Prise de Gaza de juin 2007

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 31′ N 34° 27′ E / 31.517, 34.45

La prise de contrôle de Gaza par le Hamas fait référence à l'offensive du mouvement islamiste dans la bande de Gaza opérée entre le 12 et le 14 juin 2007 contre les attributs du pouvoir présidentiel de Mahmoud Abbas et plus généralement contre les forces du Fatah.

Cette ultime offensive fait suite aux tensions interpalestiniennes qui éclataient régulièrement depuis plusieurs mois.

La Croix-Rouge internationale estime que plus de 550 personnes ont été blessées et au moins 116 tuées au cours de ces affrontements[1].

Contexte de l'assaut[modifier | modifier le code]

Après la reprise du conflit entre le Fatah et le Hamas le 10 juin, des militants du Hamas capturent plusieurs membres du Fatah et jettent l'un des officiers de la Garde Présidentielle, Mohammed Sweirki, du haut d'un immeuble de 15 étages à Gaza. En représailles, des militants Fatah attaquent et tuent l'imam de la plus importante mosquée de la ville, Mohammed al-Rifati. Ils ouvrent le feu contre la maison du Premier ministre Ismaël Haniyeh. Avant minuit, un militant du Hamas est également jeté du haut d'un immeuble de 12 étages[2].

Le 11 juin, la résidence de Mahmoud Abbas, dirigeant du Fatah et de l'Autorité palestinienne et celle de Ismaël Haniyeh, Premier ministre et l'un des dirigeants du Hamas, sont visés par balles et par obus[3].

Déroulement de l'offensive[modifier | modifier le code]

Le 12 juin, le Hamas initie des attaques contre des postes tenus par les factions de Fatah. Des centaines de combattants du Hamas marchent sur ces positions après avoir donné un délai de deux heures pour que leurs occupants quittent les lieux. La chute d'une base importante du Fatah au nord de Jabaliya dans les mains du Hamas est ainsi racontée à l'agence de presse AFP. Des combats violents font rage également dans le quartier-général du Fatah à Gaza que des militants Hamas attaquent au lance-roquettes et avec des armes automatiques.

Le 13 juin, le Hamas tient le QG des forces de sécurité nationales contrôlées par le Fatah dans le nord de Gaza. Des positions en hauteur sont prises aux termes de combats de rues pour empêcher des tirs de snipers du Fatah depuis le haut des immeubles. Une position est rasée au bulldozer. Le même jour, une explosion dans les bureaux de la sécurité préventive du Fatah à Khan Younès fait 5 morts[4].

Le 14 juin, le Hamas tient intégralement l'immeuble principal des services de la sécurité préventive dans la bande de Gaza, services accusés d'avoir coopéré avec Israël et dirigés par Mohammed Dahlan, bête noire des islamistes dans la bande de Gaza. Les armes et les véhicules, symboles de l'autorité palestinienne dans la bande et anciennement fournis par les États-Unis, sont pris par les membres du Hamas. Les militants changent le nom du quartier de l'immeuble, de "Tel al-Hawa" en "Tel al-Islam". Dans l'après-midi du 14 juin, Associated Press rapporte une explosion dans le centre de Gaza au moment du retrait des forces de sécurité du Fatah. Plus tard dans la journée, la prise de contrôle du Hamas est effective dans le sud de la bande avec la prise de la ville de Rafah au sud, près de la frontière (fermée) avec l'Égypte et habituellement contrôlée par une collaboration entre des forces de sécurité palestiniennes et européennes et surveillée par les Israéliens. Le personnel européen s'est auparavant replié vers la ville israélienne de Ashkelon pour des raisons de sécurité[5].

En mars 2008, le journal américain Vanity fait publier des documents qui prouvent que les États-Unis ont tenté d'évincer le Hamas après sa victoire aux élections, en tentant d'armer une force palestinienne menée par des partisans du Fatah et dirigée par Mohammed Dahlan. Un ancien conseiller néo-conservateur pour le Moyen-Orient du vice-président Dick Cheney, David Wurmser, a indiqué au journal que selon lui, le Hamas ne prévoyait pas de prendre le pouvoir dans la bande de Gaza en juin 2007, mais y avait été contraint par le Fatah[6].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Politiques[modifier | modifier le code]

À l'issue de la prise de Gaza, le Président Mahmoud Abbas annonce la dissolution du parlement palestinien et le limogeage du gouvernement d'union nationale dirigé par Ismaël Haniyeh du Hamas. Il décrète l'état d'urgence dans les territoires palestiniens et nomme Salam Fayyad pour former un nouveau cabinet resserré autour de personnalités indépendantes alors que selon la loi palestinienne, le président devait nommer un nouveau premier ministre qui doit être issu du parti majoritaire au parlement, c'est-à-dire le Hamas. Ce nouveau gouvernement comporte 11 ministres. Il prête serment le 17 juin 2007 à Ramallah et étend son autorité sur la Cisjordanie. Il n'est pas reconnu par le Hamas, lequel considère comme illégitime et non démocratique la dissolution du parlement constitué à la suite des élections législatives palestiniennes de 2006, mais les puissances occidentales apportent leur soutien au pouvoir de Mahmoud Abbas.

Suite à l'opération du Hamas, les territoires palestiniens sont de facto scindés en deux entités contrôlées par des pouvoirs rivaux[7].

Situation des chrétiens[modifier | modifier le code]

La Bande de Gaza devient, suite à cette victoire militaire du Hamas, un territoire où s'applique la loi islamique. Le 15 juin 2007, Nizar Riyan, un des leaders de l’aile politique du Hamas à Gaza, déclarait : « dans quelques heures, l'ère de la laïcité dans la bande de Gaza sera finie et rien de cela ne demeurera... Aujourd'hui marque la fin de l'hérésie. Aujourd'hui la bataille oppose l'Islam aux infidèles et elle se terminera avec la victoire de l'Islam »[8]. S'agissant de la situation des chrétiens, ils peuvent continuer à vivre à Gaza s'ils l'acceptent, notamment pour l'interdiction de l'alcool et la pudeur vestimentaire des femmes, selon les affirmations d'un dirigeant islamiste interviewé. Ces propos sont niés par Khaled Mechaal, dirigeant du Hamas en exil[9]. La question de la place des chrétiens par rapport à l'islamisation de la société dans ce territoire est posée[10]. Bien que le Hamas se défende officiellement de vouloir instaurer un État islamique dans la Bande de Gaza, Mahmoud Abbas ainsi que les médias palestiniens et égyptiens recourent fréquemment à l'expression « émirat islamique » pour décrire la nouvelle entité contrôlée par le Hamas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gaza-Westbank – ICRC Bulletin n° 22, 15-06-2007.
  2. (en) Article in The Australian, CNN article
  3. (en) Hamas launches new Gaza attacks, BBC News Online, 12 juin 2007
  4. (en) Hamas battles for control of Gaza, BBC News Online, 13 juin 2007
  5. (en) Update, cnn.com
  6. Les USA ont tenté d'évincer le Hamas déclenchant la crise interpalestinienne Romandie News (consulté le 5 mars 2008)
  7. (en) Hundreds Flee Hamas - Run Gaza Amid Spillover Fears, 16 juin 2007
  8. Al-Ayyam, 15 juin 2007
  9. (en) Hamas controls Gaza, says it will stay in power, cnn.com
  10. (en) 'Christians must accept Islamic rule'

Liens externes[modifier | modifier le code]