Primevère officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Primula veris - Muséum de Toulouse

La Primevère officinale (Primula veris) est une plante herbacée vivace de la famille des Primulacées. Selon les régions, elle est parfois appelée la Brérelle, le Coqueluchon, le Coucou, l’Herbe à la paralysie, l’Herbe de saint Paul, la Primerolle, la Primevère de printemps ou la Printanière et plus rarement la Primevère vraie.

Description[modifier | modifier le code]

D'une rosette de feuilles ovales allongées émergent plusieurs hampes florales. Calices et corolles sont soudés, les pétales portent une tache orange à leur base.

La primevère développe deux types de fleurs, toutes hermaphrodites. Des pieds produisent des fleurs dont le pistil dépasse les étamines ce qui a pour effet d'éviter l'autopollinisation. D'autres pieds ont un pistil court dépassé par les étamines. Dans ce cas, il y a décalage de maturation de ces organes sexuels ce qui empêche l'autofécondation.

Les fleurs produisent un nectar parfumé.

Habitats[modifier | modifier le code]

Ce sont des plantes de pleine lumière des prés, des talus et des bois clairs.

Répartition[modifier | modifier le code]

C'est une espèce largement répandue en Europe, plus rare vers l'ouest de la France et dans la région méditerranéenne.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Les botanistes distinguent quatre sous-espèces :

C'est une des parentes de la primevère cultivée avec la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae.

Comestibilité[modifier | modifier le code]

Les feuilles et fleurs peuvent être consommées crues ou cuites comme pour la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Ce sont les mêmes que celles de la primevère acaule (Primula vulgaris) et de la primevère élevée (Primula eliator).

Les fleurs, adoucissantes et calmantes, sont utilisées dans des mélanges pectoraux.

Les feuilles sont anti-ecchymotiques.

Toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, anti-spasmodiques, diurétiques, pectorales et expectorantes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

"Primula" du latin "primulus", "tout premier", allusion aux fleurs précoces; "veris" signifie "du printemps"; "officinalis", médicinal.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste», (ISBN 2603009524) (fr)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]