+0,7% de croissance en moyenne).

Le redémarrage (1994-2000)[modifier | modifier le code]

Dès 1994, une phase de désinflation permet à la croissance de redémarrer (+2,0% annuels entre 1994 et 1997). Cette tendance est amplifiée par le « boom » des nouvelles technologies à l'aube du IIIe millénaire (+3,6% en moyenne de 1998 à 2000).

L'atonie (2001-2003)[modifier | modifier le code]

L'année 2001 marque le début d'une nouvelle période de ralentissement économique : l'éclatement de la bulle internet et le renchérissement du coût des matières premières conduisent à trois années d'atonie (+1,3% en moyenne de 2001 à 2003).

La croissance retrouvée (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Dès 2004 toutefois, la croissance retrouve son dynamisme avec une augmentation moyenne du PIB de 2,3% entre 2004 et 2007.

La crise de 2008 (2008-...)[modifier | modifier le code]

À partir de l'automne 2008, la crise des subprimes frappe l'économie mondiale. La France entre en récession en 2009, son PIB se contractant de 2,9%. Au total, sur la période 2008-2013, le PIB ne croît que de 0,3% par an en moyenne.


Produit intérieur brut en dollars[modifier | modifier le code]

En prix et taux de change courants :

Année PIB (milliards de dollars)
1998 1 452,0
1999 1 443,7
2000 1 308,4
2001 1 320,4
2002 1 436,9
2003 1 757,5

En prix et parité de pouvoir d'achat (PPA) courants :

Année PIB (milliards de dollars)
1998 1 406,7
1999 1 460,4
2000 1 532,5
2001 1 619,3
2002 1 678,9
2003 1 714,9
2004 1 769,1 (Banque mondiale)[4]
2005 1 849,6 (Banque mondiale)[5]
2006 2 039,1 (Banque mondiale)[6]

En prix et taux de change constant, base 2000 :

Année PIB (milliards de dollars)
1995 1 146,4
2000 1 308,4
2001 1 335,8
2002 1 351,6
2003 1 358,0

Statistiques de l'OCDE, sauf exception (Banque mondiale).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Le produit intérieur brut et ses composantes en volume (évolution en %), série longue, Comptes nationaux, mis à jour le 15 mai 2014, consulté le 27 janvier 2015.
  2. Le produit intérieur brut et ses composantes à prix courants (en milliards d'euros), site de l'Insee.
  3. Le produit intérieur brut et ses composantes à prix courants (En milliards d'euros), série « 1.101 - Le produit intérieur brut et ses composantes à prix courants (En milliards d'euros) », Comptes nationaux, PIB base 2010, mis à jour le 15 mai 201, consulté le 4 février 2015.
  4. PIB (PPA) 2004 - Banque Mondiale - 18 Avril 2006 [PDF]
  5. PIB (PPA) 2005 - Banque Mondiale - 23 Avril 2007 [PDF]
  6. PIB (PPA) 2006 - Banque Mondiale - 14 Septembre 2007 [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]