Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Sainte-Marie.
Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin
Image illustrative de l'article Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin
Façade depuis la Marlborough Street
Présentation
Nom local St Mary's Pro-Cathedral
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Province catholique de Dublin
Archidiocèse de Dublin
Site web www.procathedral.ie/
Géographie
Pays Irlande
Province Leinster
Comté Comté de Dublin
Commune Dublin
Coordonnées 53° 21′ 03″ N 6° 15′ 33″ O / 53.35083, -6.2591753° 21′ 03″ Nord 6° 15′ 33″ Ouest / 53.35083, -6.25917  

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin

La pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin (en irlandais : Leas-Ardeaglais Naomh Muire, en anglais : St Mary's Pro-Cathedral) est une pro-cathédrale catholique irlandaise dédiée à sainte Marie.

Elle est le siège de l’archidiocèse de Dublin et donc de l’archevêque de Dublin, qui porte de titre de Primat d’Irlande (selon l’Église catholique romaine).

Statut de « pro-cathédrale »[modifier | modifier le code]

La ville de Dublin possède deux cathédrales, mais toutes les deux appartiennent à l’Église d’Irlande, qui jusqu’en 1871 était la seule religion autorisée sur l’île. L’Église catholique romaine quant à elle n’a pas eu de cathédrale à Dublin depuis la Réforme anglaise, lorsque les anglicans ont rompu avec le pape.

Devenue religion d’État par une loi du Parlement de 1536, l’Église d’Irlande s’appropria la plupart des biens de l’Église, y compris les cathédrales Christ Church et Saint-Patrick. Ces deux églises s’étaient longtemps disputé le rôle de cathédrale de Dublin, anarchiquement tout d’abord, avant qu’un accord — Pacis Compositio — ne soit trouvé en 1300. Celui-ci donna à la cathédrale Christ Church la priorité, avec le droit d’introniser l’archevêque et de conserver sa crosse, sa mitre et son anneau à sa mort ; les archevêques de Dublin défunts étaient en revanche enterrés en alternance dans chacune des deux cathédrales, à moins qu’ils n’en aient personnellement décidé autrement.

Bien que la cathédrale Christ Church soit propriété de l’église anglicane depuis près de cinq cents ans, elle est toujours considérée par l’Église catholique romaine comme la seule cathédrale de Dublin, et cela depuis qu’elle a été désignée comme telle par le pape à la demande de l’archevêque St. Laurence O'Toole (en) au XIIe siècle. Jusqu’à ce que le pape n’ait révoqué officiellement le titre de la cathédrale Christ Church (bien qu’elle possède un symbolisme historique important), ou n’attribue le statut de cathédrale à une autre église, la principale église catholique de Dublin continuera d’être la pro-cathédrale[1] Sainte-Marie, titre qu’elle porte officiellement depuis 1886 mais officieusement depuis les années 1820.

Création de la pro-cathédrale[modifier | modifier le code]

La pro-cathédrale trouve ses origines dans la lutte anti-catholique[2] menée par les lois pénales irlandaises, qui bloqua le catholicisme (et d’autres confessions chrétiennes) jusqu’au début du XIXe siècle. Durant des siècles, les catholiques ne purent célébrer la messe ou les sacrements en public, et firent l’objet de sanctions sévères. Bien que la sévérité avec laquelle ces lois se sont appliquées ait varié, les églises catholique qui ont été construites sont restées discrètes et à l’écart des voies de circulation.

Au début du XIXe siècle, la plupart des lois pénales avaient été soit abrogées ou n’étaient plus appliquées ; une tentative — infructueuse — avait déjà été tentée d’accorder l’émancipation aux catholiques. En conséquence, le catholicisme a recommencé à se montrer à la lumière. En 1803, un comité formé par l’archevêque d’alors, John Thomas Troy (en), acheta Lord Annesley's townhouse à l’angle de Malborough Street et de Elephant Lane (qui a pris le nom de Cathedral Street), bien en vue dans la principale artère de la ville, Sackville Street (maintenant O'Connell Street), pour y placer la nouvelle pro-cathédrale, prévue en attendant l’érection — lorsque les fonds et la loi le permettraient — d’une véritable cathédrale catholique romaine.

L’architecte choisi fut George Papworth (en). La maison fut démolie en juin 1814. Elle fut suivie de l’érection d’une nouvelle pro-cathédrale, mêlant de nombreux styles, d’aspect extérieur emprunté à l’architecture grecque mais à l’intérieur plus romain que grec. Le nouvel archevêque de Dublin, Dr Daniel Murray (en) célébra achèvement de la pro-cathédrale le 14 novembre 1825. La cathédrale devint ainsi le premier siège épiscopal catholique des îles britanniques depuis la Réforme anglaise.

Bien que n’ayant pas le titre de cathédrale, l’édifice devint alors un symbole de l’esprit nationaliste irlandais à l’époque de la fin des lois pénales. Daniel O'Connell, meneur du nationalisme irlandais et premier député catholique élu à la Chambre des communes britannique, fut présent en 1829 à la grande-messe de thanksgiving dans la pro-cathédrale pour fêter l’émancipation des catholiques, qui entre autres choses permettait à un catholique d’être élu au Parlement.

En 1841, en tant que premier Lord Mayor de Dublin de confession catholique romaine depuis des siècles, O'Connell a officiellement fêté son élection en se rendant en fonction à la pro-cathédrale pour la grand-messe. À sa mort en 1847, ses restes ont été portés sur un grand catafalque dans la pro-cathédrale.

Plans pour une cathédrale[modifier | modifier le code]

La pro-cathédrale est toujours destinée à être temporaire, en l’attente de fonds suffisants à l’érection d’une nouvelle cathédrale. Différents emplacements ont été discutés. William T. Cosgrave, président du Conseil exécutif de l’État libre d’Irlande de 1922 à 1932 et fervent catholique, avait suggéré l’emplacement de la poste centrale de Dublin, brûlée lors de l’insurrection de Pâques 1916, mais l’idée ne fut pas mise en pratique et l’édifice restauré reprit sa fonction de bureau de poste.

Archevêque de 1940 à 1971, John Charles McQuaid acheta les jardins de Merrion Square dans le centre de la ville et annonça son intention d’y ériger une cathédrale. Elle ne fut pas réalisée et les jardins furent finalement remis par son successeur à la Dublin Corporation et ouverts au public. Bien qu’il est suggéré périodiquement que l’Église d’Irlande, peu implantée dans la ville, pourrait livrer l’une de ses deux cathédrales[3] à l’Église catholique romaine, aucune proposition sérieuse[4] n’a été faite vers un tel arrangement.

Bien que l’érection d’une nouvelle cathédrale catholique reste officiellement à l’ordre du jour, la plupart des fonds collectés pour la construction d’une nouvelle cathédrale ont été dépensés pour l’érection de nouvelles églises dans l’archidiocèse, en croissance rapide. En conséquence, peu croient en l’érection d’une nouvelle et s’attendent donc à l’élévation de la pro-cathédrale au rang de cathédrale, comme cela est arrivé à la cathédrale Saint-Pierre de Belfast en 1986.

Cérémonies d’État[modifier | modifier le code]

Les funérailles de Michael Collins in 1922. L’image montre le maître-autel original d’avant le Concil Vatican II, par Turnenelli, le pupitre (à droite) et la cathédre (à gauche, couverte).

Le pro-cathédrale reste un lieu de cérémonie important pour l’État. Jusqu’en 1983, les présidents irlandais ont par tradition assisté avant leur inauguration civile à une cérémonie religieuse, soit à la cathédrale Saint-Patrick soit à la pro-cathédrale (selon leur croyance). Pour les élections de Childers en 1973, Cearbhall Ó Dálaigh en 1974 et Patrick Hillery en 1976, ces cérémonies ont été multiconfessionnelles, des représentants des Églises catholique romaine, d’Irlande, presbytérienne, méthodiste et de la foi juive étant présents (En 1973, cela a eu lieu à Saint-Patrick, et en 1974 et 1976 dans la pro-cathédrale). En 1983, un service multiconfessionnel a été inscrit dans l’organisation de l’inauguration civile au château de Dublin.

Les funérailles d’État de figures majeures, dont celles de Michael Collins, des anciens présidents Seán T. O'Kelly, Éamon de Valera et du Lord Mayor de Dublin Kathleen Clarke (en) ont eu lieu là-bas. Une peinture de l’enterrement de Michael Collins est suspendue dans Áras an Uachtaráin, la résidence du président.

Organisation interne de la pro-cathédrale[modifier | modifier le code]

Monument au cardinal Cullen, premier irlandais à avoir été fait cardinal

L’interieur de la pro-cathédrale mélange des styles grec et romain, ce qui a suscité de nombreuses controverses.[réf. nécessaire]

La nef principale mène à un autel, derrière lequel se trouve un vitrail à la Vierge Marie.

Durant longtemps, la cathédrale avait un autel massif de style victorien et un retable de Peter Turnerelli, un sculpteur né à Belfast. Vers la fin des années 1970, l’autel a été enlevé dans le cadre d’une réorganisation d’après le concile Vatican II. Le retable a été complètement enlevé à l’exception du tabernacle et du panneau avant de l’autel original — réintégré dans le nouvel autel. L’autel a été placé vers le centre d’une zone pavée, dans un sanctuaire élargi. Le rails d’autel ont également été supprimés. Le pupitre a été déplacé également dans un coin du bâtiment, et n’est pas utilisé. Un important contingent d’artisans italiens fut employé pour décorer l’intérieur de la cathédrale.

Un incendie se déclara au début des années 1990[Quand ?]. Bien que le feu ait été éteint avant d’avoir détruit le bâtiment, la fumée causa des dommages importants à un coin de l’édifice, autour du monument dédié au cardinal Cullen[5].


Orgues[modifier | modifier le code]

L’orgue d’origine de la pro-cathédrale a été construit par le facteur d’orgues John White de Dublin, et l’instrument actuel en possède encore certains tuyaux originaux.

La façade actuelle de l’instrument date de sa reconstruction par William Hill autour de 1900. Des travaux ultérieurs ont été réalisés par Henry Willis & Sons (en) dans les années 1930. En 1971, l’instrument est à nouveau reconstruit par J. W. Walker & Sons Ltd (en), sous l’administration de Mgr John Moloney. Sa rénovation la plus récente — par la même firme — date de 1995, et consiste à déplacer la console de l’orgue ; elle s’acheve à l’automne 1995, et l’instrument est inauguré par un concert de gala donné par Olivier Latry le 20 mars 1996.

Cet orgue est considéré comme[réf. nécessaire] l’un des plus beaux exemples de grand orgue romantique de l'Irlande de la fin du XIXe siècle. Il a depuis son installation d’origine figuré en bonne place à de nombreuses occasions liturgiques qui ont honoré la pro-cathédrale. De nombreux organistes ont joué dessus, entre autres Daniel Chorzempa, Xavier Darasse, David Lumsden (en), Daniel Roth, Gillian Weir et Olivier Latry. L’organiste titulaire de la pro-cathédrale est depuis 1971 le professeur Gerard Gillen (en).

Un orgue de chœur est également présent à proximité du maître-autel, du côté de l’épître (à droite) ; il date d’avant la période de la pro-cathédrale. Avec l’installation du grand orgue, il est tombé peu à peu tombé en désuétude, et a après quelques années été fermé. Il lui manque une grande part de ses tuyaux internes et de son clavier.

Chorale[modifier | modifier le code]

La pro-cathédrale possède une chorale résidente : le « chœur Palestrina » (Palestrina Choir).

Elle tient ses origines d’une chorale de garçons formée dans les années 1890 par Dr Vincent O'Brien, enseignant de musique à l’école des Frères Chrétiens, place Sainte-Marie (St. Mary's Place) à Dublin. La chorale fut remarquée par Edward Marty en 1898, alors qu’elle jouait à l’église carmélite Sainte-Thérèse à Clarendon Street ; ce fut lui qui lança le chœur Palestrina le 1er janvier 1903, avec O'Brian à sa tête.

La chorale a eu depuis sa fondation sept directeurs. Dr Vincent O'Brien, directeur de 1903 jusqu’à sa mort en 1948, a été remplacé par son fils, Oliver. En 1978, frère Seán O hEarcaigh prit le relais ; il fut remplacé en 1982 par Mme Ite O'Donovan et en 1996 par Comdt Joseph Ryan. Mme Órla Barry fut directrice de la fin de 1996 à 2001. Après cela, ce fut Blanaid Murphy. John McCormack fut membre de la chorale de 1904 à 1905.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pro est l’abréviation de Pro Tempore, qui signifie en latin « temporaire ou provisoire ».
  2. Bien que les lois pénales étaient principalement orientées contre l’Église catholique romaine, elles ont aussi été utilisées contre plusieurs petites confessions religieuses, telles que l’Église presbytérienne d’Irlande. Au plus dur des lois pénales, seuls les membres de l’Église d’État — l’Église d’Irlande — avaient tous les droits civils, y compris le droit à la propriété.
  3. La cathédrale Saint-Patrick sert de « cathédrale nationale », tandis que la cathédrale Christ Church est cathédrale du diocèse de Dublin.
  4. Le Dean de la cathédrale Saint-Patrick a proposé d’autoriser l’Église catholique romaine à célébrer des messes dans la cathédrale, mais l’idée a été refusée par l’Église d’Irlande.
  5. Le cardinal Cullen est parmi les plus célèbres archevêques de Dublin au XIXe siècle, et le premier irlandais à avoir été fait cardinal.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]