Prilep (Macédoine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prilep.
Prilep
Прилеп
Drapeau de Prilep
Drapeau
Prilep vu depuis les Tours de Marko
Prilep vu depuis les Tours de Marko
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine Macédoine
Région Pélagonie
Municipalité Prilep
Maire Marjan Risteski
Code postal 7500
Démographie
Population 76 768 hab. (2002)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 21′ 06″ N 21° 33′ 44″ E / 41.35173, 21.56214 ()41° 21′ 06″ Nord 21° 33′ 44″ Est / 41.35173, 21.56214 ()  
Altitude 620 m
Superficie 119 444 ha = 1 194,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Prilep

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Prilep

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Prilep
Liens
Site web www.prilep.gov.mk

Prilep (en macédonien : Прилеп) est une municipalité et une ville du centre-sud de la République de Macédoine. La municipalité comptait 76 768 habitants en 2002 et, avec ses 1 194,44 km², c'est la plus grande municipalité du pays. La ville en elle-même compte 66 246 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour. Prilep est surnommée « la ville sous les tours de Marko » à cause de la proximité des tours du légendaire Roi Marko. C'est, avec Bitola, l'un des deux grands centres économiques du sud du pays. Prilep est surtout connue pour sa production de tabac.

Prilep est entourée par les municipalités macédoniennes de Novatsi, Mogila, Krivogachtani, Dolneni, Tchachka et Kavadartsi ainsi que par la Grèce.

Géographie[modifier | modifier le code]

Prilep et la Pélagonie

Prilep se trouve dans la plaine de Pélagonie, l'une des rares régions plates de Macédoine, située entre 550 et 700 mètres d'altitude[1]. Elle est à proximité de l'autoroute E65 qui traverse l'Europe du nord au sud. En plus de la ville de Prilep en elle-même, la municipalité compte 55 villages et hameaux[2]. La municipalité est pauvre en eau et doit faire venir son eau potable depuis des sources situées en dehors de son territoire[3]. En revanche, le sol de Prilep est riche en fer, en marbre et en granit[4].

Prilep connaît un climat continental modéré, plus chaud toutefois que ceux de Bitola, Strouga, Resen et Ohrid. Les pluies sont rares, Prilep ne reçoit ainsi qu'entre 500 et 600 millimètres d'eau par an, mais la neige est très fréquente en hiver (203 jours de neige par an en moyenne)[5].

En plus de la ville de Prilep, la municipalité comprend les villages de Alintsi, Belovoditsa, Berovtsi, Bechichté, Bontché, Veptchani, Veseltchani, Vitolichté, Volkovo, Vrpsko, Galitchani, Golem Radobil, Golemo Konyari, Gouǵakovo, Dabnitsa, Dren, Dounyé, Erekovtsi, Jivovo, Zagorani, Kadino Selo, Kalen, Kanatlartsi, Klepatch, Kokré, Krouchevitsa, Krstets, Lenichta, Lopatitsa, Majoutchichté, Mal Radobil, Malo Konyari, Malo Rouvtsi, Manastir, Maroul, Nikodin, Novo Lagovo, Oreovets, Pechtani, Pletvar, Podmol, Poltchichté, Prilepets, Prisad, Raklé, Seltsé, Smolari, Staro Lagovo, Toplitsa, Troyatsi, Topoltchani, Troykrsti, Tsareviḱ, Tchanichté, Tchepigovo, Tchoumovo, Chelevertsi et Chtavitsa.

Nom[modifier | modifier le code]

Il existe deux hypothèse quant à l'origine du nom de Prilep. La première défend que « Prilep » vient de l'adjectif macédonien prilepen (прилепен), qui signifie accolé, car les premières maisons de la ville auraient été accolées à la forteresse. L'autre hypothèse s'appuie sur l'expression prilebno mesto (прилебно место), qui désigne l'endroit où l'on prépare du pain. En valaque, la ville s'appelle Parleap, en turc, Pirlepe ou Perlepe et en grec moderne, Πρίλαπος (Prilapos).

Histoire[modifier | modifier le code]

Une rue de Prilep vers 1915

La municipalité conserve les vestiges de divers établissements antiques, comme les cités de Stibera, Alkomena et Kolobansa. La ville de Prilep en elle-même fut mentionnée pour la première fois en 1014. Sa position géographique est très importante puisqu'elle se trouve sur la Via Egnatia, qui relie la côte est des Balkans à la côte ouest, et sur la route qui relie Venise et Dubrovnik à Thessalonique. Au cours du Moyen Âge, Prilep se dote de nombreuses églises et monastères et sa position stratégique est utilisée successivement par le Tsar Samuel Ier de Bulgarie et par le roi Marko Mrnjavčević, qui y fait construire une forteresse[2].

À partir du XIVe siècle, la région devient ottomane et les Turcs font de Prilep un centre de commerce avec un bazar. Au XIXe siècle, la ville occupe une place privilégiée pendant le renouveau culturel slavo-macédonien, et en 1903, la ville se mobilise activement lors de l'Insurrection d'Ilinden dirigée contre la domination ottomane. En 1913, la ville devient serbe, puis yougoslave en 1918[2].

En 1941, la ville est envahie par la Bulgarie fasciste et des Partisans, résistants communistes, y lancent le 11 octobre leur campagne de libération du pays. Plus de 650 combattants originaires de la région sont enterrés dans le monument de la Seconde Guerre mondiale qui se trouve dans la ville. Prilep a par ailleurs reçu le titre de Ville héros de Yougoslavie. Sous le régime communiste, l'industrie et la culture sont largement développés[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Passage piéton dans le centre de Prilep

La population connaît une croissance régulière : elle augmente d'environ 1000 personnes à chaque recensement[6].

Population de la municipalité
1994 2001 2006 2011 (estimation)
71 899 75 374 77 879 80 374 (?)
Population de la ville (de la zone urbaine à partir de 1994)
1961 1971 1981 1991 1994 2001 2006 2011 (estimation)
37 452 48 202 63 639 70 152 68 148 71 490 73 900 76 300 (?)
Composition ethnique
appartenance ethnique nombre d'habitants en pourcentage de la population totale
2006 2002 2006 2002
Macédoniens 70.878 61.320 92,32 % 92,56 %
Roms 4.433 4.372 5,77 % 6,60 %
Serbes 172 151 0,22 % 0,22 %
Turcs 917 123 1,19 % 0,18 %
Albanais 22 21 0,03 % 0,03 %
Vlaques 17 16 0,02 % 0,02 %
Bosniaques 86 17 0,11 % 0,02 %
autres 243 226 0,03 % 0,34 %
Total 76768 66.246

Administration[modifier | modifier le code]

Le siège de la municipalité

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 27 membres[7]. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2005, le maire de Prilep est Marjan Risteski, né en 1972[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Séchage du tabac

L'économie de Prilep est principalement liée à l'agriculture. La municipalité produit notamment du tabac, des céréales et des primeurs. La plus grande entreprise de Prilep est Tutunski Kombinat, une fabrique de tabac ouverte en 1873 qui fait de la ville le plus grand producteur de cigarettes de l'ex-Yougoslavie. Une autre entreprise importante est Vitaminka, fondée en 1956 et qui produit de l'agroalimentaire (chocolat, mayonnaise, ketchup, soupe, acides...). Elle exporte dans 25 pays, notamment vers l'ex-Yougoslavie, l'Australie, l'Allemagne, l'Albanie, la Suisse et les Pays-Bas[9]. La municipalité vit également de ses mines de fer et de marbre, du textile et de la construction[10]. La brasserie locale Prilepska Pivarnica entre dans la composition du MBID, un indice de la Bourse macédonienne[11].

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

Prilep possède plusieurs institutions culturelles, comme un musée et un théâtre national, un musée-mémorial de la Seconde Guerre mondiale, un musée du tabac, et c'est le siège de stations de radios, de chaînes de télévision et de journaux[12]. Une des manifestations culturelles les plus importantes est le Festival Asterisks, le seul festival international pour enfants dans la République de Macédoine. Il a pour but de découvrir de nouveaux talents de la chanson et de promouvoir des amitiés malgré les différences culturelles et ethniques des participants[13]. La ville organise aussi le Festival de théâtre Vojdan Chernodrinski, qui a lieu en juin, et le Festival d'été de Prilep, qui se tient en juillet et qui consiste en plusieurs événements regroupant tous les domaines de l'art[14].

Les Tours de Marko, construites au XIVe siècle par Marko Mrnjavčević sont le symbole de la ville. Ce sont les restes d'une forteresse qui se trouvait sur une colline dominant la ville. La vieille-ville possède encore sa tour de l'horloge, construite en 1858, un vieux bazar ottoman et les ruines d'une mosquée du XVe siècle. La municipalité compte aussi deux monastères orthodoxes exceptionnels, celui de Treskavets et celui de l'Archange Saint-Michel, construit en haut d'une falaise[15]. Le tourisme à Prilep est peu développé mais le gouvernement macédonien entend l'encourager, notamment en proposant les Tours de Marko au Patrimoine mondial de l'Unesco[16].

La municipalité possède quelques curiosités naturelles, comme la plaine de Pélagonie, le massif de Seletchka et le lac Orevoetchka, aménagé en zone de loisirs[17].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]