Prise d'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prise d'eau à la gare de Primolano en Italie

Une prise d'eau ou grue à eau est un élément utilisé pour fournir un grand volume d'eau dans le réservoir d'une locomotive-tender ou dans un tender d'une locomotive à vapeur[1],[2],[3] Elle est aussi parfois dénommée colonne à eau aux États-Unis[4]. Comme les locomotives à vapeur consomment de grandes quantités d'eau, les prises d'eau étaient une partie vitale de l'équipement des gares ferroviaires, souvent placées en fin de quai. Ainsi, l'eau pouvait être réapprovisionnée durant l'arrêt à la station.

Description[modifier | modifier le code]

En général, une prise d'eau est formée d'un tube d'acier vertical mesurant environ 20 à 30 cm de diamètre avec un tube horizontal pivotant, raccordé à son sommet formant ainsi un bras pivotant[5]. Ce dernier est en principe conçu pour être parallèle aux rails lorsqu'il n'est pas utilisé[6]. Le débit des prises d'eau dépend de la nature des installations. Lorsque des pompes sont installées, elles déterminent le débit, mais lors d'un captage naturel à une source, c'est le débit de la source qui fixe en général le débit de la prise d'eau[7].

Approvisionnement en eau[modifier | modifier le code]

Dans les régions vallonnées, les cours d'eau naturels peuvent être canalisés et approvisionner la prise d'eau par gravité[8]. Dans les régions plates, cette possibilité n'est pas applicable, aussi de l'eau doit alors être approvisionnée dans un réservoir situé à côté de la prise d'eau. La capacité des réservoirs d'eau peut varier d'un volume de 190 000 ℓ à plus de 757 000 ℓ[5]. Dans certains cas, un puits peut être utilisé pour approvisionner le réservoir en eau[9].

Dépendant de la qualité de l'eau utilisée, il peut être nécessaire de la traiter chimiquement pour éliminer sa dureté qui induit la formation de tartre à l'intérieur des tubes bouilleurs de la chaudière des locomotives[5]. L'accumulation de tartre forme un dépôt sur les surfaces de transfert thermique, ce qui isole le métal de l'eau bouillante[10]. Cela provoque une surchauffe du métal ou sa corrosion, et éventuellement sa rupture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brevet US 709376 Stand-pipe for railway uses par John W. Thomas, Jr., déposé le 16 septembre 1902
  2. Brevet US 847494 Railway stand-pipe par James F. Murphy, déposé le 19 mars 1907
  3. Brevet US 958504 Stand-pipe for railway water-supply par Patrick Henry Knight, déposé le 17 mai 1910
  4. (en) « The Railroad Station Water Column », Railway and Locomotive Historical Society Quarterly, vol. 28, 29, no 4, 1,‎ 2008, 2009, p. 6 (lire en ligne [PDF])
  5. a, b et c (en) Edward Ernest Russell Tratman, Railway Track and Track Work, New York, Engineering News Publishing Company,‎ , 2e éd. (OCLC 2030207), chap. 11 (« Water and Coaling Stations and Other Track Accessories »)
  6. (en) Walter Loring Webb, Railroad Construction : Theory and Practice, New York, John Wiley & Sons,‎ , 6e éd., p. 376-377
  7. Paul Pastiels, « Témoins d'hier : que d'eau ! que d'eau ! » [html], sur tassignon.be,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  8. (en) Thomas M. Cleemann, The Railroad Engineer's Practice, New York, George H. Frost, Publisher,‎ (OCLC 70728043), p. 71-73
  9. (en) B. W. Guppy, « A Technical Description of the British Light Railways in France », Professional Memoirs of the Corps of Engineers, United States Army, and the Engineer Department at Large, vol. 11,‎ , p. 185-216
  10. (en) Jim Wrinn, « What's in the water? », Trains, Waukesha, Kalmbach Publishing Company, vol. 11,‎ , p. 64 (ISSN 0041-0934, OCLC 1642109)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]