Productique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Production industrielle)
Aller à : navigation, rechercher
L'émergence de la productique dans les années 1980 : Des applications informatiques isolées au concept du Computer Integrated Manufacturing. « L'information est saisie (et mise à jour) dans le système intégré, exclusivement par ceux qui la produisent »[1].

Au sens restreint, et comme l'indique l'origine du mot (cf. infra), la productique est l'ensemble des techniques informatiques[2] de mise en œuvre des systèmes de production automatisés[3],[4].

Au sens large, la productique regroupe l'ensemble des méthodes et des moyens de production industrielle employés à la maîtrise des coûts, des délais et de la qualité. Il s'agit de la fabrication de pièces (usinage, moulage, etc.), de la gestion et l'ordonnancement de la fabrication, de l'optimisation des moyens de production et leur rentabilité, du contrôle des pièces produites (métrologie), etc. À cet effet, la productique cherche à améliorer la formation des hommes (opérateurs), l'organisation des ressources (hommes et machines), l'optimisation des flux industriels, l'efficacité des procédés.

Origine du mot « productique »[modifier | modifier le code]

Le néologisme « productique » a été créé en 1979 par la société Philips Data Systems pour désigner les applications informatiques dans le domaine de la production industrielle. Il provient de l'amalgame des mots « production » et « informatique » [5].

Définition[modifier | modifier le code]

La productique, qui peut se définir comme l'intégration de l'informatique aux moyens de production[6], englobe également les techniques de manutention de poste à poste, ou de machine à machine, de machine à magasin de stockage d'en-cours ou de produits finis, ce que certains (sociétés de conseil, d'ingénierie, etc.) nomment la « transitique » par analogie avec la « logistique ».

D'une façon générale, la productique permet de créer des produits et les process afin de satisfaire les clients en termes de qualité, de coût et de délai (le QCD).[réf. nécessaire]

Productique et vision économique globale des coûts de production[modifier | modifier le code]

L'approche productique de la définition, de la conception et de l'utilisation des moyens de production est d'abord financière. On ne « modernise » plus, on « optimise ». Cela suppose d'intégrer dans toute étude, toutes les composantes des coûts de production, en particulier :

  1. Les coûts de possession de stocks et d'en-cours,
  2. Les coûts de manutention,
  3. Le coût des rebuts, des retouches, de la non-qualité,
  4. Les coûts indirects induits par la production (gestion, supervision, etc.).

C'est sur cette nouvelle base économique productique que tous les principes de juste-à-temps (JIT) et les « méthodes japonaises » vont se développer.

Enseignement de la productique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, la filière technique et technologique d'enseignement est la suivante :

Cette filière a été mise en place de 2001 à 2006. Elle remplace l'ancienne filière CAP fraiseur-tourneur, BEP fraiseur-tourneur, baccalauréat professionnel spécialité productique mécanique, baccalauréat professionnel spécialité outillage, baccalauréat professionnel spécialité outillage de mise en forme des matériaux, BTS productique mécanique[12].

Jusqu'en 2006, il existait un BTS (brevet de technicien supérieur) dit « de productique mécanique », le technicien supérieur en productique mécanique étant un spécialiste des techniques d'usinage, d'assemblage et de contrôle des pièces. Ce BTS s'appelle désormais « BTS industrialisation des produits mécaniques ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Waldner, CIM, les nouvelles perspectives de la production, Dunod, Paris, 1990, p. 27 (ISBN 9782040198206)
  2. CFAO, progiciel de gestion intégré (ERP), gestion de la relation client (CRM), APS, TPM, WMS, POM, PLM, SCADA, interface homme-machine.
  3. machines-outil à commande numérique, robots, automates, systèmes RFID, machines spécialisées.
  4. Cf. la définition donnée sur le site du Centre de productique intégrée du Québec.
  5. Christian Lassure, Tech - Le vocabulaire anglais-français de la haute technologie, Ellipses, 1991, p. 22.
  6. L'Office québécois de la langue française définit ainsi la productique : « Discipline qui traite de l'ensemble des méthodes et des techniques qui permettent d'accroître la productivité en appliquant, à toutes les étapes de la production, un mode de gestion des opérations conforme à la fois aux principes de l'automatisation souple et à ceux du traitement intégré des données » (1997).
  7. Arrêté du 6 décembre 2001 portant création du brevet d'études professionnelles des métiers de la production mécanique informatisée, NOR : MENE0102585A
  8. Arrêté du 16 février 2004 portant création du baccalauréat professionnel spécialité technicien d'usinage et en fixant les modalités de préparation et de délivrance, NOR : MENE0400284A
  9. Arrêté du 16 février 2004 portant création du baccalauréat professionnel spécialité technicien outilleur et en fixant les modalités de préparation et de délivrance, NOR : MENE0400288A
  10. Arrêté du 16 février 2004 portant création du baccalauréat professionnel spécialité technicien modeleur et en fixant les modalités de préparation et de délivrance, NOR : MENE0400287A
  11. Arrêté du 19 juillet 2006 portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur « industrialisation des produits mécaniques », NOR : MENS0601816A
  12. Arrêté du 3 septembre 1997 portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur Productique mécanique, NOR : MENL9702512A

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]