Production en continu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La production en continu est un mode de production industriel destiné à fabriquer, construire ou traiter des matériaux sans interruption.

Histoire[modifier | modifier le code]

A l'heure de la révolution industrielle, dans la course à l'industrialisation, deux secteurs précèdent les autres: le textile et la sidérurgie. Dans le textile la Water frame de Richard Arkwright, dans la sidérurgie, les nouveaux fours Hoffmann, autorisent la production en continu.

Les premières usines où le travail est mécanisé sont construites, dans le but d'organiser des machines: l'ouvrier, lui devient un employé.

La production s'y fait en série et en continu, une nouvelle organisation du travail s'y opère qui n'est plus lié aux cycles du jour et de la nuit depuis que les ateliers sont éclairés au gaz d'éclairage.

Le développement des moyens de transport et surtout le chemin de fer, fait communiquer des régions et des pays qui doivent soudain harmoniser leurs heures. Le tic-tac des horloges donnent le rythme et trouvent un écho dans le tic-tac des machines. Désormais, le temps de l'ouvrier se calque sur le rythme de l'usine[1].

Production en continu aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, elle est principalement utilisée dans les industries pétrochimiques et gazières. Elle est aussi utilisée pour la synthèse de l'ammoniac, l'un des plus importants produits chimiques par la masse.

Dans l'industrie du verre, les produits de différentes épaisseurs sont traités en continu. Lorsque le verre liquide sort des fournaises, des appareils le façonnent de différents côtés, et peuvent le compresser ou l'étendre. Ce traitement permet de produire des rubans de différentes largeurs et de différentes épaisseurs.

La production en continu est très largement automatisée. Au XXIe siècle, ce sont le plus souvent des régulateurs PID qui effectuent le contrôle.

Dans la production en continu, les transformations sont effectuées alors que les matériaux circulent, tandis que dans la production par lot, les transformations surviennent dans des récipients fermés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adriaan Linters, Industria, Architecture industrielle en Belgique, Pierre Mardaga éditeur 1986

Voir aussi[modifier | modifier le code]