Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis est un important traité de botanique, publié entre 1824 et 1873.


Présentation[modifier | modifier le code]

Le Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis, de son titre complet "Prodromus systemati naturalis regni vegetabilis, sive, enumeratio contracta ordinum generum specierumque plantarum huc usque cognitarum, juxta methodi naturalis normas digesta", est un traité sur la botanique en 17 volumes (in-8), publié entre 1824 et 1873.

Il fut initié par Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841), auteur des sept premiers volumes entre 1824 et 1839, qui le conçut comme une synthèse des descriptions de toutes les plantes à graines connues en ce temps, auxquelles furent rajoutées de nombreuses espèces nouvellement décrites. Le Prodromus est organisé selon la classification de De Candolle, basée sur la "méthode naturelle" de classification botanique.

Issu de la collaboration de 35 botanistes européens et contenant les descriptions de 58975 espèces, dont de nombreuses espèces nouvelles, il est une des œuvres majeures de la botanique du XIXe siècle[1],[2].

Origine et premiers tomes[modifier | modifier le code]

Au tournant du XIXe siècle, Augustin Pyrame de Candolle étudie la botanique à Paris auprès des plus grands : René Louiche Desfontaines, Jean-Baptiste de Lamarck, Antoine-Laurent de Jussieu... Marqué par le Genera plantarum de Jussieu et les Principes élémentaires de botanique préfaçant la Flore française de Lamarck, il développe sa propre conception de la "méthode naturelle" de classification qu'il synthétise en 1813, dans sa Théorie élémentaire de la botanique[3].

Il entreprend alors un travail titanesque : réaliser un ouvrage décrivant toutes les plantes connues organisées selon sa classification, une sorte de nouveau Species Plantarum, créé "pour remplacer l'ouvrage de Linné" selon ses propres mots[4].

En 1817 et 1821 paraissent les deux premiers tomes de Regni vegetabilis systema naturale dont les familles sont traitées de façon extensive, par monographies. Mais la tâche est immense, nécessitant de nombreux déplacements dans les herbiers d'Europe, et cette période d'exploration botanique intense voit l'expansion rapide de ces herbiers, multipliant encore la quantité de travail. Le Regni vegetabilis doit être refondu en une nouvelle publication plus synthétique : le Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis.

Le premier volume paraît en janvier 1824, et rencontre un accueil favorable, malgré les réticences de certains partisans du système linnéen devant la nouveauté de la classification proposée[1]. Au fil des années, le titre s'impose face aux dernières publications utilisant le système linnéen et devient un ouvrage de référence.

Augustin Pyrame de Candolle y travaillera jusqu'à sa mort, publiant les sept premiers volumes entre 1824 et 1839. Il est l'auteur de la grande majorité des traitements, excepté dans le septième tome (en deux parties) qui voit la collaboration de plusieurs autres botanistes de renom, dont son fils Alphonse Pyrame de Candolle (1806-1893).

Expansion et achèvement[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père, Alphonse de Candolle endosse la responsabilité d'amener à bon terme la publication du Prodromus. Il reprend les manuscrits laissées en attente et les complète, les publiant sous le nom de son père dans les volumes 8 à 10. D'autre part, il élargit le système de collaboration mis en place dans le septième volume du Prodromus. Aidé de Georges François Reuter (1805-1872), il contacte un nombre toujours croissant de botanistes pour requérir leur participation, tandis qu'il multiplie les demandes aux herbiers de prêt de matériel, notamment de matériel type[1].

Cette division de la charge de travail entre spécialistes, associée à l'exhaustivité du matériel étudié, fait prendre de l'ampleur au projet. Chaque famille étudiée bénéficie ainsi d'un traitement plus complet, et les volumes tardifs du Prodromus contiennent de véritables monographies, se rapprochant ainsi du plan originellement souhaité par Augustin Pyrame de Candolle pour son Regni vegetabilis.

Les volumes ne sont pas publiés plus vite pour autant, chaque contribution étant nécessaire à la parution des suivantes afin que le Prodromus suive scrupuleusement la classification de De Candolle. Il faudra près de trente ans pour faire paraître les dix volumes supplémentaires permettant l'achèvement de l'œuvre.

Liste des auteurs[modifier | modifier le code]

Liste des auteurs ayant contribué au Prodromus[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Frans A. Stafleu : The great Prodromus, pp. 64-100, in Frans A. Stafleu (1967) : Adanson, Labillardière, de Candolle. Introductions to four of their books reprinted in the series Historiae naturalis classica. Lehre, J. Cramer. 103p.
  2. a et b Frans A. Stafleu & Richard S. Cowan (1976) : Taxonomic literature. A selective guide to botanical publications and collections with dates, commentaries and types. Volume 1: A–G, p. 446. Utrecht: Bohn, Scheltema & Holkema.
  3. Augustin Pyrame de Candolle (1813) : Théorie élémentaire de la botanique ou exposition des principes de la classification naturelle et de l'art de décrire et d'étudier les végétaux. Paris, Déterville. Lien vers Google Livres.
  4. Augustin Pyrame de Candolle (1862) : Mémoires et souvenirs de Augustin-Pyramus de Candolle, écrits par lui-même et publiés par son fils. Genève (publ. posthume). Lien vers Google Livres.