Principe de continuité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le principe de continuité est un principe de philosophie naturelle suggérant que, dans la nature, les choses changent graduellement. Cette idée a été énoncée par Aristote, puis élevée au rang d'axiome en sciences par Gottfried Wilhelm Leibniz (sous la forme Natura non facit saltus : « la Nature ne fait pas de saut ») et Isaac Newton, inventeurs du calcul infinitésimal.

Le principe de continuité est également à la base des réflexions de Linné pour la classification, de Charles Darwin pour sa théorie de l'évolution des espèces, de Ferdinand de Saussure en linguistique

Ce principe a été contesté par Hegel et sa dialectique, puis par la physique quantique[1], avec le saut quantique et par la biologie de l'évolution, avec les mutations génétiques.[réf. nécessaire]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Von Neumann affirme, dans Les fondements mathématiques de la mécanique quantique : « l’existence du principe de continuité - natura non facit saltus - [...] n’est au fond qu’une illusion », cité par Chevalley, p. 327.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Lassegue, L’intelligence artificielle et la question du continu : Remarques sur le modèle de Turing (lire en ligne)
  • Jean-Michel Salanskis (dir.) et Hourya Sinaceur (dir.), Le Labyrinthe du continu: colloque de Cerisy, Springer-Verlag,‎ 1992, 452 p. (ISBN 9782287003899)