Procès des 193

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le procès des 193 désigne un procès de 193 activistes populistes anti-tsaristes en automne 1877 à Saint-Pétersbourg.

Le procès des 193 fait suite à un procès en janvier 1877 chargé de juger les manifestants de la place Notre-Dame-de-Kazan le 6 décembre 1876[1] et un autre à Moscou en mars qui avait réuni 50 accusés[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le procès des 193 fut organisé devant une chambre du Sénat. Commencé à la mi-octobre 1877, il se poursuivit durant des mois pour s’achever le 23 janvier 1878.

Accusés[modifier | modifier le code]

Verdicts[modifier | modifier le code]

Les peines prononcées furent plutôt légères. Les peines les plus lourdes ne dépassaient pas dix ans de travaux forcés et ne furent infligés qu’à cinq des accusés[3]. Cependant, soixante-cinq des accusés avaient été tués, étaient morts par suicide ou avaient perdu la raison durant leur emprisonnement avant le procès[4].

Impact[modifier | modifier le code]

Pour le gouvernement russe, ce procès devait constituer le dernier acte de « la liquidation de la propagande révolutionnaire dans l'Empire[5] ». L’impact politique du procès fut tout à fait désastreux pour le pouvoir politique. Pendant des mois, des opposants résolus du régime tsaristes eurent l’occasion de présenter leurs griefs à l’envi. Pis, les conjurés parvinrent à s’attirer la sympathie du public et même du jury, qui demanda aussitôt à Alexandre II d’alléger les peines les plus lourdes en les commuant en simples exil[6].

Le lendemain du verdict, le 24 janvier 1878, Vera Zassoulitch tentait d’assassiner le général Trepov[7],[8]. Ce geste donna lieu à un nouveau procès public.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Radzinsky, Alexandre II, p. 314.
  2. Hélène Carrère d’Encausse, Alexandre II, p. 394.
  3. Carrère d’Encausse, p. 395.
  4. (en) Richard Wortman, The Crisis of Russian Populism, p. 24.
  5. Franco Venturi, Les Intellectuels, le peuple et la révolution. Histoire du popuplisme russe au XIXe siècle, p. 952, Gallimard, 1972.
  6. Carrère D’Encausse, Alexandre II, p. 395.
  7. (en) Richard Wortman, The Crisis of Russian Populism, p. 24, Cambridge University Press, 1967 (reprint 2008).
  8. Carrère d’Encausse, Alexandre II, p. 396.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Edvard Radzinsky, Alexandre II. La Russie entre espoir et terreur, Le Cherche-midi, Paris, 2009 Document utilisé pour la rédaction de l’article