Procès de Berne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le procès de Berne est un procès intenté entre 1933 et 1935 par la Fédération suisse des communautés israélites pour publication et vente d'écrits immoraux. Pendant ce procès, la fausseté des Protocoles des Sages de Sion a été retenue par le juge Walter Meyer.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Lors d'une manifestation politique organisée le 13 juin 1933 au casino de Berne par le Front national et la Heimatwehr, l'ouvrage Les Protocoles des Sages de Sion publié par l'éditeur antisémite Theodor Fritsch, a été retrouvé parmi le matériel de propagande importé d'Allemagne nazie et vendu lors de la manifestation par le Front national.

Saisissant cette occasion, la Fédération suisse des communautés israélites, aidée par la Communauté israélite de Berne, intente un procès contre 5 membres du Front et du "Bund Nationalsozialistischer Eidgenossen" pour infraction à la loi du Canton de Berne "sur le cinéma et les mesures contre la littérature de bas étage"[1], dont un article interdit en particulier « la mise en circulation de tout écrit, chant et représentation pouvant porter atteinte aux bonnes mœurs, blesser la pudeur ou avoir un effet abrutissant ». Le Bernois Georges Brunschvig est l'avocat des plaignants.

Le 14 mai 1935, le juge reconnait deux accusés coupables et, dans le même temps qualifie les Protocoles de faux et d'écrit immoral[2].

Les deux condamnés du 14 mai 1935 font appel du jugement; en révisant le jugement du 14 mai 1935, la cour suprême du Canton de Berne (président : Otto Peter) acquitte les condamnés par arrêt du 1er novembre 1937, parce qu'il s'agissait non pas d'une « publication immorale (Schundliteratur) » au sens strict du terme selon la loi bernoise, mais d'une publication politique. En même temps, la cour critique vivement le contenu diffamatoire de la publication et refuse de faire payer les charges des accusés acquittés par le parti des plaignants.

Liste des experts (en matière des Protocoles des Sages de Sion)[modifier | modifier le code]

Expert nommé par le juge (Meyer)[modifier | modifier le code]

Carl Albert Loosli, Berne-Bümpliz (écrivain suisse)

Expert nommé par les plaignants[modifier | modifier le code]

Arthur Baumgarten, Bâle (avocat)

Expert nommé par les accusés[modifier | modifier le code]

Ulrich Fleischhauer, Erfurt (antisémite allemand et auteur de Weltdienst)

Liste des témoins[modifier | modifier le code]

Citation du Dr. Chaim Weizmann comme témoin au procès de Berne (Archives de l'État de Berne)

Témoins (déposants en matière de la Russie tsariste)[modifier | modifier le code]

  • Alexandre du Chayla (1885–1945) Alexandre Armand de Blanquet du Chayla[3], né français, luttant pendant la première guerre mondiale dans l'armée tsariste russe et après la révolution d'Octobre dans l'armée blanche pendant la guerre civile (armée du Don); il a visité Sergei Alexandrovitch Nilus.
  • Sergius Swatikow (1880–1942)
  • Wladimir Burzew (1862–1942)
  • Boris Nikolajewski (1887–1966)
  • Henry Sliosberg (1863–1937) avocat juif et historien
  • Pavel Nikolajevitsch Miljukow (1859–1943)[4]; politicien libéral et ministre de l'extérieur du gouvernement provisoire russe.

Témoins ayant participé au Premier congrès sioniste à Bâle[modifier | modifier le code]

  • Mayer Ebner, Czernowitz/faisant en ce temps-là partie de la Roumanie (1872–1955)[5]
  • Marcus (Mordechai) Ehrenpreis, Stockholm (grand rabbin)
  • David Farbstein, Zurich (1868–1953), conseiller national suisse
  • Max Bodenheimer, Amsterdam (1865–1940)
  • Franz Sieber (sténographe)
  • Hermann Dietrich (sténographe)
  • Otto Zoller (rédacteur du journal suisse Basler Nachrichten en 1897)

Témoins (déposants en matière de la Franc-Maçonnerie)[modifier | modifier le code]

  • Theodor Tobler, Berne (fabricant de chocolat Toblerone, franc-maçon)
  • Eduard Welti, Berne (franc-maçon)

Témoin à décharge en faveur des accusés[modifier | modifier le code]

  • Alfred Zander (1905–1997)[6]

Témoins non présents au procès[modifier | modifier le code]

  • Philip Graves, Londres (a déposé au tribunal un témoignage par écrit)
  • Armand Kaminka, Vienne/Jérusalem (cité, mais empêché d'assister)
  • Alberto Meyer, Zurich (auteur de l'article antisémite incriminé Schweizermädchen hüte Dich vor den schändenden Juden![7] publié dans Der Eidgenosse)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la version originale de la loi bernoise sur http://www.fschuppisser.ch, les articles 14 à 16.
  2. Jean-Baptiste Mauroux, Du bonheur d'être Suisse sous Hitler, Éditions d'En bas,‎ 1997 (ISBN 9782829002250, lire en ligne), p. 149
  3. Pendant le déroulement du procès, le témoignage d'Alexandre du Chayla apportera des éléments importants tendant à prouver que les Protocoles auraient été produits à Paris en français par un Russe qui n'écrivait pas toujours correctement en langue française« Les Protocoles des Sages de Sion ou la fulgurante trajectoire d’un faux », sur Anti-Maçonnerie (consulté le 26 avril 2014)
  4. Voir les publications: Russia and its crisis (1905) by P.N. Miliukov; Russia, to-day and to-morrow (1922) by P.N. Miliukov.
  5. Voir Portrait et Cyber-Memorial Mayer Ebner
  6. Voir pour les détails Martin Näf: Alfred Zander 1905–1997. Pädagoge, Frontist, Landesverräter, in: Traverse, Zeitschrift für Geschichte – Revue d’histoire Nr. 3, 2003, S. 144–159.
  7. Article antisémite d'Alberto Meyer. L'article est écrit dans le ton des calomnies antisémites parues dans le Stürmer de Julius Streicher. Archives de l'État de Berne, Dossier du Procès de Berne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Nicault, « Le Procès des protocoles des sages de Sion, une tentative de riposte juive à l'antisémitisme dans les années 1930 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 53,‎ janvier-mars 1997, p. 68-84 (lire en ligne)
  • Urs Hafner, « Complot et contre-complot », Fonds national suisse Horizons, no 77,‎ juin 2008, p. 22-24 (lire en ligne)
  • Jacques Picard, La Suisse et les Juifs 1933-1945. Antisémitisme suisse, défense du judaïsme, politique internationale envers les émigrants et les réfugies. Trad. de l'allemand par Ursula Gaillard et Marianne Enckell ; préf. de Saul Friedländer, Lausanne, Editions d'En bas,‎ 2001 (ISBN 2829002458)
  • (de) Stephan Vász, Das Berner Fehlurteil über die Protokolle der Weisen von Zion: Eine kritische Betrachtung über das Prozessverfahren, Erfurt, U. Bodung-Verlag,‎ 1935
  • (de) Berner Bilderbuch vom Zionisten-Prozess um die "Protokolle der Weisen von Zion", Erfurt,‎ 1936
  • (de) Emil Raas et Georges Brunschvig, Vernichtung einer Fälschung. Der Prozess um die erfundenen "Weisen von Zion", Zurich, Die Gestaltung,‎ 1938

Liens externes[modifier | modifier le code]