Primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2012 sont le processus par lequel les membres du Parti républicain des États-Unis désignent leur candidat à l'élection présidentielle de 2012.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2009, le président des États-Unis est le démocrate Barack Obama, qui l'a emporté en novembre 2008 face au candidat du Parti républicain, John McCain. Quant au Congrès, il est dominé par les Républicains, victorieux des élections législatives de 2010.

La primaire intervient dans un contexte de crise économique mondiale. Aux États-Unis, la croissance est faible, la dette publique atteint un niveau record. Cette situation a notamment contribué à la baisse de popularité du président sortant, sans pour autant que ses adversaires républicains en profitent de manière significative. À noter que le mouvement Tea Party connaît, pendant la présidence Obama, une influence grandissante dans le paysage politique.

Campagne[modifier | modifier le code]

Parmi les principales personnalités « présidentiables » du Parti républicain, les noms de Mitt Romney, de Mike Huckabee (tous deux candidats à la primaire républicaine de 2008), de Sarah Palin (candidate républicaine à la vice-présidence en 2008 et égérie conservatrice d'une partie du mouvement Tea Party[1]) et de Newt Gingrich sont ceux qui rencontrent le plus de succès dans les sondages effectués entre 2008 et 2010 (en)[2].

Il faut attendre le printemps 2011 pour voir les premiers candidats crédibles annoncer leur intention de briguer l'investiture républicaine. Le premier d'entre eux est l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique, Gary Johnson, connu pour ses veto à l'encontre des décisions de Washington, qui annonce sa candidature le 21 avril 2011[3]. Le 11 mai suivant, c'est au tour de l'ancien député de Géorgie Newt Gingrich, meneur de la « révolution républicaine » des années Clinton, de lancer sa candidature[4]. Cette candidature est suivie le 13 mai 2011, par celle du libertarien Ron Paul[5]. Ces trois premiers postulants républicains militent, à l'instar des partisans du Tea Party, pour un recul de l'intervention de l’État fédéral. Cette volonté affichée de réduire les prérogatives de l'État, en ciblant notamment l'« Obamacare », cause du tort à l'un des principaux espoirs républicains, Mitt Romney, qui avait défendu un système semblable dans son État du Massachusetts[6]. Aucun de ces candidats, rejoints quelques semaines plus tard par Tim Pawlenty[6] et Herman Cain[7], ne parvient toutefois à apparaître comme favori face au président démocrate sortant[8].

D'autres présidentiables potentiels ou pressentis, tels que le magnat Donald Trump (affaibli par sa participation à la polémique sur l'acte de naissance d'Obama[9]), l'ancien candidat de 2008 Mike Huckabee, le populaire gouverneur du New Jersey Christopher Christie ou encore Sarah Palin ont annoncé qu'ils ne seront pas candidats[8].

Mitt Romney annonce sa candidature le 2 juin 2011. Considéré comme le favori de la primaire, il est la cible de nombreuses attaques de la part de ses adversaires et doit faire face à la montée des intentions de vote en faveur de Michele Bachmann, qui annonce sa candidature le 13 juin 2011, puis de Rick Perry, qui se déclare le 13 août 2011.

Le premier vote test (Straw poll), organisé dans l'Iowa le 13 août, auquel n'ont participé ni Mitt Romney, ni Rick Perry a conduit Tim Pawlenty (2 293 des 16 892 voix exprimées, soit 13,6 %), largement devancé par les candidats Tea Party Michele Bachmann (4 823, 28,5 %) et Ron Paul (4 671, 27,6 %), à annoncer son retrait dès le lendemain[10].

L'homme d'affaires Herman Cain fait figure, à partir de septembre 2011, de nouveau favori. Mais, critiqué pour son supposé amateurisme en politique étrangère et accusé de harcèlements sexuels par plusieurs femmes, il est contraint de se retirer le 3 décembre 2011. Dans le même temps, Newt Gingrich prend la tête des sondages[11], mais doit faire face à une importante campagne publicitaire de ses adversaires, qui l'accusent d'avoir des convictions politiques changeantes, d'être un lobbyiste (notamment en ayant touché 1,6 million de dollars de la part de FHLMC) ou encore d'avoir des positions trop à gauche[12]. Ainsi, après avoir été distancé de 15 points au niveau national, Mitt Romney repasse en tête des intentions de vote fin décembre, à quelques jours du vote dans l'Iowa.

Candidats[modifier | modifier le code]

Candidats encore en course au 14 mai 2012
Candidats déclarés
  • Jimmy McMillan, 67 ans, militant new-yorkais pour la baisse des loyers (23 décembre 2010).
  • Andy Martin, 69 ans, activiste birther de l'Illinois (février 2011).
  • Fred Karger, 64 ans, militant LGBT de Californie (23 mars 2011).
Candidats ayant renoncé à se présenter avant la primaire
Candidats ayant renoncé à se présenter pendant la primaire

Procédures[modifier | modifier le code]

Le candidat du Parti républicain à l'élection présidentielle est désigné par la convention nationale du parti. À cette occasion, le candidat ayant acquis le vote du plus grand nombre de délégués est investi par le parti. Les délégués sont attribués par les États fédérés des États-Unis via différentes procédures électorales et divers modes de scrutin. La plupart des délégués sont élus et ont un mandat impératif : leur seul et unique rôle consiste à voter pour un candidat, et ils ne peuvent s'y soustraire.

  • Répartition des délégués au niveau local : Le nombre total de base de délégués attribué à chacun des 50 États des États-Unis est de 10 délégués, plus 3 délégués supplémentaires par district au Congrès. Des délégués sont également attribués à Washington, D.C., à Porto Rico, les îles Samoa américaines, à Guam, aux îles Vierges américaines et aux Îles Mariannes du Nord en vertu de règles spécifiques. Selon les lois et règles de chaque État, le vote des électeurs peut-être contraignant, et déterminer l'attribution des délégués aux candidats, ou non contraignant, c'est-à-dire consultatif et laissant les antennes locales du parti déterminer la répartition des délégués. Dans la plupart des États, les délégués sont attribués aussitôt les résultats validés, mais quelques-uns renvoient la répartition des délégués à une convention locale ayant lieu plus tard.

Des délégués-bonus sont aussi attribués sur la base des critères suivants :

  • Plusieurs délégués pour les États ayant majoritairement voté pour le candidat républicain lors de l'élection présidentielle précédente ;
  • Un délégué de bonus par sénateur républicain élu dans l’État ;
  • Un délégué de bonus aux États comptant une majorité de républicains dans leurs élus à la Chambre des représentants des États-Unis ;
  • Un délégué de bonus par gouverneur républicain élu dans l'État ;
  • Plusieurs délégués pour les États disposant d'une majorité d'élus républicains dans leurs législatures locales.
  • Types de délégués :

Il y a trois types de délégués :

    • Dans chaque État, deux membres du Comité national républicain (RNC) et le dirigeant local de l’État ou du territoire sont délégués de droit. Ces délégués sont en principe libres de choisir leur candidat, mais dans 12 États, ils ont été incorporés au nombre total de délégués titulaire d'un mandat impératif ;
    • Les délégués répartis entre les différents candidats au niveau de l'État ou du territoire (AL) ;
    • Les délégués répartis entre les différents candidats au niveau des districts congressionnels (CD).

En tout, 117 délégués RNC sont libres de faire leur choix. Il faut y ajouter 340 délégués locaux qui sont élus par des conventions locales du Parti républicain, et ne sont pas directement attribués lors de primaires ou de caucus.

  • Types de procédures :

Dans les États, l'élection des délégués peut avoir lieu par le biais de primaires ou de caucus. Si les primaires sont une simple consultation des électeurs, les caucus sont organisés par les antennes locales du parti et ont lieu dans divers lieux publics, où les électeurs sont invités à débattre avant d'exprimer leur choix. Ces procédures peuvent se décliner de diverses manières :

  • Les primaires et caucus fermés sont réservés aux seuls adhérents du Parti républicain ;
  • Les primaires et caucus semi-fermés sont réservés aux adhérents du Parti républicain, ainsi qu'à d'autres électeurs non-encartés qui s'engagent à ne pas participer à la primaire d'un autre parti ;
  • Les primaires et caucus ouverts permettent la participation de tous les électeurs de l’État sans conditions mais cette pratique, condamnée en 2000 par la Cour Suprême, reste utilisée par un faible nombre d’États.

Chaque État attribuant directement les délégués après le vote des électeurs dans le cadre des primaires et des caucus est libre de choisir son mode de scrutin. On distingue essentiellement trois types de systèmes :

    • La représentation proportionnelle, souvent assortie d'un seuil de voix conditionnant l'accès à la répartition des sièges.
    • Le scrutin de liste majoritaire : tous les délégués en jeu vont au candidat arrivé en tête. Autrefois le plus répandu, ce système est de moins en moins utilisé, à cause de son côté injuste qui prive les électeurs des candidats minoritaires d'une quelconque représentation et ce quel que soit leur poids.
    • Certains États a également recours à un système mixte conditionnel : si un candidat atteint 50 % des suffrages exprimés, il reçoit tous les délégués en jeu ; dans le cas contraire, ceux-ci sont répartis à la proportionnelle entre tous les candidats.
    • Les sièges peuvent aussi être attribués à différents niveaux géographiques, au niveau de l’État (AL) et au niveau des districts congressionnels (CD), avec la possibilité d'utiliser un mode de scrutin différent pour chaque niveau.

Le tableau suivant résume les règles en vigueur pour l'attribution des délégués dans chaque État et territoire :

Date État Type de délégué Type de procédure Mandats des délégués Attribution des délégués
RNC AL CD Libre Impératif
03/01 Iowa 3 13 12 Caucus
non-contraignant
28 0 En convention
10/01 New Hampshire 0 12 0 Primaire
semi-fermée
0 12 Scrutin proportionnel
21/01 Caroline du Sud 0 11 14 Primaire
ouverte
0 25 Scrutin majoritaire
31/01 Floride 0 50 0 Primaire
fermée
0 50 Scrutin majoritaire
04/02 Nevada 3 25 0 Caucus
non-contraignant
0 28 Scrutin proportionnel
07/02 Colorado 3 12 21 Caucus
non-contraignant
36 0 En convention
07/02 Minnesota 3 13 24 Caucus
non-contraignant
40 0 En convention
04-11/02 Maine 3 13 24 Caucus
non-contraignant
24 0 En convention
28/02 Arizona 0 29 0 Primaire
fermée
0 29 Scrutin majoritaire
28/02 Michigan 0 2 28 Primaire
ouverte
0 30 Scrutin majoritaire
11-29/02 Wyoming 3 14 12 Caucus
non-contraignant
3 26 En convention
03/03 Washington 3 10 30 Caucus
non-contraignant
3 40 En convention
06/03 Alaska 3 24 0 Caucus
contraignant
3 24 Scrutin proportionnel
06/03 Géorgie 3 31 42 Primaire
ouverte
0 76 Scrutin proportionnel
06/03 Idaho 3 29 0 Caucus
contraignant
3 29 Scrutin majoritaire
06/03 Massachusetts 3 38 0 Primaire
semi-fermée
3 38 Scrutin proportionnel
06/03 Dakota du Nord 3 25 0 Caucus
contraignant
0 28 Scrutin proportionnel
06/03 Ohio 3 15 48 Primaire
semi-fermée
3 63 Scrutin proportionnel (AL)
Scrutin majoritaire (CD)
06/03 Oklahoma 3 25 15 Primaire
fermée
3 40 Scrutin proportionnel
06/03 Tennessee 3 28 27 Primaire
ouverte
3 55 Scrutin proportionnel
06/03 Vermont 3 11 3 Primaire
ouverte
0 17 Scrutin proportionnel (AL)
Scrutin majoritaire (CD)
06/03 Virginie 3 13 33 Primaire
ouverte
3 46 Scrutin majoritaire
10/03 Kansas 3 25 12 Caucus
contraignant
0 40 Scrutin proportionnel (AL)
Scrutin majoritaire (CD)
10/03 Guam 3 6 0 Caucus
non-contraignant
9 0 En convention
10/03 Îles Mariannes du nord 3 6 0 Caucus
non-contraignant
9 0 En convention
10/03 Îles Vierges 3 6 0 Caucus
non-contraignant
9 0 En convention
13/03 Alabama 3 26 21 Primaire
ouverte
3 47 Scrutin proportionnel¹
13/03 Samoa américaines 3 6 0 Caucus
non-contraignant
9 0 En convention
13/03 Hawaï 3 11 6 Caucus
contraignant
3 17 Scrutin proportionnel
13/03 Mississippi 3 25 12 Primaire
ouverte
3 37 Scrutin proportionnel
18/03 Porto Rico 3 20 0 Primaire
ouverte
3 20 Scrutin majoritaire
20/03 Illinois 3 12 54 Primaire
ouverte
12 54 En convention (AL)
Loophole (CD)
15-24/03 Missouri 3 25 24 Caucus
non-contraignant
0 52 En convention
24/03 Louisiane 3 25 18 Primaire
fermée
26 20 Scrutin proportionnel (AL)
En convention (CD)
03/04 Maryland 3 10 24 Primaire
fermée
0 37 Scrutin majoritaire
03/04 Washington, D.C. 3 16 0 Primaire
fermée
3 16 Scrutin majoritaire
03/04 Wisconsin 3 15 24 Primaire
ouverte
3 39 Scrutin majoritaire
24/04 Connecticut 3 10 15 Primaire
fermée
3 39 Scrutin proportionnel (AL)¹
Scrutin majoritaire (CD)
24/04 Delaware 3 14 0 Primaire
fermée
0 17 Scrutin majoritaire
24/04 New York 3 34 58 Primaire
fermée
3 92 Scrutin proportionnel¹
24/04 Pennsylvanie 3 10 59 Primaire
fermée
3 59 En comité (AL)
Loophole (CD)
24/04 Rhode Island 3 0 16 Primaire
semi-fermée
3 16 Scrutin proportionnel
08/05 Indiana 3 16 27 Primaire
ouverte
19 27 En convention (AL)
Scrutin majoritaire (CD)
08/05 Caroline du Nord 3 52 0 Primaire
semi-fermée
3 52 Scrutin proportionnel
08/05 Virginie-Occidentale 3 19 9 Primaire
semi-fermée
3 28 Scrutin proportionnel
15/05 Oregon 3 25 0 Primaire
fermée
3 25 Scrutin proportionnel
22/05 Arkansas 3 21 12 Primaire
ouverte
3 33 Scrutin proportionnel¹
22/05 Kentucky 3 24 18 Primaire
fermée
3 42 Scrutin proportionnel
29/05 Texas 3 44 108 Primaire
ouverte
3 152 Scrutin proportionnel
05/06 Californie 3 10 159 Primaire
ouverte
3 169 Scrutin majoritaire
05/06 New Jersey 3 47 0 Primaire
semi-fermée
0 50 Scrutin majoritaire
05/06 Nouveau Mexique 3 11 9 Primaire
fermée
3 20 Scrutin proportionnel
05/06 Dakota du Sud 3 25 0 Primaire
fermée
3 25 Scrutin proportionnel
01-10/06 Nebraska 3 23 9 Caucus
non-contraignant
3 32 En convention
14-16/06 Montana 3 23 0 Caucus
contraignant
26 0 En convention
26/06 Utah 3 37 0 Primaire
semi-fermée
0 40 Scrutin majoritaire

Notes :

  • Le Loophole utilisé dans certains États correspond à une procédure complexe au cours de laquelle les délégués ne reçoivent théoriquement aucun mandat impératif, mais sont quand même attribués aux différents candidats en fonction du résultat de la primaire ou du caucus.
  • ¹ : si un candidat obtient au moins 50 % des suffrages exprimés, il reçoit tous les délégués en jeu
  • Les caucus du Montana ont valeur de convention.

Résultats[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Début des votes avec le Caucus de l'Iowa[modifier | modifier le code]

Le premier vote se tient dans l'État de l'Iowa le 3 janvier 2012. Au soir du caucus, Mitt Romney était donné vainqueur avec 24,6 % des voix et avec seulement huit voix d'avance sur le conservateur chrétien Rick Santorum, mais les résultats définitifs divulgués le 19 janvier 2012 indiquent que Rick Santorum le devance de 34 voix[14]. Ron Paul double le score obtenu quatre ans plus tôt avec 21,4 % des voix[15]. En raison de son faible score (10,3 % des voix), Rick Perry, donné un temps comme favori, annonce qu'il va réfléchir à la possibilité de renoncer à sa candidature[15], ce qu'il fera deux semaines plus tard[16]. Michele Bachmann, qui avait remporté le vote test du 13 août, réalise un faible score et retire sa candidature[17].

Les analystes estiment que le scrutin n'a pas éclairci les choses car il n'a pas fait ressortir de majorité claire et montre les divergences dans le camp républicain[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marc Gonin, « Pasionaria des "tea parties" », Le Figaro.com, 23 avril 2010.
  2. « Poll: Romney is 2012 GOP front runner », UPI.com, 19 avril 2010.
  3. « L'ex-gouverneur américain Gary Johnson candidat républicain pour 2012 aux Etats-Unis », dépêche Reuters, 21 avril 2011.
  4. « Newt Gingrich, premier sur la ligne de départ contre Barack Obama pour 2012 », La Croix, 11 mai 2011.
  5. « USA: le républicain Ron Paul candidat », Le Figaro, 13 mai 2011.
  6. a et b Brian Bakst, « Tim Pawlenty sera candidat à l'investiture républicaine aux États-Unis », Associated Press, 21 mai 2011.
  7. Greg Bluestein et Shannon McCaffrey, Herman Cain se lance dans la course en vue des élections présidentielles de 2012, AP, 21 mai 2011.
  8. a et b Emmanuel Parisse, « Présidentielle américaine 2012: les républicains tardent à se lancer face à Obama », AFP, 13 mai 2011.
  9. P.B., « Présidentielle américaine: Donald Trump renonce à être candidat », 20minutes.fr, 16 mai 2011.
  10. Constance Jamet, « États-Unis : Michele Bachmann remporte un vote test », Le Figaro, 14 août 2011.
  11. « Présidentielle américaine: Newt Gingrich en chute libre dans les sondages dans l'Iowa », sur 20 minutes,‎ 20 décembre 2011
  12. « Newt Gingrich dévisse sous le feu des spots télévisés », Le Figaro, 20 décembre 2011.
  13. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/19/le-republicain-rick-perry-se-retire-de-la-course-a-la-maison-blanche_1632071_3222.html
  14. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/19/rick-santorum-remporte-finalement-les-caucus-de-l-iowa_1632072_3222.html
  15. a et b http://fr.news.yahoo.com/romney-lemporte-sur-le-fil-dans-liowa-santorum-091327521.html
  16. http://www.romandie.com/news/n/_USA_le_republicain_Rick_Perry_reste_dans_la_course_a_la_Maison_Blanche040120121801.asp
  17. http://fr.news.yahoo.com/michele-bachmann-retire-course-%C3%A0-maison-blanche-175438199.html
  18. Le Point.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]