Princes rouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression prince rouge ou fils de prince, désigne les descendants des hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC), qui accèdent aux pouvoirs politique, économique et militaire en République populaire de Chine. Ce n'est pas un parti politique mais une organisation informelle comme la Clique de Shanghai ou la Faction Qinghua.

Xi Jinping, secrétaire général du PCC depuis novembre 2012, est le plus représentatif de cette faction.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les enfants issus de « familles rouges », c'est-à-dire de familles de hauts dirigeants communistes, bénéficient de facilités sur le plan politique. Leur ascension au sein du Parti communiste chinois s'en trouve donc accélérée avec le guanxi, ou réseau. L'expression, les princes rouges, désigne les enfants, au sens large, des hauts dignitaires du PCC : leurs fils, leurs filles, mais aussi les « gendres, brus, fils ou filles adoptifs »[1].

Les descendants des dignitaires du PCC, ayant pris les pouvoirs politique et économique chinois, ont suivi les mêmes écoles, se marient entre eux et présentent les plus grosses fortunes d’Asie. Ils représenteraient près d’un tiers de la classe politique en Chine[2]. De plus, de nombreux enfants des chefs du Parti communiste chinois étudient à Harvard ou dans les grandes universités américaines et occidentales[3].

Parmi les 7 membres du nouveau Comité permanent, quatre sont des princes rouges dont Xi Jinping, président de la République depuis mars 2013[4] est présenté comme le leader de la faction des princes rouges[5], il s'oppose à la faction de la Ligue de la jeunesse, dont le chef de file est l'ancien président chinois, Hu Jintao[6].

Par ailleurs, les princes rouges sont proches de la faction de Shanghai menée par l'ancien président Jiang Zemin[7]. Xi Jinping, fut le patron du Parti communiste à Shanghai[8].

Analyses[modifier | modifier le code]

Martine Bulard indique que les princes rouges occupent des postes au sein de l’appareil du parti communiste chinois, mais sont essentiellement à la tête des grands groupes publics ou semi-publics. Ils seraient en compétition avec les responsables communistes aux origines sociales plus modestes ayant fait carrière à partir de la Ligue de la jeunesse communiste[9].

Dans son ouvrage La Chine m'inquiète de 2008, le sinologue Jean-Luc Domenach estime que la Chine est dirigée par une « aristocratie dangereuse ». Cette aristocratie est issue des plus hauts rangs du Parti communiste chinois de l'après-Mao. Elle fonctionne par clan familial. Dans de nombreux cas, ce sont « les épouses, les maîtresses ou les parents qui négocient et récoltent les sommes demandées ». Avec la position politique de leur chef, des grandes familles « disposent d'un accès privilégié aux gros postes et à la richesse ». 8 371 membres et cadres du Parti communiste chinois selon une source de Hong Kong et 4 000 fonctionnaire selon une source japonaise ont quitté le pays en emportant 50 milliards de dollars[10]. Pour Jean-Luc Domenach « le pays est littéralement la propriété du cercle restreint des princes rouges »[11].

L'économiste chinoise He Qinglian dénonçait déjà en 2000 la « corruption systémique » au sein des familles et des clans des dirigeants chinois avec un membre d'une famille qui fait de la politique et les autres des affaires ; « une famille, deux systèmes »[12].

Marie-Claire Bergère précise que les « petits princes (taizi) » ont fréquenté les meilleures écoles et universités (à l'étranger pour certains) et se marient entre eux formant ainsi une « noblesse rouge ». Les investisseurs chinois ou étrangers les utilisent comme intermédiaires auprès du pouvoir en place. Ils sont les gestionnaires d'entreprises publiques ou à la tête d'entreprises qu'ils ont créées eux-mêmes avec des partenariats d'entreprises étrangères, ils figurent parmi les principaux bénéficiaires de la réforme économique. « Ces privilégiés dont les entreprises bénéficient de crédits officiels, de concessions et de monopoles, n'ont pas à redouter la réprobation de l'opinion publique : la presse n'a même pas le droit d'évoquer leurs noms »[13].

Alexandre Vatimbella considère que cette « caste vit souvent en dehors de la réalité et est une des plus corrompues du pays »[14]. Selon le Consortium international pour le journalisme d'investigation, 20 000 Chinois seraient impliqués dans des compagnies offshore basées dans les paradis fiscaux. En particulier des membres des familles du président Xi Jinping, de l'ancien premier ministre Wen Jiabao, de Deng Xiaoping, de l'ancien premier ministre Li Peng, de l'ancien président Hu Jintao, de Peng Zhen (un des huit immortels du Parti communiste chinois) mais aussi de grands responsables économiques comme Ma Huateng,Yang Huiyan, Huang Guangyu, Wei Jianghong, Zhang Xin[15].

Exemples[modifier | modifier le code]

Les princes rouges se retrouvent dans les sphères politique, économique et militaire de la République populaire de Chine.

Pour l'universitaire Willy Lam[note 1], Deng Xiaoping souhaitait ne pas laisser « trop de fils de princes » occuper des postes au sein du gouvernement et du Parti communiste. Les princes rouges furent incités à entrer dans le monde des affaires. Ainsi les fils de Deng Xiaoping, Deng Pufang et Deng Zhifeng, s'investirent dans le monde économique chinois. De même pour les enfants de représentants de la troisième et quatrième génération comme ceux de Zhu Rongji, Jiang Zemin, Hu Jintao et Wen Jiabao. Par exemple, Bo Xilai est entré au Comité central uniquement en 2002 alors même que, des années auparavant, il s’était forgé une réputation de « seigneur de la guerre » en industrialisant la province du Liaoning[16].


Prince rouge Professions / qualités Famille Précisions
Bo Xilai Chef du parti communiste de la ville-province de Chongqing, ancien ministre du Commerce de la République populaire de Chine Fils de Bo Yibo[17], compagnon de Mao Zedong puis rallié à Deng Xiaoping[18]. L'ascension politique de Bo Xilai s'interrompt en 2012 dans le cadre d'affaires financières et criminelles, incluant celle du meurtre Neil Heywood, dans laquelle son épouse Gu Kailai est condamnée[19],[20]. Il est démis de ses fonctions de chef du parti communiste et exclu du Comité central du PCC[21]. Lors de son procès tenu en août 2013[22], il a été condamné à la prison à vie[23]. Son fils Bo Guagua (en) vit aux États-Unis[24],[25].
Chen Haosu Chen Haosu est le président de l’Association du Peuple Chinois pour l’Amitié avec l’Etranger (CPAFFC)[26]. Fils du maréchal Chen Yi
Chen Yuan (en) Gouverneur de la Banque de développement de la Chine[27]. Fils de Chen Yun. Chen Yun est un des huit immortels du Parti communiste chinois.
Deng Pufang et Deng Nan Deng Pufang assurera à plusieurs reprises la présidence de la fédération chinoise des handicapés[28]. Deng Nan a été ministre des sciences et des technologies de la République populaire de Chine entre 1998 et 2004[29]. Enfants de Deng Xiaoping. Plusieurs membres de la famille Deng possèdent des intérêts à Hong-kong[30]. Pendant la révolution culturelle, à la suite d'un accident provoqué par les gardes rouges, Deng Pufang deviendra paraplégique. En 2013, le petits-fils Deng Zhuodi, né aux États-Unis, diplômé de l'Université Duke en Caroline du Nord et âgé de 28 ans, est désigné comme responsable dans un secteur rural de la province du Guangxi[31].
Famille de Hu Jintao En 2008, son fils Hu Haifeng est promu Secrétaire du parti communiste de Tsinghua Holdings, qui contrôle Nuctech et plus de 20 autres sociétés[32]. Hu Jinhua, cousin de Hu Jintao, est actionnaire de nombreux laboratoires pharmaceutiques. Hu Jinxing, un autre cousin, co-préside avec son fils Hu Yishi le « Kaiyuan group ». Hu Yishi assure les fonctions de directeur exécutif de la chaîne Sun Television et de Zhong Fa Zhan Holdings[33]. Hu Jintao a été secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) du 15 novembre 2002 au 15 novembre 2012 et président de la République populaire de Chine du 15 mars 2003 au 14 mars 2013. Hu Jintao, ami de Hu Deping, devient un familier de Hu Yaobang. Ce dernier installe Hu Jintao à le tête de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise[34]. Sa sœur Hu Haiqing, est mariée à Mao Daolin, ancien patron du site Internet Sina.com[35].En 2012, Xi Jinping rencontrera Hu Deping (en) économiste et fils de Hu Yaobang[36],[37].


Jiang Mianheng Jiang Mianheng est cofondateurs de Grace Semiconductor Manufacturing Corporation et vice-présidents de l'Académie chinoise des sciences de 1999 jusqu'en novembre 2011[38]. Fils de Jiang Zemin ancien secrétaire général du parti communiste chinois et président de la République populaire de Chine Jiang Mianheng est titulaire d'un doctorat en génie électrique de l'université Drexel située aux États-Unis. En 2011, Jiang Mianheng a été démis de son poste et accusé de corruption et de détournement de fonds[39].
Kong Dongmei Femme d'affaire Petite-fille de Mao Zedong Kong Dongmei et son mari Chen Dongsheng figurent au 242e rang d'une liste de riches chinois établie par un magazine financier chinois. Leurs fortunes sont estimées à 620 millions d'euros[40]. Kong Dongmei aurait enfreint la politique de l'enfant unique avec trois enfants[41].
Li Xiaolin Li Xiaolin est une femme d'affaires et dirige l'entreprise de production d'énergie China Power International Development (en) l’un des cinq plus gros producteurs d’énergie chinois[42]. Fille de l’ancien premier ministre Li Peng[43], lui-même fils adoptif de Zhou Enlai. Son frère Li Xiaopeng, est, depuis 2013, gouverneur de la province de Shanxi[44].
Li Yuanchao Ancien secrétaire général du parti de la province du Jiangsu, Li Yuanchao est vice-président de la République populaire de Chine depuis le 14 mars 2013 et membre du bureau politique du Parti communiste chinois Son père ayant occupé le poste de vice-maire de Shanghai[45]. Son fils Li Hanjin est diplômé de gestion financière de l’Université de Fudan. Il a travaillé comme représentant aux États-Unis de la société pharmaceutique suisse Novartis, puis il suit des études à Harvard[46].
Liu Yuan Général de l'Armée populaire de libération[47] et commissaire politique du Département Général de la Logistique de l'Armée populaire de libération[48]. Son père Liu Shaoqi a été Président de la République, renversé et arrêté lors de la Révolution culturelle, il décède en 1969.
Mao Xinyu Mao Xinyu est général de l'APL. Il est chercheur spécialisé en « stratégie Mao Zedong » à l'Académie des sciences militaires[49] Petit fils du Grand Timonier et fils de Mao Anqing (en) (1923–2007) né du mariage de Mao avec Yang Kaihui En 2010, Mao Xinyu est devenu à 40 ans, le plus jeune général de l'APL. Cette nomination a fait l'objet de critiques[50].
Rong Zhijian Ancien responsable de la CITIC Pacific, filiale de la CITIC Group. Son père Rong Yiren a été notamment vice-président de 1993 à 1998. Il est le fondateur du CITIC Group[51]. Wang Jun, fils de Wang Zhen l'un des « huit immortels » du Parti communiste chinois, succèdera à Rong Yiren.
Wang Qishan Wang Qishan est membre du 18e Politburo du Parti communiste chinois depuis novembre 2012[52]. Son père était à la tête de la province du Shanxi et son beau-père, Yao Yilin, vice-premier ministre. Wang Qishan fut le gouverneur de la China Construction Bank de 1994 à 1997. De 2004 à 2007, Wang a été le maire de Pékin.
Famille de Wen Jiabao Sa fille Wen Ruchun[53] a reçu de la holding financière JPMorgan Chase une rémunération de 75 000 dollars par mois, par l'intermédiaire d'un cabinet dirigé par une certaine Lily Chang alias de Wen Ruchun, ce cabinet comportant 2 personnes dont Lily Chang[54]. Une enquête est engagée sur les conditions de ce contrat par la Securities and Exchange Commission, organisme anti-corruption de la bourse de New-York[55]. Le fils Wen Yunsong a revendu sa société de technologie à un tycoon hongkongais. Puis il a créé une société de capital-investissement devenue l'une des plus importante de Chine et dans laquelle le gouvernement de Singapour est associé[56]. Wen Jiabao a été Premier ministre de 2003 à 2013. Selon le New York Times, la famille proche de Wen Jiabao possèderait, en 2012, une fortune d'au moins 2,7 milliards de dollars[57],[58]. Selon cette enquête, la famille de M. Wen possède des « intérêts diversifiés dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d’infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore »[59].
Famille de Wu Bangguo Wu Bangguo est marié à Zhang Ruizhen qui dirige la « Shanghai Feilo Acoustics », une entreprise cotée à la bourse[60]. Son frère Wu Bangjie dirige un fond d’investissements « Shanghai Kaiwan Investment Management »[61]. Wu Bangguo a été entre 2003 et 2013, le Président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire Wilson Feng (ou Feng Shaodong) , est le beau-fils de Wu Bangguo et dirige un fonds d’investissement, partenaire de la Banque industrielle et commerciale de Hong Kong[35].
Xi Jinping Président de la République populaire de Chine depuis le 14 mars 2013, secrétaire général et président de la Commission militaire centrale du Parti communiste chinois depuis 2012. Son beau-frère est Deng Jiagui, un richissime promoteur immobilier, propriétaire à 50% d'une société immatriculée aux îles Vierges britanniques[62] Fils de Xi Zhongxun, proche de Mao Zedong, ancien vice-président de l'Assemblée populaire et vice-Premier Ministre. Victime d'une purge en 1962 puis réhabilité lors de la prise du pouvoir de Deng Xiaoping[5],[63]. Xi Jinping a passé les premières années de sa vie, à Zhongnanhai, la « nouvelle cité interdite » des dirigeants du Parti communiste[64]. Xi Jinping est élevé dans un « milieu privilégié », la famille de Xi a sa propre cuisinière, des nounous pour les enfants et une voiture avec chauffeur est à disposition[65].En 1969, lors de la Révolution culturelle, il est envoyé comme travailleur rural dans le Shaanxi, ancienne base révolutionnaire de son père, et Xi Jinping y est bien accueilli[66],[67].
Yu Zhengsheng Depuis le 15 novembre 2012, Yu Zhengsheng est membre du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois. Il est le fils de Yu Qiwei (alias Huang Jing) un homme politique communiste[1]. Yu Qiwei[68] a été le premier mari de Jiang Qing, la dernière femme de Mao Zedong[69]. Son frère Yu Qiangsheng s'est réfugié aux États-Unis en 1985[70].
Zeng Qinghong Zeng Qinghong fut vice-président de la République populaire de Chine de 2003 à 2008. Fils de Zeng Shan (en), un révolutionnaire et ancien ministre de l'intérieur[71]. Zeng Qinghong devint membre du Politburo et membre du secrétariat du comité central du Parti communiste chinois durant le 16e congrès du parti en 2002. Son fils Zeng Wei est un homme d'affaires[72].
Zhu Yunlai (en) Zhu Yunlai a fait des études aux États-Unis. Il est l'un des dirigeants de la China International Capital Corporation, banque d'investissement sino-étrangère située à Hong Kong[73]. Fils de Zhu Rongji, Premier ministre de la République populaire de Chine de 1998 à 2003[74].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Princes rouges : Les nouveaux puissants de Chine de Agnès Andrésy, 2004 ISBN 2-7475-5432-5[75].
  • Entre soi, l’élite du pouvoir dans la Chine contemporaine, de Stéphanie Balme, Paris, Fayard,  2004, 474p., (Collection l’espace du politique dirigée par Pierre Birnbaum)[76].

Note et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Professeur associé au Département d’histoire et au sein du programme d’économie politique mondiale de l’Université chinoise de Hong Kong. Également professeur associé au département d’études chinoises de l’Université internationale d’Akita au Japon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Touzi Zhongguo , Pékin et ses princes rouges Courrier International, 1er mars 2004
  2. Céline Zünd, L’avènement des princes rouges Le Temps, 16 mai 2012
  3. William J. Dobson, Comment Harvard forme les futurs dirigeants chinois Slate, « Mais il y a bien plus que les enfants des chefs du Parti communiste chinois étudiant à Harvard ou dans les grandes universités américaines: les chefs du parti eux-mêmes. Il y a un peu plus de dix ans de cela, le Parti communiste chinois a décidé de donner à ses représentants officiels les moyens, la formation et l’expertise nécessaires pour faire face aux situations de plus en plus complexes que doit affronter un régime autoritaire. Des représentants triés sur le volet – dont une bonne partie des étoiles montantes du régime – ont donc été envoyés à l’étranger afin d’étudier dans les meilleures universités du monde. La première fournée est partie à Harvard. Les autorités chinoises ont depuis lors étendu le programme à Stanford, Oxford, Cambridge, à l’université de Tokyo et à d’autres universités prestigieuses. »
  4. Xi Jinping, l'énigmatique «prince rouge» à la tête de la Chine La Tribune de Genève, 14 mars 2013
  5. a et b Arnaud de La Grange, Xi Jinping : le futur maître de la puissance chinoise Le Figaro, 19 octobre 2010
  6. Robert Neville, La Chine va-t-elle changer avec Xi Jinping?, Marianne, 6 novembre 2010 « La faction des "princes rouges", emmenée par Xi Jinping lutte ainsi pied à pied avec celle de la Ligue de la jeunesse, dont est le chef de file n'est autre que le Président chinois, Hu Jintao. »
  7. Bhaskar Roy, Some Serious Introspections in China
  8. Arnaud de La Grange, Contrôle militaire étroit à Shanghaï, Le Figaro, 30 avril 2010.
  9. Martine Bulard Le monde secret du Parti communiste « De fait, les « fils de princes » — les enfants des dirigeants historiques du parti (taizi dang) — occupent des postes au sein de l’appareil (un quart des membres actuels du Bureau politique), mais surtout à la tête des grands groupes publics ou semi-publics. On les dit en compétition avec les dirigeants issus de familles plus modestes ayant fait leur carrière dans la Ligue de la jeunesse communiste, les tuanpai, représentés par l’actuel président Hu Jintao et son premier ministre Wen Jiabao. Le futur président, M. Xi, fils de l’ancien bras droit de Zhou Enlai, appartient à la première catégorie, tandis que le prétendant au poste de premier ministre, M. Li Keqiang, fait partie des seconds  »Le Monde diplomatique, septembre 2012
  10. Jean-Luc Domenach La Chine m'inquiète, 2008 Pages 161 à 165
  11. Cité par Céline Zünd, L’avènement des princes rouges Le Temps, 16 mai 2012
  12. La chute de Bo, l'héritage de Mao Le Monde, 15 octobre 2012
  13. Marie-Claire Bergère, Chine le nouveau capitalisme d'État, Fayard, 2013, page 116 et suivantes
  14. Alexandre Vatimbella La Chine de Xi Jinping sclérosée et dangereuse? 17 mai 2013
  15. Marina Walker Guevara, Gerard Ryle, Alexa Olesen, Mar Cabra, Michael Hudson et Christoph Giesen OffshoreLeaks : révélations sur l'argent caché des « princes rouges » chinois Le Monde, 23 janvier 2014
  16. Willy Lam, « Le renouveau maoïste et le virage conservateur dans la politique chinoise », Perspectives chinoises [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 16 août 2013. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5730
  17. Jeremy Page, "China's 'Princelings' Pose Issue for Party", The Wall Street Journal, 26 November 2011
  18. Ursula Gauthier , Chine : série noire chez les princes rouges Le Nouvel Observateur, 11 mai 2012
  19. Chine : des rumeurs plus justes que la propagande Le Monde - 11/04/2012
  20. Le dirigeant déchu Bo Xilai espionnait la hiérarchie du PCC Le Monde - 26/04/2012
  21. Bo Xilai suspendu du bureau politique du Parti communiste Le Monde - 10/04/2012
  22. Ouverture du procès de Bo Xilai, le prince rouge déchu Le Monde, 22 août 2013
  23. Prince rouge déchu, Bo Xilai finira ses jours derrière les barreaux Libération, 25 octobre 2013
  24. Details Are Refuted in Tale of Bo Guagua’s Red Ferrari New-York Times, 30 avril 2012
  25. Jérémy Page, Children of the Revolution. China's 'princelings', the offspring of the communist party elite, are embracing the trappings of wealth and privilege—raising uncomfortable questions for their elders.. The Wall Street Journal, 26 novembre 2011
  26. « Une amitié de deux générations » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-15 Chinafrique, octobre 2010
  27. Biographie officielle de Chen Yuan China Vitae
  28. Chine: Li Ruihuan et Deng Pufang réélus président honoraire et président de la FCH Le Quotidien du Peuple, 10 septembre 2003
  29. Biographie de Deng Nan
  30. Romain Franklin, Les princes rouges du clan Deng Libération, 21 février 1995
  31. Deng Xiaoping’s Duke Law Alumnus Grandson Named County Official Bloomberg, mai 2013
  32. AFP China Internet blackout linked to leader’s son Tapei Times
  33. Jordan Pouilleux, Chine: les fortunes des princes rouges Regards.fr.
  34. Le président chinois Hu Jintao, sa politique et ses réseaux
  35. a et b Chine, pouvoir et puissance Fils de… Le Monde diplomatique, septembre 2012
  36. « Democracy does not mean catering to West: China », The Indian Express,‎ 20 octobre 2007
  37. Many Urge Next Leader of China to Liberaliz New York Times, 21 octobre 2012
  38. Biographie officielle de Jiang Mianheng China Vitae
  39. Stephen Chen Jiang's son loses out in bid for top science post South China Morning Post, 5 mars 2011
  40. Chine : la petite fille de Mao est multimillionnaire La Tribune, 9 mai 2013
  41. La petite-fille de Mao, quadra bien nantie Libération, 9 mai 2013
  42. « Chairwoman Li Xiaolin inherits power, creates her own », Want China Times (consulté le 14 août 2013)
  43. Patrick Boehler, Fils de princes, affaires et corruption Le Monde diplomatique, septembre 2012
  44. Xinhua Li Xiaopeng appointed acting governor of Shanxi ChinaDaily, 19 décembre 2012
  45. AFP, « Un dirigeant réformiste désigné vice-président de la Chine » L'Orient-Le Jour (Liban), 14 mars 2013
  46. François Danjou, Li Yanchao : « Bon élève » consensuel. Habile, discret et manœuvrier
  47. Page, Jeremy "Princeling" General Attracts Notice with Criticism of Party. China Realtime Report, The Wall Street Journal, 23 May 2011.
  48. Le fils de Liu Shaoqi nommé à un haut poste de l'APL Le Quotidien du Peuple,
  49. Mon grand-père s'appelle Mao Libération, 7 septembre 2006
  50. John M. Glionna, Mao's grandson, promoted to major general, faces ridicule Los Angeles Times, 4 août 2010
  51. David Barboza, Rong Yiren, a Chinese Billionaire, Dies at 89 The New York Times, 28 octobre 2005
  52. Wang Qishan, Li Yuanchao get high approval ratings in party poll: Insider South China Morning Post, 2 octobre 2012
  53. Prominent Chinese Families China vitae
  54. David Barboza, JPMorgan Chase’s Fruitful Ties to a Member of China’s Elite New York Times, 13 novembre 2013
  55. JPMorgan a fait affaire avec la fille de Wen Jiabao, selon le NYT L'Express, 14 novembre 2013
  56. La bonne fortune de la famille de Wen Jiabao Le Figaro, 26 octobre 2012
  57. David Barboza, Billions in Hidden Riches for Family of Chinese Leader New York Times, 25 octobre 2012
  58. La famille du premier ministre chinois a amassé une fortune, Le Monde.fr, 26 octobre 2012
  59. La fortune cachée de Wen Jiabao dérange Pékin Libération, 26 octobre 2012
  60. Jordan Pouilleux, Chine: les fortunes des princes rouges Regards.fr
  61. China’s Power Families Financial Times : Analysis, 10 juillet 2012
  62. Ce que l'on sait de l'évasion fiscale massive de l'élite chinoise L'Express, janvier 2014« Xi Jinping, à la tête du PCC depuis 2012, a en effet mis en place une grande campagne en ce sens, tout en réprimant les manifestations qui demandaient la publication du patrimoine des leaders chinois. Or, son beau-frère Deng Jiagui, richissime promoteur immobilier, est propriétaire à 50% d'une société immatriculée aux îles Vierges britanniques. Les conflits d'intérêt comme celui-ci sont nombreux. »
  63. Biographie officielle de Xi Zhongxun Beijing review, 6 juillet 1981
  64. Pierre Haski, Cinq choses à savoir sur le président chinois Xi Jinping Rue89, 14 mars 2013
  65. Xi Jinping, un prince rouge nouveau maître de la Chine Le Monde, 15 novembre 2012
  66. (en) "Xi Jinping : Cave dweller or princeling?", BBC, 14 février 2012
  67. Brice Pedroletti, « Les États-Unis, passage obligé pour le futur numéro un chinois Xi Jinping », Le Monde, 14 février 2012
  68. François Danjou, Biographie de Yu Zhengshen mars 2013
  69. Mao's Widow Jiang Qing, Radical Leader, Dead at 77 Los Angeles Times, 5 juin 1991
  70. China princeling emerges from defection scandal Reuters,
  71. Jin Qing, Les secrets de Zeng Qinghong: 1re partie The Epoch Times, 18 juin 2012
  72. Meet the Chinese billionaires with Australia in their sights The Australian Financial Review, 2011
  73. 'Princeling' Levin Zhu steps out of father's shadow WantChinaTimes.com 3 avril 2012
  74. Biographie de Zhu Yunlai
  75. Princes rouges : Les nouveaux puissants de Chine « Après avoir lutté contre les privilèges sous Mao, les leaders communistes chinois se sont, à leur tour, laissés entraîner sur la pente du népotisme : l'arrivée au pouvoir du clan de Deng Xiaoping a vu l'émergence d'une aristocratie rouge qui s'est imposée au plus haut niveau de l'appareil politique, militaire, financier. Les "Princes rouges" sont devenus incontournables au sein de la classe dirigeante chinoise. L'auteur lève le voile sur leurs réseaux et leurs grands desseins politiques, sur leurs querelles intestines et leurs affaires de corruption. »
  76. Présentation de l'ouvrage Entre soi par Stéphanie Balme

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]