Prix Guizot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Prix Guizot est un Prix de l'Académie française créé en 1994. Il récompense un ou plusieurs auteurs ayant publié un ouvrage d’histoire générale.

Lauréats[modifier | modifier le code]

  • 1995
  • 1996
    • Barbara de Negroni, Lectures interdites. Le travail des censeurs au XVIIIe siècle (Albin Michel)
    • Alain Boureau, Le Droit de cuissage. La fabrication d'un mythe (Albin Michel)
  • 1997
    • Michel-Edmond Richard, Notables protestants, en France, dans la première moitié du XIXe siècle (Lys)
    • Serge de Robiano, Échec à l'Empereur, échec au Roi. Maurice de Broglie, évêque de Gand (1766-1821) (Quorum)
    • Youri Roubinski, La Russie à Paris (Éditions du Mécène)
    • Paul Butel, Histoire de l'Atlantique, de l'Antiquité à nos jours (Perrin)
  • 1998
  • 1999
    • Claude Fohlen, Histoire de l'esclavage aux États-Unis (Perrin)
  • 2000
  • 2001
    • Francis Rapp, Le Saint Empire romain germanique, d'Otton le Grand à Charles Quint (Tallandier)
    • François Crouzet, Histoire de l’Économie européenne (Albin Michel)
  • 2002
  • 2003
    • Jean-Marc Moriceau, Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, XIX-XXe siècle (Fayard)
    • Jean Verdon, Boire au Moyen Age (Perrin)
    • Reynald Abad, Le Grand Marché. L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime (Fayard)
  • 2004
  • 2005
  • 2006
    • Marc Boyer, Le Thermalisme dans le Grand Sud-Est de la France (Presses universitaires de Grenoble)
    • Olivier Chaline, Le Règne de Louis XIV (Flammarion)
    • Véronique Larcade, Les Cadets de Gascogne. Une histoire turbulente (Sud-Ouest)
  • 2007
    • André Chervel, Histoire de l'enseignement du français du XVIIe au XXe siècle (Retz)
    • Dominique Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l'Église au Moyen Age (Seuil)
    • Charles Frostin, Les Pontchartrain ministres de Louis XIV. Alliances et réseau d'influence sous l'Ancien Régime (Presses universitaires de Rennes)
  • 2008
    • Lucien Jaume, Tocqueville : les sources aristocratiques de la liberté (Fayard)
    • Marie-Claude Blais, La Solidarité. Histoire d'une idée (Gallimard)
    • Edina Bozoky, La Politique des reliques de Constantin à Saint Louis (Beauchesne)
    • Jean-Marc Berlière, Liquider les traîtres. La face cachée du PCF (1941-1943) (Robert Laffont)
    • Esther Benbassa, La Souffrance comme identité (Fayard)
  • 2009
    • Stella Ghervas, Réinventer la tradition. Alexandre Stourdza et l'Europe de la Sainte-Alliance (Honoré Champion)
    • Jacques Le Rider, L'Allemagne au temps du réalisme. De l'espoir au désenchantement (1848-1890) (Albin Michel)
    • Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont (Perrin)
    • Charles Wright, Casanova ou l'essence des Lumières (B. Giovanangeli)
    • Alain Monod, Vauban ou la mauvaise conscience du roi (Riveneuve)
  • 2010
    • Catherine Horel, Cette Europe qu’on dit centrale. Des Habsbourg à l’intégration européenne 1815-2004 (Beauchesne)
    • David Bitterling, L’Invention du pré carré. Construction de l’espace français sous l’Ancien Régime (Albin Michel)
    • Jacques-Alain de Sédouy, Le Concert européen. Aux origines de l’Europe 1814-1914 (Fayard)
    • Alain Cabantous, Histoire de la nuit XVIIe-XVIIIe siècle (Fayard)
    • Nathan Wachtel, La Logique des bûchers (Seuil)
  • 2011
    • Frank Attar, Aux armes, citoyens ! naissance et fonctions du bellicisme révolutionnaire (Seuil)
    • Charles-Edouard Levillain, Vaincre Louis XIV : Angleterre - Hollande - France, histoire d'une relation triangulaire 1665-1688 (Champ Vallon)
  • 2012
    • André Burguière, Le Mariage et l’Amour en France, de la Renaissance à la Révolution (Seuil)
    • Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête (Seuil)
  • 2013
    • Thierry Lentz, Napoléon diplomate (CNRS éditions)
    • Alain Testart, Avant l’histoire : l’évolution des sociétés, de Lascaux à Carnac

Référence[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]