Prix (homonymie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mot Prix a plusieurs sens :

  • prix au sens monétaire, il peut désigner -dans le cadre des activités économiques ou commerciales- des concepts différents selon que l'on se situe :
    • en micro-économie : où le prix s'étudie comme étant le résultat de la confrontation entre une Offre et une demande sur un marché donné
    • en entreprise : où la politique de prix constitue l'un des quatre piliers du Marketing mix
    • en point de vente : où la détermination du prix de vente est l'une des décisions de gestion majeure.
Terme Définition Remarque
Prix d'acceptabilité : C'est le niveau théorique de prix pour lequel les volumes de vente d'un bien sont réputés être à leur maximum. Cette valeur est fonction de nombreux paramètres au premier rang desquels : l'utilité du bien, la solvabilité et la psychologie du consommateur.
Prix administré
Prix d'ancrage : Prix servant aux consommateurs d'étalon de référence pour leurs comparaisons de prix. Ex.: 12 € pour un album-CD
Prix d'appel : Offre d'un prix très bas, pour attirer le client en vue de lui vendre d'autres produits plus rentables. Principe dit de la compensation : «faire un ilôt de perte dans un océan de profit» (Bernardo Trujillo) Les prix annoncés sur les tracts périodiquement distribués par les grandes surfaces. Une libraire communique qu'elle vend ses dictionnaires à moitié prix, dans le but d'attirer le public dans son magasin afin qu'il achète aussi des autres livres sur lesquels elle dégage une marge plus importante.
Premier prix
Prix barré : Ancien prix que l'on laisse sur le produit pour démontrer l'importance de l'effort promotionnel. 4,5 € au lieu de 7 € (où 7 € est le prix barré)
Prix catalogue : Prix de base théorique auquel le produit devrait être vendu (en l'absence de toute remise, ristourne ou promotion)
Prix concerté : Prix défini par concertation entre l'administration et les entreprises
Prix concurrentiel : Prix réputé être plus bas que celui de la concurrence. Il engendre un avantage à court terme
Prix conseillé : Prix recommandé par le fabricant au public, ce qui risque d'être considéré comme une atteinte à la concurrence ? Prix annoncés par les fabricants de consoles de jeux-vidéo
Prix imposé (par le fournisseur) : Pratique délictueuse pouvant faire l'objet de poursuites légales pour atteinte à la concurrence Consulter sur le site de l'Autorité de la concurrence[1] des exemples de jugements ou avis.
Prix de pénétration : Prix fixé à un niveau censé favoriser la conquête rapide de parts de marché. L'avantage offert peut être une réduction de prix, mais aussi l'offre gratuite aux acheteurs pendant la campagne de pénétration de prestations annexes censées être payantes en période normale
Prix psychologique Voir prix d'acceptabilité
Prix de lancement : Prix éventuellement pratiqué au lancement d'un produit en vue de conquérir rapidement une part du marché
Article détaillé : Prix de lancement.
Prix d'essai : Prix réduit ou spécial accordé à un prospect n'ayant jamais utilisé le produit. La réduction de prix est censée compenser tout ou partie de l'effort du nouvel acheteur pendant la période toujours incertaine pour lui de découverte et « d'apprivoisement » au produit.
Prix défensif : Prix plus bas que celui pratiqué habituellement, en vue de contrer les prix habituels ou promotionnels de la concurrence
Prix dégressif : Prix qui diminue en fonction de la quantité achetée ou commandée. La diminution de prix est censée correspondre à l'économie logistique réalisée par la manutention et la distribution de volumes plus importants : ainsi le prix unitaire obtenu pour la commande et la livraison d'une palette complète peut être plus bas que celui obtenu pour la commande et la livraison d'un carton unique.
Prix d'écrémage : Prix fixé volontairement plus élevé que celui de la concurrence. Pratiqué lors d'un lancement, il permet d'acquérir de la notoriété, et de positionner le produit comme étant « de qualité ». Un prix élevé a également l'avantage de dégager des marges importantes dès le lancement. Hors période de lancement, il n'est pas rare que le fabricant du produit le plus abouti - produit dit de « référence » ou « leader » - tente de conserver un niveau de prix - et donc de marge élevés - le plus longtemps possible : le prix sera diminué - sauf possibilité de « relancement du produit » lorsque le produit/service entre dans la phase de maturité du cycle de vie.
Prix extrêmes : Prix de vente le plus bas et prix de vente le plus haut pratiqués à un moment et dans une zone de vente donnés pour un même produit ou pour une même gamme de produits.
Prix magique : Prix fixé à une valeur inférieure à l'unité (ex : 19,95 €) ou fixé de façon symbolique (ex : 1 €), de manière à provoquer chez le consommateur un réflexe psychologique positif et stimulateur de l'acte d'achat .
Prix du marché : Prix effectivement pratiqué sur le marché
Prix de transfert Prix auquel s'échange (se transfère) un bien ou un service entre deux unités d'un même groupe La fixation du prix de transfert peut donner lieu à sur-facturation ou à sous-facturation, ce qui peut générer également des transferts de valeur notamment pour des raisons fiscales.
Prix différencié : Prix plus élevé que le prix de marché, mais cependant permis sinon justifié par l'existence d'une supériorité, exclusivité, notoriété ou image de marque. Un célèbre glacier, leader sur le marché, qui ouvre boutique en incluant des prestations et des services, peut opter pour des prix différenciés. L'effet de cette différenciation est double : elle lui apporte une marge supérieure au marché et conforte son image de « qualité supérieure »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.autoritedela concurrence.fr