Preuilly (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preuilly.
Preuilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Vierzon
Canton Lury-sur-Arnon
Intercommunalité Communauté de communes des Vals de Cher et d'Arnon
Maire
Mandat
Pierre Bugeon
2014-2020
Code postal 18120
Code commune 18186
Démographie
Population
municipale
453 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 45″ N 2° 10′ 39″ E / 47.0958, 2.1775 ()47° 05′ 45″ Nord 2° 10′ 39″ Est / 47.0958, 2.1775 ()  
Altitude Min. 107 m – Max. 142 m
Superficie 14,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Preuilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Preuilly

Preuilly est une commune française située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Preuilly est un village français situé au cœur de la Champagne berrichonne dans le département du Cher et la région Centre. La commune s'étend sur 14,9 km2. Son sol est composé de terres siliceuses ainsi que de terres calcaires et sableuses propices à la culture de la vigne d'appellation Reuilly.

La viticulture est l'une des activités de la commune, qui se trouve dans la zone couverte par l'AOC reuilly. L'extraction industrielle du sable rythme encore aujourd'hui l'activité du village. Situés à 122 mètres d'altitude, les vignes et le village sont implantés sur la rive gauche de la rivière Le Cher qui en dessine les limites.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cerbois Quincy Rose des vents
N
O    Preuilly    E
S
Limeux Plou Sainte-Thorette

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté de Preuilly est en crise démographique au début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 74 feux en 1709 à 64 en 1726[1]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
2014   Pierre Bugeon sans étiquette  
1998 2014 Jean-Paul Hochedel sans étiquette Agriculteur
1995 1998 Michel Moreau sans étiquette Employé
1983 1995 Fernand Bugeon sans étiquette Entrepreneur
1957 1983 Pierre Sicard Union Centriste Agriculteur
1945 1957 Honoré Goyot    
1944 1945 Jules Chaput    
1904 1944 Honoré Goyot    
1892 1904 Jean Gamard    
1884 1892 Raoul Chenu    
1881 1884 Charles Chenu    
1878 1881 Arthur Marcandier    
1876 1878 Charles Chenu    
1874 1876 André Ferrant    
1860 1874 Arthur Marcandier    
1855 1860 Abel Marcandier    
1852 1855 Antoine Theurière    
1831 1852 Jules Chaput    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 453 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
553 415 453 450 387 449 432 449 467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
481 504 563 585 547 580 590 544 506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
488 459 467 392 405 372 349 305 303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
293 301 281 342 368 432 467 453 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 169
  2. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  3. Fernand Bugeon, Henri Koch et Jacques Perrot, Il était une fois... PREUILLY,‎ septembre 2008, 115 p.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :