Prithvi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le missile nucléaire indien, voir Missile Prithvi.
Prithu chassant Prithvi sous la forme d'une vache (illustration d'un manuscrit indien du Bhagavata Purana, vers 1740).

Prithvi (en sanskrit पृथ्वी, Pṛthvī ou पृथिवी, Pṛthivī) est la terre et la déesse mère de l'hindouisme. Selon une tradition, elle est la personnification de la Terre, et selon une autre, elle en est la mère, Prithivi Tattwa, l'essence de l'élément terrestre. Prithvi est aussi appelée Dhra, Dharti ou Dhrithri, ce qui signifie ce qui contient tout. En tant que Prithvi Devi, elle est une des épouses de Vishnou (l'autre étant Lakshmi), ou considérée comme une forme de Lakshmi. Elle est aussi connue sous le nom de Bhūmi, Bhudevi ou Bhuma Devi.

En tant que Prithvi Mata, Terre-mère, elle s'oppose à Dyaus Pitar, Ciel-père. Dans le Rigveda, la Terre et le Ciel sont souvent désignés au duel, ce qui indique probablement l'idée qu'ils sont deux moitiés complémentaires. Prithvi Mata est l'épouse de Dyaus Pitar. (La croyance largement répandue qu'ils étaient auparavant une divinité unique semble être une erreur.)

Prithvi est la mère d'Indra et Agni. Selon une tradition, quand Indra tua Dyaus Pitar, elle le félicita et l'épousa.

Elle est associée à la vache. Selon le Bhagavata Purana et le Vishnu Purana, Prithu, une incarnation de Vishnou, la chassa sous la forme d'une vache pour mettre fin à une famine. Acculée par Prithu, elle lui déclara que s'il la tuait, tous ses sujets mourraient. Prithu lui promit de devenir son gardien et se contenta de la traire, recevant d'elle la végétation et les céréales pour le bien de l'humanité. Avant le règne de Prithu, il n'y avait « ni culture, ni pâturage, ni agriculture, ni route pour les marchands ». En accordant la vie à la Terre et en devenant son protecteur, Prithu devint son père et elle accepta le nom patronymique Prithvi[1],[2]. Cependant, selon les Lois de Manu, Prithvi serait l'épouse de Prithu, et non sa fille[3], et donc nommée d'après son époux[4].

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Prithvi apparaît aussi dans le bouddhisme primitif. Dans le canon pâli, elle sert de témoin au Bouddha tenté par le démon Māra lorsqu'il atteste la terre (bhûmisparshamudra) de ses mérites passés qui le rendent digne d'atteindre l'illumination[5].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Le Pṛithvī Sūkta (ou Bhūmī Sūkta), un hymne de l'Atharvaveda (AVŚ 12.1), est dédié à Prithvi (la Terre). Il comporte 63 vers.

En art, Prithvi est représentée comme une femme à la peau verte possédant quatre bras.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour le Bhagavata Purana, voir :
  2. Pour le Vishnu Purana W. J. Wilkins, Hindu mythology, vedic and puranic, Kessinger Publishing,‎ 2004-03 (ISBN 978-0-7661-8881-5, lire en ligne), p. 11–3
  3. Singh p.1716
  4. (en) Devdutt Pattnaik, The Goddess in India: The Five Faces of the Eternal Feminine, India, Asiatic Society of Bengal (Original from Oxford University),‎ 1807 (ISBN 978-0-89281-807-5 et 0892818077, LCCN 00024425, lire en ligne), p. 253–5
  5. (en) Miranda Eberle Shaw, Buddhist Goddesses of India, Princeton, Princeton University Press,‎ 2006 (ISBN 978-0-691-12758-3, LCCN 2005054533, lire en ligne), p. 237

Bibliographie[modifier | modifier le code]