Prithwindra Mukherjee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mukherjee.
Conférence de Prithwindra Mukherjee à Zinal en 2011

Prithwindra Mukherjee, né en 1936 à Calcutta, est un chercheur bengali établi à Paris depuis 1966. Ethnomusicologue, poète, traducteur, spécialiste de la civilisation et de la philosophie indiennes, il fut membre du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) entre 1981 et 2003. Il est l'auteur de nombreuses publications dans plusieurs langues (bengali, français, anglais).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elevé à l'Ashram de Sri Aurobindo à Pondichéry, sous la direction de la Mère, Prithwindra Mukherjee reçut une formation pluridisciplinaire et multilingue (1948-1966). Il dispensa des cours de langues et de littératures (bengalies, françaises et anglaises) au Centre International attaché à l'Ashram (1855-1966). Reconnu très jeune comme "poète d'une aube nouvelle" par l'Académie des Lettres de New Delhi. Grâce à ses essais, ses conférences sur la littérature française et ses traductions d'auteurs français (René Char, Albert Camus, Saint-John Perse), il fut surnommé "Mr France". Boursier du Gouvernement français (1966-70), il s'installa à Paris pour soutenir sa première thèse sur Sri Aurobindo (1970) dans la section de l'Histoire de la Pensée moderne de l'ancienne Sorbonne. Employé Chargé de Recherche à mi-temps à l'Ecole française d'Extrême-Orient comme assistant de Jean Filliozat, il dispensait des cours complémentaires à l'INLCO (Paris III) et à l'Université de Paris XII, produisait des émissions pour Radio-France, servait de pigiste pour l'hebdomadaire DESH de Calcutta, LE MONDE de Paris. En 1975, Raymond Aron accepta de diriger sa thèse pour le Doctorat d'Etat (Université Paris IV). Il parcourut les archives américaines depuis Washington DC jusqu'à Berkeley, avec une bourse de la Fondation Fulbright (1981). Admis au Laboratoire UMR.7107 du Centre national de Recherche scientifique (CNRS-Paris, 1981-2003), il mena à bien successivement deux projets majeurs : (a) Les origines intellectuelles du mouvement d'indépendance de l'Inde (1893-1918); (b) Etude cognitive sur les échelles fondamentales de la musique indienne du Nord et du Sud.

2003: Henri Dutilleux mit en musique le poème "Danse cosmique" de Prithwindra Mukherjee (hommage à Shiva Nataraja) comme point de départ pour son opus CORRESPONDANCES pour voix (Dawn Upshaw) et orchestre (Philharmoniker de Berlin sous la direction de Sir Simon Rattle), utilisant pour épisodes successifs des textes de Soljenitsyne, Rilke et Van Gogh. (CD Deutsche Grammophon, 00289 479 1180).

Marié. Trois enfants. Un petit-fils de dix ans.

Auteur de plus de 60 ouvrages, d'environ 400 articles et communications, une douzaine de 33T/ CD, 2 films documentaires (Audiovisuel CNRS).

En 1986 il soutient sous la présidence d'Emmanuel Le Roy Ladurie une thèse de doctorat d'État commencée avec Raymond Aron décédé en 1983.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les racines intellectuelles du mouvement d'indépendance de l'Inde (1893-1918), préface de Jacques Attali, Éd. Codex, Talmont-Saint-Hilaire, 2010, 472 p. (ISBN 978-2-918783-02-2)[1] (texte remanié de sa thèse de doctorat)
  • Thât/Mélakartâ, Les échelles fondamentales de la musique indienne du Nord et du Sud, préface du Pandit Ravi Shankar. Indira Gandhi Centre, New Delhi, 2003 (édition anglaise); Éd. Publibook, Paris, 2010, 494 p[2].
  • BAGHA JATIN, National Book Trust, New Delhi, 2010 (présentée par S.E. Pranab Mukherjee, Ministre indien des Finances).
  • SRI AUROBINDO, 'Biographies', Desclée de Brouwer, Paris, 2000 (présentée par S.E. Sibal, Ambassadeur de l'Inde en France).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prithwindra Mukherjee a été nommé : (a) Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2009; (b) Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques en 2015.

L'Académie des Inscriptions et Belles Lettres lui a décerné le Prix Hirayama 2014 pour l'ensemble de ses publications.

Le Gouverneur du Bengale-occidental a décerné à Prithwindra Mukherjee le PRIX SRI AUROBINDO (2003).

L'Etat du Bangladesh a rendu des hommages officiels à Prithwindra Mukherjee pour les services qu'il a rendus lors de la lutte de libération (1971).

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]