Naufrage du pétrolier Prestige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prestige (pétrolier))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prestige.

42° 53′ 00″ N 9° 53′ 00″ O / 42.883333, -9.883333 ()

Volontaires nettoyant la côte de Galice après la catastrophe du Prestige
Spain location map.svg
Prestige
Prestige
Voir l’image vierge
Lieu du naufrage du Prestige

Le 13 novembre 2002, le Prestige, un pétrolier, construit par Hitachi Shuipbuilding & Engineering au Japon en 1976, immatriculé à Nassau (Bahamas), en transit entre la Lettonie et Gibraltar, au large du cap Finisterre et près des côtes de Galice au nord-ouest de l'Espagne, lance un appel de détresse. Durant la tempête s'ouvre une brèche de 50 mètres dans son flanc droit dont la cause reste inconnue ; les témoignages des marins font supposer la collision avec un conteneur, un objet flottant ou une vague déferlante[1]. L'équipage est évacué le 14 novembre. Le 16 novembre, alors que plus de 5 000 tonnes de fioul se sont déjà répandues (polluant ainsi le littoral sur plusieurs dizaines de kilomètres), le gouvernement espagnol fait remorquer le pétrolier loin au large. Après plusieurs tentatives de remorquage vers le nord-ouest (pour l'éloigner des côtes) puis vers le sud (peut-être pour l'envoyer vers le Portugal), le 19 novembre 2002, le navire se brise en deux à 270 km des côtes de la Galice et coule par 3 500 mètres de fond. Pendant les opérations de remorquage, il a perdu de 5 à 10 000 tonnes de fioul lourd (sa cargaison est de 77 000 tonnes de fioul lourd). Le navire ayant de nombreuses fissures, le fioul continue de s'échapper, les estimations parlant de 125 t par jour au bout de 4 semaines.

Une gigantesque marée noire va souiller gravement les côtes de Galice, du Portugal, du Pays basque, d'Aquitaine, de Vendée, et du sud de la Bretagne.

Le navire[modifier | modifier le code]

  • Pétrolier à simple coque lancé en 1976 (âgé de 26 ans au moment du naufrage)
  • Indicatif = C6MN6 ; IMO = 7372141
  • Longueur = 243,5 m ; largeur = 34,4 m ; tirant d'eau = 14,0 m ; port en lourd = 81 589 tpl ; tonnage = 42 820 tjb
  • Constructeur (chantier) : Hitachi Shuipbuilding & Engineering - Japon
  • Propriétaire (armateur) : Mare Shipping Inc., société basée au Liberia dont les actionnaires sont une famille anonyme d'armateurs grecs.
  • Pavillon des Bahamas.
  • Certificat d'aptitude à la navigation : délivré par une société de classification américaine, ABS (Bureau Américain de la Navigation), après une inspection mais pas des ballasts à Dubaï.
  • Affréteur : Crown Resources AG, société immatriculée à Zoug en Suisse avec un bureau à Londres, filiale du groupe russe Groupe Alfa.
  • Équipage : roumain et philippin avec des officiers grecs.
  • Marchandise : pétrole russe chargé à Ventspils (Lettonie) à destination de Singapour avec probablement une escale à Gibraltar.
Côte souillée par la marée noire du Prestige

Le Prestige est un pétrolier de type Aframax, à simple coque. Sa capacité de 81 589 tpl est répartie en 14 citernes[2]. Il est propulsé par un moteur Diesel B&W de 14 711 kW

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les dégâts sont considérables. La côte de Galice est fortement touchée, du pétrole a atteint l'Aquitaine (Arcachon), la Vendée et le sud de la Bretagne. Les pêcheurs, mareyeurs et cueilleurs galiciens sont sans travail. Des dizaines de kilomètres de côtes sont souillées.
Le fioul lourd est du même type que celui de l’Erika, moins toxique à court terme que l'essence ou le gazole, mais dangereux à long terme par la diffusion lente de ses composés, toxiques et cancérigènes, dans l'eau et les sédiments. Ce fioul est constitué d'hydrocarbure aromatique (benzène, etc.) et notamment d'hydrocarbure polycyclique (HAP).
Le coût va être très élevé (estimé à 1 milliard d'euros par l'Espagne). D'autant que la situation du navire laisse présager que la pollution va durer longtemps (opération de réparation et pompage très délicats vu la profondeur).

Causes possibles[modifier | modifier le code]

  • Collision avec un objet flottant entre deux eaux (conteneur ?).
  • Vague scélérate ?
  • Ballasts très corrodés notamment par les radiateurs pour liquéfier le fioul lourd.
  • Utilisation en citerne intermédiaire à Saint-Pétersbourg pendant plusieurs mois avec des barges se plaçant le long de la coque.

Émotion[modifier | modifier le code]

Monument en hommage aux volontaires venu aider à la suite de la catastrophe du pétrolier Prestige (Sculpteurs : Óscar Aldonza Torres et d'autres) - Commune de Galice O Grove, sur la Ría de Arousa (Rías Baixas).

Dimanche , à Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice, plus de 200 000 personnes manifestent, accusant d'incurie les gouvernements nationaux et régionaux, dans leur gestion de l'après accident du pétrolier Prestige. Le lendemain, le roi Juan Carlos se rend sur les côtes de Galice pour faire part de son émotion. Le 15 décembre, le chef du gouvernement espagnol, José María Aznar a d'ailleurs demandé publiquement pardon pour les erreurs commises pendant la gestion de l'après accident ; en effet, le navire étant en difficulté, il aurait été souhaitable (comme le demandait le commandant) de le remorquer dans une zone abritée afin de transférer sa cargaison. Le gouvernement Aznar a préféré tenter d'éloigner le plus possible le navire des côtes espagnoles. Évacué de l'épave avec les autres membres de l'équipage, le commandant du Prestige a été emprisonné pendant 85 jours (jusqu'au 7 février 2003), puis libéré sous caution[3]. La gestion de l'accident a déclenché une réflexion européenne sur la notion de « ports de refuge ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tourret, G., Verlet, G., Drevet, D., Parizot, B., Goussot, C., Sangnier, A., ... & De Marcellus, A. (2003). Perte totale suite à une avarie de coque du pétrolier bahaméen Prestige survenu dans l’ouest de la Galice (13-19 novembre 2002). Contribution provisoire au rapport d’enquête technique.
  • Moty, C., Kostrzewa, A., Harrabi, I., Ramaroson, H., Delarche, C., Reungoat, P., ... & Brochard, P. (2004)Évaluation de l’impact sanitaire des activités de lutte contre la pollution liée au naufrage du pétrolier Prestige : un exemple d’étude épidémiologique impliquant les médecins du travail et de prévention. Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, 52, 80. P3-10
  • Tocheport C (2004) La pollution pétrolière du Prestige: conséquences biologiques sur la faune et la flore et effets sur la santé humaine (Doctoral dissertation).
  • Barrouilhet V (2005) Pathologies et traumatismes liés à la pratique du Bodyboard: conséquences du naufrage du pétrolier Prestige sur la côte Aquitaine (Doctoral dissertation).
  • Weisbein J (2009). L'expertise profane en situation de crise. Les surfeurs dans l'épisode de la marée noire du Prestige In Journée d'études Risques sanitaires et environnementaux. Approches sociologiques, oct. 2009
  • Lengagne G & Quentin D De l'Erika au Prestige: la politique européenne de la sécurité maritime contrariée (rapport d'information déposé par la délégation de l'Assemblée nationale pour l'Union européenne, sur la sécurité maritime en Europe). Les documents d'information- Assemblée nationale (résumé Inist-CNRS)
  • Kostrzewa A, Moty-Monnereau C, Ramaroson H, Harrabi I, Viance P, Delarche C., ... & Brochard, P. (2005). Naufrage du Prestige: un exemple d’étude épidémiologique impliquant les médecins du travail et de prévention. Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, 66(3), 210-218.
  • Itçaina X & Weisbein J (2011) Marées noires et politique : Gestion et contestations de la pollution du Prestige en France et en Espagne. Editions L'Harmattan.
  • Itçaina X & Weisbein J (2005) La marée noire du prestige au prisme des mobilisations de protestation en France et en Espagne. Politique européenne, (3), 196-199 (Lien CAIRN).
  • Fafet A, Benoît Y , Da Sila M, Bertoncini F, Durand JP, Ballerini D & Haeseler F (2004) Les pollutions marines par des fiouls lourds : quels outils analytiques spécifiques ? Océanis, 30(4), 461-477 (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=20459641 résumé Inist-CNRS])
  • Fatta P (2004) Pollutions du Prestige et de l’Erika : deux crises aux enjeux différents, Revue Sud Ouest

Européen, n°17, pp. 61-77.