Production de café au Vietnam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article fournit diverses informations sur la production de café au Vietnam.

Historique[modifier | modifier le code]

Caféiers sur la plantation de la Cressonnière, près de Kécheu, 1898.
Champ de café près de Dalat.
Maturation des cerises de café sur une ferme au Viêt Nam.

L'industrie de production du café au Viêt Nam date de l'ère de la colonisation française. Les Français ont apporté des plantes de café au Viêt Nam dans les années 1800, profitant du climat afin de créer des plantations de café massives[1].

La guerre au pays perturbera la production du café. Les années 1975-1985 sont marquées par la collectivisation de l'agriculture ; le café sera essentiellement concentré dans les fermes d'Etat. Cette concentration facilitera par ailleurs la sédentarisation des minorités locales[2]. Avec le renouveau, le Vietnam fait son retour dans le marché mondial dans les années 1990[3]

Cette remontée spectaculaire représente un gain net pour l'économie; le café est produit d'exportation clé du Viêt Nam, générant un revenu de plus de 1,5 milliard de dollars en 2012. Au total, le secteur du café représente 3 % du PIB national, en fournissant un moyen de subsistance pour près de 2,6 millions de personnes - 600.000 d'entre eux agriculteurs et beaucoup de groupes ethniques minoritaires. Seulement 5 % à 7 % de la production totale est utilisée pour la consommation intérieure, le reste est exporté, principalement vers les États-Unis et en Europe[4].

Importance économique du café au Vietnam[modifier | modifier le code]

La Rainforest Alliance travaille avec quatre groupes ethniques au Viêt Nam, y compris le Dao, le Hoa, le De et le Mnong. Lorsque les communautés gagnent une prime pour leurs fèves certifiées Rainforest Alliance, le retour est investi dans des programmes sociaux (éducation, réduction d'énergie et de pollution)[3].

Le Viêt Nam est le plus important producteur de café robusta ou Coffea canephora[5]. En 2012, le pays dépasse le Brésil comme premier exportateur mondial de café[6].

On prévoit que la récolte de café de la saison 2013/2014 du pays sera une récolte exceptionnelle de l'ordre de 17.000.000 à 29.500.000 sacs de 60 kg. Une aussi grande production va ajouter à la surproduction mondiale de fèves et ajoutera de la pression sur les prix du café qui ont perdu environ 10 pourcent depuis octobre 2012. L'industrie du café au pays a pris un coup; des 127 entreprises exportatrices de café locaux qui opéraient en 2012, 56 ont cessé leurs activités ou se sont orientées vers d'autres secteurs d'activités. Ceci est le résult d'avoir contracté des emprunts qu'ils ne peuvent rembourser. Quelques entreprises, comme le premier exportateur de café du Vietnam (le groupe Intimex), bénéficieront de la récolte 2013. Intimex représente un quart des exportations de café du pays et a fait 1,2 milliard de dollars de revenus en 2012.

Le montant des prêts ou des dettes dans le secteur du café susceptibles d'aller impayés se fiche à 8 billions de dong (379 millions de dollars), soit environ 60 pourcent de tous les prêts pour l'industrie du café au Vietnam[7].

Marques de café locales[modifier | modifier le code]

Parmi les marques de café locales, citons Vinacafe et Trung Nguyên comme exemples vendus à l'extérieur du pays. Le marché domestique vietnamien du café est divisé entre trois marques, mené par Vinacafe, suivi par Nestcafe et G7 de Trung Nguyen. Les trois plus grandes marques sont en concurrence les uns avec les autres avec des investissements lourds dans les technologies, les usines, la baisse des prix de vente et en proposant des campagnes de promotion des ventes. D'autres marques moins connues ont également tenté de diversifier leurs produits pour se partager ce qui reste du marché[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.salon.com/2009/12/07/vietnamese_coffee/
  2. Fortunel Frederic, L'amertume du café dans les plateaux du Centre Viêt Nam, les structures productives d'État et les autochtones in DE KONINCK Rodolphe, DURAND Frédéric, FORTUNEL Frédéric (Ed.)Agriculture, environnement et sociétés sur les Hautes terres du Viêt Nam, IRASEC/Arkuiris, Bangkok/toulouse, 2005,pp.163-168
  3. a et b http://www.rainforest-alliance.org/multimedia/vietnam-coffee-farms
  4. http://www.guardian.co.uk/global-development/poverty-matters/2012/mar/26/better-future-vietnam-coffee-growth
  5. http://www.bloomberg.com/news/2012-05-18/robusta-coffee-gains-to-eight-month-high-on-vietnam-sales.html
  6. http://www.voanews.com/content/vietnam-aims-to-improve-coffee-supplier-reputation/1514579.html
  7. « Crippling Debts, Bankruptcies Brew Vietnam Coffee Crisis », Voice of America/Reuters,‎ août 14, 2013 (consulté le 2013-08-18)
  8. http://www.trungnguyen.com.vn/en/2072/the-war-for-coffee-market-share-staged