Preston Manning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manning.
Preston Manning

Ernest Preston Manning (né le 10 juin 1942, à Edmonton, Alberta) est un politicien canadien. Il fut le fondateur et premier chef du Parti réformiste du Canada, un parti politique canadien qui devint ensuite l'Alliance canadienne. Il retint son siège à la Chambre des communes du Canada sous la bannière de ce parti jusqu'à la retraite, après quoi le parti fusionna avec le Parti progressiste-conservateur pour former le Parti conservateur du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manning est issu d'un milieu politique : il est le fils d'Ernest Manning, premier ministre créditiste de l'Alberta de 1943 à 1968. En 1964, Preston Manning compléta son baccalauréat en économie à l'Université de l'Alberta. Il tenta de se faire élire à la chambre des communes sous la bannière du Parti du crédit social du Canada pendant l'élection fédérale de 1965, mais il échoua.

Manning fonda le Parti réformiste du Canada en 1987. Le parti prônait un mélange de conservatisme fiscal et de populisme ; toutefois une tendance au conservatisme social se développa, ancrant le parti solidement à droite. Manning fut élu aux communes lors de l'élection fédérale de 1993, lorsque le Parti réformiste connut ses premiers succès électoraux majeurs. Ils remplacèrent effectivement les progressistes-conservateurs comme parti conservateur canadien dominant, avec des bases principalement dans l'Ouest canadien. À l'élection de 1997, le parti devint l'opposition officielle, et Preston Manning accéda au poste de chef de l'Opposition.

Toutefois, avec l'émergence du Parti réformiste, la base conservatrice se trouva scindé en deux : les réformistes à l'Ouest, et les progressistes-conservateurs, fortement affaiblis, à l'est. Dans le system électoral canadien, il en résulta une domination politique du Parti libéral. Conséquemment, le nouveau but de Manning fut d'unir les deux partis de droite sous son leadership. Il lança le mouvement Alternative unie (United Alternative) afin d'examiner des façons dont les deux partis pourraient coopérer. Le mouvement résulta en la formation d'un nouveau parti, l'Alliance canadienne, qui, comme son nom complet (Alliance réformiste conservatrice canadienne) le démontre, fut créé dans l'intention de remplacer les deux partis. La plupart des progressistes-conservateurs, par contre, refusèrent de coopérer, et les critiques affirmaient que le nouveau parti n'était rien de plus qu'un changement de nom pour le Parti réformiste.

Avec la formation du nouveau parti, Manning lança une course à la direction. Après une course férocement serrée, Manning fut remplacé par le jeune et flamboyant Stockwell Day en 2000. En 2002, il se retira de la politique fédérale ; toutefois, il continue d'être une voix respectée et appréciée sur des questions d'intérêt national. Il est maintenant un des principaux membres de l'Institut Fraser et du Collège Massey à l'Université de Toronto, ainsi qu'un conférencier très en demande.

Manning publia ses mémoires politiques, Think Big: My Life in Politics, en octobre 2003. Il fonda le Manning Centre for Building Democracy en 2005 afin de former des démocrates à mener une vie politiquement active.

Suite au coup dévastateur porté au leadership de Ralph Klein lors du vote de confiance du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta au cours duquel Klein n'a récolté que 55 % des appuis des délégués, Manning a déclaré à la Presse canadienne qu'il « laisse la porte ouverte » pour une candidature possible dans la course à la direction du parti dans l'éventualité d'une démission de Klein.

Il est membre de Bilderberger. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]