Preta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Preta (sanskrit : प्रेत), peta (pāli), yi-dwag (tibétain : ཡི་དྭགས་), egui (chinois : 餓鬼 ; pinyin : èguǐ ; littéralement : « goule ») ou gaki (餓鬼?) est un terme désignant dans l’hindouisme le premier état des trépassés, concept repris dans le bouddhisme comme une des voies de la réincarnation. Dans les folklores, ce sont des fantômes ou de mauvais esprits.

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Dans l’hindouisme, le défunt devient temporairement un preta, un être éthéré en transition vers sa prochaine existence (pitri ou esprit des ancêtres) une année durant laquelle les rites funéraires doivent être accomplis. Si ces rites, populairement nommés Śrāddha, ne sont pas effectués, le trépassé peut rester éternellement dans cet état transitoire ou devenir un mauvais esprit[1],[2],[3].

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Selon la loi du karma, la réincarnation en preta est une des mauvaises voies possibles pour les défunts dans le bouddhisme, après les enfers et avant l’animalité. Cette destinée peut être traduite comme la « voie de l’avidité », et les preta comme les « êtres affamés », les « démons faméliques », les « esprits avides », condamnés à souffrir de désirs insatiables qu’ils ne peuvent assouvir, tels la faim, la richesse ou le plaisir[4],[5],[6].

Il est impossible pour un humain de nourrir ou d’aider directement un preta : il doit faire acte de piété ou de charité envers d’autres humains (ou un moine) pour que les bienfaits de ses actes allègent les souffrances et sauvent un esprit tourmenté[7],[8]. Des cérémonies sont également l’occasion de nourrir les preta, par exemple durant l’O-Bon au Japon[4]. Un preta peut donc être sauvé dès lors qu’un humain, souvent un membre de la famille, entreprend les rites nécessaires[9].

Parmi les écrits sur la condition et la vie antérieure des preta, ainsi que les rituels pour leur offrir une réincarnation meilleure, figurent le Petavatthu, l’Avadanasataka et le Divyavadana[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Klaus K. Klostermaier, A Survey of Hinduism: Third Edition, SUNY Press,‎ 2010 (ISBN 9780791480113, lire en ligne), p. 152-154
  2. (en) Wendy Doniger, Karma and Rebirth in Classical Indian Traditions, University of California Press,‎ 1980 (ISBN 9780520039230), p. 10-11
  3. (en) Ganga Ram Garg, Encyclopaedia of the Hindu World, Concept Publishing Company,‎ 1992 (ISBN 9788170223757, lire en ligne), p. 443-444
  4. a et b (en) Damien Keown et Charles S. Prebish, Encyclopedia of Buddhism, Routledge,‎ 2013 (ISBN 9781136985881, lire en ligne), p. 437, 524
  5. Daisaku Ikeda, Le cycle de la vie: Perspective bouddhique, L’Harmattan,‎ 2006 (ISBN 9782296156784, lire en ligne), p. 116-117
  6. (en) Norman C. McClelland, Encyclopedia of Reincarnation and Karma, McFarland,‎ 2010 (ISBN 9780786456758, lire en ligne), p. 114
  7. (en) Bimala Churn Law, The Buddhist Conception of Spirits,‎ Asian Educational Services (ISBN 9788120619333, lire en ligne), p. 105-106
  8. (en) Bryan J. Cuevas et Jacqueline Ilyse Stone, The Buddhist Dead: Practices, Discourses, Representations, University of Hawaii Press,‎ 2007 (ISBN 9780824830311, lire en ligne), p. 305, 329
  9. a et b (en) Naomi Appleton, Narrating Karma and Rebirth: Buddhist and Jain Multi-Life Stories, Cambridge University Press,‎ 2014 (ISBN 9781107033931, lire en ligne), p. 54-57