Prix Adonáis de Poésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prix Adonáis de Poésie
Nom original Premio Adonáis de Poesía
Prix remis Une sculpture avec l'emblème de la Collection Adonáis et l'édition de cent exemplaires de l'œuvre primée ; les accessits reçoivent cent exemplaires de leur œuvre primée[1]
Description Prix récompensant la meilleure œuvre poétique inédite écrite en espagnol par un écrivain de moins de 35 ans.
Organisateur Éditions Rialp
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Date de création 1943
Dernier récipiendaire Joaquín Moreno
Site officiel www.rialp.com/

Le Prix Adonáis de Poésie (en espagnol : Premio Adonáis de Poesía) est concédé annuellement en Espagne par les Éditions Rialp à un recueil de poésie en espagnol, et octroie par ailleurs plusieurs accessits. Il a pour intention de promouvoir de nouvelles voix et de nouvelles valeurs de la poésie en espagnol en ceci que l'âge maximum du candidat est de 35 ans. Ce prix de poésie est considéré comme l'un des plus prestigieux de la langue espagnole[2],[3].

Histoire du prix[modifier | modifier le code]

Créé en 1943 (un an avant le Prix Nadal), il tient son nom de la collection du même nom que, dans la maison d'édition de la Biblioteca Hispánica, dirige Juan Guerrero Ruiz (es), grand ami de Juan Ramón Jiménez, ainsi que José Luis Cano (es), qui dirigera la collection pendant plus de vingt ans[4],[5]. En 1946, la collection passe aux mains des Éditions Rialp[4], qui la détient toujours, et est composée de plus de 570 volumes[5]. Ont succédé à José Luis Cano, Lui Jiménez Martos (es) puis, après la mort de ce dernier, Carmelo Guillén Acosta (es).

Lors de sa première grande époque, le prix Adonáis contribue au lancement des principaux auteurs de l'après-guerre ; plus tard, elle lance également la Génération de 50 ainsi que les Novísimos. Son influence continue avec des lauréats plus contemporains comme Luis García Montero (es), Joaquín Pérez Azaustre (es), Rubén Martín Díaz (es) o José Gutiérrez Román (es) ; ou des accessits comme Antonio Lucas (es), José Luis Rey (es), Raquel Lanseros (es) ou Francisco Onieva (es).

Le prix n'inclut aucune dotation économique. Le lauréat voit son livre édité et reçoit cent exemplaires de son livre publié ainsi qu'une sculpture de Venancio Blanco. Les accessits reçoivent quant à eux cent exemplaires de leur livre publié[1]. Le prix est décerné en décembre de chaque année[4].

Le jury[modifier | modifier le code]

Le jury du prix a été composé par de grandes figures de la poésie espagnole contemporaine telles que Gerardo Diego, Claudio Rodríguez (es), Rafael Morales (es) ou José García Nieto. Actuellement les membres du jury les plus réguliers sont, aux côtés du directeur de la collection, les poètes Joaquín Benito de Lucas (es), Antonio Colinas (es), Julio Martínez Mesanza (es) et Eloy Sánchez Rosillo (es).

Les lauréats[modifier | modifier le code]

Les plus célèbres lauréats sont José Hierro, Claudio Rodríguez ou José Ángel Valente. Parmi leurs accessits, sont notables Antonio Gala (es), Ángel González ou Antonio Colinas, voire Antonio Gamoneda qui fut finaliste.

Liste des lauréats et accessits[modifier | modifier le code]

Les lauréats ou accessits sont de nationalité espagnole, sauf mention.
– Accessits : Concha Zardoya (es) (Drapeau du Chili Chili-Espagne), pour Dominio del llanto ; Eugenio de Nora (es), pour Contemplación del tiempo ; Julio Maruri (es), pour Los años
– Accessits : Juan Ruiz Peña (es), pour Vida del poeta ; Ramón de Garciasol (es), pour Defensa del hombre
– Accessits : Javier de Bengoechea (es), pour Habitada claridad ; Carlos Salomón (es), pour La sed
– Accessits : José Manuel Caballero Bonald, pour Las adivinaciones ; Alfonso Albalá (es), pour Umbral de armonía ; Julián Andújar (es), pour La soledad y el encuentro ; Luis López Anglada (es), pour La vida conquistada
– Accessits : Salvador Pérez Valiente (es), pour Por tercera vez ; Susana March (es), pour La tristeza ; Jaime Ferrán (es), pour Desde esta orilla ; Jesús López Pacheco (es), pour Dejad crecer este silencio
– Accessits : Pino Ojeda (es), pour Como el fruto en el árbol ; Pilar Paz Pasamar (es), pour Los buenos días
– Accessits : Carlos Murciano (es), pour Viento en la carne ; José Agustín Goytisolo, pour El retorno
– Accessits : María Beneyto (es), pour Tierra viva ; Ángel González, pour Áspero mundo
– Accessits : Salustiano Masó (es), pour Contemplación y aventura ; Fernando Quiñones (es), pour Cercanía de la gracia
– Accessits : Joaquín Fernández (es), pour Sin vuelta de hoja ; Eladio Cabañero (es), pour Una señal de amor
– Accessits : Enrique Molina Campos (es), La puerta ; Antonio Murciano (es), pour La semilla
– Accessits : Luis Martínez Drake (es), pour La yerba ; Antonio Gala, pour Enemigo íntimo
– Accessits : Salustiano Masó (es), pour Historia de un tiempo futuro ; Ernesto Contreras (es), pour Interior con figuras
– Accessits : Juan Antonio Castro (es), pour Tiempo amarillo ; Julia Uceda (es), pour Extraña juventud
– Accessits : Ricardo Defarges (es), pour El arbusto ; Manuel Padorno (es), pour A la sombra del mar
– Accessits : Manuel Álvarez Ortega (es), pour Invención de la muerte ; Elena Andrés (es), pour Dos caminos
– Accessits : César Aller (es), pour Libro de elegías ; Antonio Hernández Ramírez (es), pour El mar es una tarde con campanas
– Accessits : Vicente García Hernández (es), pour Los pájaros ; Francisco Carrasco Heredia (es), pour Las raíces
– Accessits : Juan Van-Halen (es), pour La frontera ; José Roberto Cea (es), pour Códice liberado
– Accessits : Ángel García López (es), pour Tierra de nadie ; Antonio López Luna (es), pour Memoria de la muerte ; Marcos Ricardo Barnatán (es) (Drapeau de l’Argentine Argentine-Espagne), pour Los pasos perdidos
– Accessits : Eugenio Padorno (es), pour Metamorfosis ; Antonio Colinas (es), pour Preludios a una noche total
– Accessits : Manuel Ríos Ruiz (es), pour Amores con la tierra ; Pablo Armando Fernández (Drapeau de Cuba Cuba), pour Un sitio permanente
– Accessits : Paloma Palao (es), pour El gato junto al agua ; Justo Jorge Padrón (es), pour Los oscuros fuegos ; José Luis Núñez (es), pour Los motivos del tigre
– Accessits : Rafael Talavera (es), pour Tres poemas y calcomanías ; José María Bermejo (es), pour Epidemia de nieve
– Accessits : José María Prieto (es), pour Círculo ciego ; Enrike Gracia (es), pour Encuentros
– Accessits : Antonio Quintana, pour El ojo único del unicornio ; Antonio Domínguez Rey (es), pour Garlopa marina
– Accessits : Francisco García Marquina (es), pour Liber usualis officii et orationum ; Emilio Sola (es), pour La isla
– Accessits : Alfredo J. Ramos Campos (es), pour Esquinas del destierro ; Antolín Iglesias Páramo (es), pour Afueras del Edén
– Accessits : Carmelo Guillén Acosta (es), pour Envés del existir ; Pedro Vergés (es), pour Durante los inviernos
– Accessits : Luis de Paola (es), pour Música para películas mudas ; María Rosa Vicente (es), pour Canto de la distancia
– Accessits : Ana María Navales (es), pour Mester de amor ; Carlos Clementson (es), pour De la tierra, del mar y otros caminos
– Accessits : Rosa María Echevarría (es), pour Arquíloco o nuestra propia voz ; Pedro Jesús de la Peña (es), pour Teatro del sueño ; Miguel Ángel Velasco (es), pour Sobre el silencio y otros llantos
– Accessits : Salvador García Jiménez (es), pour Épica de náufrago ; José María Parreño (es), pour Instrucciones para blindar un corazón
– Accessits : Julieta Dobles (es) (Costa Rica), pour Hora de lejanías ; Rafael Duarte (es), pour Los viejos mitos del asombro
– Accessits : Fernando Beltrán (es), pour Aquelarre en Madrid ; Amparo Amorós (es), pour Ludia
– Accessits : Carmen Pallarés (es), pour La llave del grafito ; Basilio Sánchez (es), pour A este lado del alba
– Accessits : José Luis Ferris (es), pour Cetro de cal ; Antonio del Camino (es), pour Del verbo y la penumbra
– Accessits : María del Mar Alférez (es), pour Criptoepístola de azares ; Federico Gallego Ripoll (es), pour Crimen pasional en la Plaza Roja
– Accessits : José Luis Puerto (es), pour Un jardín al olvido ; Pedro González Moreno (es), pour Pentagrama para escribir silencios
– Accessits : Rosana Acquaroni (es), pour Del mar bajo los puentes ; María Luisa Mora Alameda (es), pour Este largo viaje hacia la lluvia ; Carmina Casala (es), Lava de labios
– Accessits : José Luis Díaz (es), pour Los pasos de la ceniza ; Alberto Martín Méndez (es), pour Biografía de un traficante de no sé
– Accessits : Aurora Luque (es), pour Problemas de doblaje ; Francisco M. Monterde (es), pour Penúltima lectura del silencio
– Accessits : Fermín Gámez (es), pour Efecto invernadero ; José María Muñoz Quirós (es), pour Ritual de los espejos
– Accessits : Mar García Lozano (es), pour Los mercaderes ; Miguel Argaya (es), pour Geometría de las cosas irregulares
– Accessits : Aurelio González Ovies, pour Vengo del Norte ; Enrique Ortiz Sierra (es), pour Extraño abordaje
– Accessits : Berta Serra Manzanares (es), pour Frente al Mar de Citerea ; Enrique Falcón (es), pour La marcha de 150.000.000
– Accessits : Juan Francisco Lorenzo (es), pour Menú de día ; Jesús Losada (es), pour Huerto cerrado del amor
– Accessits : Beatriz Hernanz (es), pour La vigilia del tiempo ; Antonio Lucas (es), pour Antes del mundo
– Accessits : Ángel Luján (es), pour Días débiles ; José Luis Rey (es), pour Un evangelio español
– Accessits : Fermin Gámez (es), pour Arcana certidumbre ; May Judith Serrano (es), pour Huerto cerrado del amor ; Pedro J. Alonso (es), pour Sólo la ausencia
– Accessits : José Luis López Bretones (es), pour El lugar de un extraño ; Raúl Borrás (es), pour Diluvio en la mirada
– Accessits : Laura Moll (es), pour Océano y otros poemas ; Álvaro Fierro (es), pour Tan callando
– Accessits : Miguel Ángel Curiel (es), pour El verano ; Catalina Morato (es), pour El huso y la palabra ; Juan Carlos Abril (es), pour El laberinto azul
– Accessits : Javier Cano (es), pour Lugares para un exilio ; Rafael Antúnez (es), pour Nada que decir
– Accessits : Modesto Calderón (es), pour Venenos de la rosa ; José Luis Gómez Toré (es), pour He heredado la noche
– Accessits : Antonio Aguilar Rodríguez (es), pour Allí donde no estuve ; Ana Isabel Conejo (es), pour Vidrios, vasos, luz, tardes
– Accessits : Jesús Beades (es), pour La ciudad dormida ; Paolo Álvarez Correyero (es), pour Hoy cumplo 16
– Accessits : Raquel Lanseros (es), pour Diario de un destello ; Juan Meseguer (es), pour Bancos de arena
– Accessits : Francisco Onieva (es), pour Perímetro de la tarde ; Antonio Praena (es), pour Poemas para mi hermana
- Accessits : Diego Vaya (es), pour El libro del viento ; Pablo Moreno Prieto (es), pour Discurso de la ceniza
- Accessits : María Eugenia Reyes Lindo (es), pour El fabricante de ruinas ; Alfredo Juan Félix-Díaz (es) (Mexique), pour Si resistimos
- Accessits : Verónica Aranda (es), pour Cortes de luz ; Daniel Casado (es), pour Oscuro pez del fondo ; Mario Lourtau (es), pour Quince días de fuego
- Accessits : Francisco Javier Burguillo López (es), pour Musa de fuego ; Alberto Chessa (es), pour La osamenta
- Accessits : Vanesa Pérez-Sauquillo (es), pour Climax road ; Ruth Miguel Franco, pour La muerte y los hermanos
- Accessits : Rocío Arana Caballero (es), pour La llave dorada ; Ángel Talián (es), pour La vida panorámica
- Accessits : Lutgardo García, pour La viña perdida ; Juan Meseguer (es), pour Áspera nada.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Bases du prix Adonáis », sur rialp.com (consulté le 23 décembre 2013)
  2. a et b (es) El Mundo, « Jesús Bernal recibe el premio Adonáis de Poesía », sur elmundo.es,‎ 2012 (consulté le 24 décembre 2013)
  3. (es) « Fiche Premio Adonáis de Poesía », sur lecturalia.com (consulté le 24 décembre 2013)
  4. a, b et c (es) « Fiche Premio Adonais de poesía », sur epdlp.com (consulté le 24 décembre 2013)
  5. a et b (es) « Premio Adonais de poesía - historia », sur rialp.com (consulté le 24 décembre 2013)
  6. (es) El Pais, « El salvadoreño George Alexander Portillo, Premio Adonáis de poesía 2006 », sur elpais.com,‎ 2006 (consulté le 16 décembre 2013)
  7. (es) EFE, « Rubén Martín gana el Adonáis de Poesía », sur elpais.com,‎ 2009 (consulté le 27 juillet 2013)
  8. (es) EFE, « El poeta burgalés José Gutiérrez Román gana el Premio Adonáis de Poesía 2010 », sur abc.es,‎ 2010 (consulté le 23 décembre 2013)
  9. (es) EFE, « Jesús Francisco Bernal Castell gana el Premio Adonáis de Poesía 2011 », sur abc.es,‎ 2011 (consulté le 23 décembre 2013)
  10. (es) ABC, « Martha Asunción Alonso, premio Adonais de poesía por «La soledad criolla» », sur abc.es,‎ 2012 (consulté le 23 décembre 2013)
  11. (es) EFE, « Joaquín Moreno gana el premio Adonáis de poesía », sur elconfidencial.com,‎ 2013 (consulté le 16 décembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Carlos Mainer, Francisco Díaz de Castro, José Teruel, Juan José Lanz, Ángel L. Prieto de Paula, Juan Cano Ballesta. 60 años de Adonais : una colección de poesía en España (1943-2003), Madrid, Devenir Ensayo, 2003, 149 p. (ISBN 849331529X)

Lien externe[modifier | modifier le code]